Un ancien marine britannique qui a évacué des chats et des chiens de Kaboul affirme que l’armée ne l’a pas aidé à entrer à l’aéroport

Par Lily Zhou
5 septembre 2021
Mis à jour: 5 septembre 2021

L’ancien Royal Marine britannique qui a évacué 170 chiens et chats de son refuge en Afghanistan a déclaré que le gouvernement britannique ne l’a pas aidé à entrer dans l’aéroport de Kaboul.

Paul Farthing, l’ex-Marine qui se fait appeler Pen Farthing, est arrivé à Londres le 29 août avec une centaine de chiens et 70 chats à bord d’un avion affrété par un particulier, après avoir mené une bataille médiatique avec le ministère britannique de la Défense (MoD) pour obtenir l’autorisation de son vol.

L’évacuation des animaux de M. Farthing, baptisée « Opération Ark », a été applaudie par certains, et de nombreuses offres d’adoption lui ont été faites. Mais l’opération a également été fortement critiquée car de nombreux Afghans qui ont travaillé avec des Occidentaux sont toujours bloqués dans le pays contrôlé par les talibans.

À un commentaire du président de la commission des Affaires étrangères, Tom Tugendhat, selon lequel « beaucoup de troupes » ont été utilisées pour faire venir des chiens alors que la famille de son interprète de l’époque où il servait en Afghanistan a « probablement été tuée », M. Farthing a répondu qu’il n’avait reçu aucune aide du ministère de la Défense.

« Personne au sein du gouvernement britannique n’a facilité mon entrée dans cet aéroport. Je l’ai fait avec les talibans », a-t-il déclaré le 30 août à l’émission Good Morning Britain sur ITV.

« Je me suis présenté au poste de contrôle britannique, c’était la première fois – dans l’aéroport, les talibans et les Britanniques sont debout là, il y a quelques fils barbelés qui les séparent – c’était la première fois que je parlais à des Britanniques », a-t-il dit.

M. Farthing a ajouté que personne n’a facilité son entrée dans l’aéroport, ainsi que celle du « camion rempli de chiens et de chats », et que les animaux « sont allés dans une soute où il est impossible de mettre des gens ».

Le ministre responsable du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, James Cleverly, a également déclaré à la radio LBC que le gouvernement avait « toujours donné la priorité à l’évacuation des personnes plutôt qu’à celle des animaux ».

Bien que la soute du vol de M. Farthing ait été remplie d’animaux secourus, il y avait « plusieurs sièges vides » car son personnel afghan a dû être laissé sur place. M. Farthing a déclaré que cela était dû à des changements de dernière minute dans les règles administratives.

« Alors que le gouvernement britannique leur avait donné les bons documents, parce que les Américains contrôlaient l’aéroport, le président Joe Biden avait changé les règles d’entrée à l’aéroport, ce qui a annulé les documents que les Britanniques nous avaient donnés », a-t-il déclaré.

Dans une mise à jour sur Twitter le 27 août, M. Farthing a déclaré que son équipe afghane avait été « refoulée dans le chaos des explosions dévastatrices » en raison du changement de règles deux heures plus tôt.

Le 30 août, M. Farthing a déclaré à ITV que son équipe avait « quelques idées » sur la manière de faire sortir son personnel afghan, mais « rien de concret pour l’instant ».

Il a également dit qu’il a essayé de remplir les sièges avec d’autres personnes, mais les talibans ne l’ont pas laissé prendre des Afghans avec des passeports britanniques, et l’armée britannique l’a « rassuré » en lui disant qu’il y avait assez de capacité pour les personnes restantes alors que l’évacuation se terminait.

« J’étais probablement la dernière personne à entrer dans cet aéroport. Il était fermé. Les Américains [et] les Britanniques avaient manifestement cessé d’accueillir des gens parce qu’il devait y avoir un moment où ils cessaient d’accueillir des gens », a-t-il déclaré.

« Ils m’ont donc assuré qu’ils avaient suffisamment de capacité pour tous ceux qui étaient à l’intérieur de l’aéroport. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ