Une ancienne cité perdue, sculptée dans des falaises de grès rouge, figure parmi les nouvelles merveilles du monde

Par Louise Bevan
8 septembre 2021
Mis à jour: 8 septembre 2021

Sculptée dans les falaises de grès rouge du sud-ouest de la Jordanie, la cité perdue de Pétra était la capitale d’un ancien royaume. Autrefois centre de commerce florissant, puis laissée en ruines pendant des siècles, Pétra est aujourd’hui l’une des sept nouvelles merveilles du monde.

Chaque année, le site de 264 km² attire généralement plus d’un million de visiteurs dans ce qui était autrefois l’ancien royaume nabatéen. Pourtant, la plupart des touristes n’ont qu’un aperçu de sa grandeur.

« Nous n’avons découvert que 15 % de la ville », a déclaré au National Geographic l’archéologue Zeidoun Al-Muheisen, de l’université jordanienne de Yarmouk. « La grande majorité – 85 % – est encore sous terre et intacte. »

(Santi Jantararen/Shutterstock)
(Aleksandra H. Kossowska/Shutterstock)

Les visiteurs de Pétra suivent d’abord une gorge sinueuse de près d’un kilomètre de long, connue sous le nom de Siq, ornée de sculptures de dieux et d’animaux le long du chemin, jusqu’au centre de la structure architecturale retrouvée. Le « trésor » de Pétra, appelé Al Khazneh, est vu en premier le long du chemin.

S’élevant à 39 mètres de haut et 25 mètres de large, ses formidables colonnes de grès couronnées de chapiteaux rappellent les temples de la Rome antique.

La classification de la structure en tant que « trésor » est erronée, car en réalité, Al Khazneh est une tombe.

Les archéologues n’ont pas encore trouvé d’objets à l’intérieur, mais beaucoup soupçonnent que la tombe a été construite pour le roi nabatéen Aretas IV, qui a régné sur Pétra à son apogée, entre 9 avant J.-C. et 40 après J.-C.

Les Bédouins du début du 20e siècle croyaient qu’une urne au deuxième étage d’Al Khazneh contenait les richesses d’un pharaon égyptien, d’où la classification initiale erronée du bâtiment.

(fathi fahmawi/Shutterstock)

Les Nabatéens, une tribu nomade, ont construit Pétra (qui s’appelait à l’origine Raqmu) au quatrième siècle avant J.-C. pour stabiliser un réseau florissant de commerce – encens arabe, soie chinoise et épices indiennes. Cette colonie de 30 000 habitants présentait des influences architecturales issues des cultures méditerranéenne et arabe.

En 106 après J.-C., la ville fut occupée par les Romains, qui assimilèrent les Nabatéens à leur empire et y ajoutèrent une extension gréco-romaine.

Après le huitième siècle, ses habitants s’enfuirent, et Pétra fut « perdue » pendant des centaines d’années. Seuls des bergers nomades sont restés, qui ont utilisé les structures abandonnées de Pétra pour s’abriter ainsi que leur bétail.

Finalement, l’explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt a redécouvert Pétra en 1812 lors d’un voyage en Syrie – déguisé en un Bédouin nommé Sheikh Ibrahim Ibn Abdallah – devenant ainsi le premier Occidental à voir la ville autrefois glorieuse.

(Pixeljoy/Shutterstock)
(Yasemin Olgunoz Berber/Shutterstock)

« Un mausolée excavé est apparu à ma vue, dont l’emplacement et la beauté sont calculés pour faire une impression extraordinaire sur le voyageur », écrit Burckhardt dans un récit de ses voyages.

Les explorateurs occidentaux affluent à Petra, récemment découverte, pour s’émerveiller de sa beauté et étudier son architecture.

En décembre 1993, des parchemins écrits en grec, datant de la période byzantine, ont été découverts dans une église fouillée près du temple du Lion ailé de Pétra. Les chercheurs du Centre américain de recherche orientale d’Amman qui étudient ces parchemins espèrent faire la lumière sur les siècles de vacance de la ville.

(robert paul van beets/Shutterstock)

Entre-temps, la grandeur de cette découverte et l’histoire énigmatique de la ville en a fait un lieu de prédilection pour le cinéma. La ville de Pétra a accueilli des films comme Indiana Jones et la dernière croisade, Le Retour de la momie et Aladdin.

En 1985, la ville a été déclarée site du patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2007, elle est devenue l’une des sept nouvelles merveilles du monde, émerveillant le public jusqu’à ce jour.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ