Une ancienne conseillère de Clinton : le passeport vaccinal obligatoire pourrait mener à la « fin de la liberté des hommes en Occident »

Par Jack Phillips
1 avril 2021
Mis à jour: 1 avril 2021

L’ancienne conseillère de Clinton, Naomi Wolf, a déclaré que les passeports obligatoires pour le vaccin contre Covid-19 qui ont été proposés ces derniers jours entraîneraient « la fin de la liberté humaine en Occident si ce plan se déroulait comme prévu ».

« ‘Le ‘passeport vaccinal’ semble être une belle chose si vous ne comprenez pas ce que ces plateformes peuvent faire. Je suis [la] PDG d’une entreprise de technologie, je comprends ce que fait cette plateforme », a dit à Fox News le 28 mars Naomi Wolf, qui est également auteur. « Il ne s’agit pas du vaccin, il ne s’agit pas du virus, il s’agit de vos données. Une fois le système mis en place, vous n’avez plus le choix de faire ou non partie du système.

« Ce que les gens doivent comprendre, c’est que toute autre fonctionnalité peut être chargée sur cette plate-forme sans aucun problème. »

Mme Wolf a déclaré que ces données peuvent être « fusionnées avec votre compte Paypal, avec votre monnaie numérique », ajoutant que « Microsoft parle déjà de les fusionner avec les plans de paiement ».

Mme Wolf a noté que cela s’est produit en Israël, « et six mois plus tard, nous entendons des militants dire que c’est une société à deux vitesses et que, fondamentalement, les militants sont ostracisés et surveillés en permanence. C’est la fin de la société civile, et ils essaient de déployer cela dans le monde entier ».

« C’est absolument bien plus qu’un laissez-passer pour un vaccin, c’est – je ne peux pas assez insister sur le fait que cela a le pouvoir d’éteindre votre vie, ou de l’allumer, de vous permettre de vous engager dans la société ou d’être marginalisé. »

Allant plus loin, Mme Wolf a comparé ces plans à la surveillance de la population par le Parti communiste chinois (PCC) et à la promotion d’une « note de crédit social« .

Une image montre l’Excelsior Pass, une plateforme qui permet aux New-Yorkais de présenter une preuve de vaccination Covid-19 lors d’événements. (Bureau du gouverneur Andrew Cuomo)

« Comment [le PCC] parvient-il à maintenir un milliard de personnes sous la coupe d’un régime totalitaire ? » demande-t-elle. « Le PCC peut trouver n’importe quel dissident en 5 minutes, et cela peut se produire ici littéralement en quelques mois. »

Mme Wolf a fait référence à des rapports selon lesquels des responsables de l’administration Biden auraient proposé cette idée. Le Washington Post et CNN – citant des sources anonymes et non confirmées – ont suggéré que l’administration travaillait à l’élaboration d’une norme nationale de passeport vaccinal. L’État de New York a proposé son propre « Excelsior Pass« , qui serait utilisé dans les grandes salles de spectacle comme le Madison Square Garden. Ce projet a été critiqué par les groupes de défense des libertés civiles et ses partisans.

Le 29 mars, la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a répondu à ces affirmations en déclarant que l’administration ne prévoyait pas de mandat fédéral pour les passeports vaccinaux.

« Nous pensons qu’il s’agira d’une initiative du secteur privé », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Dans d’autres pays, de tels passeports ont déjà été créés. Israël en a créé un en février pour permettre aux gens d’accéder aux salles de sport et aux hôtels, l’Islande utilise désormais un passeport pour permettre les voyages à l’étranger, et l’Arabie saoudite a un passeport basé sur une application pour les personnes vaccinées.

Selon le Wall Street Journal, Melinda Mills, directrice du Centre Leverhulme pour les sciences démographiques de l’université d’Oxford, a déclaré : « La question qui sous-tend tout cela est de savoir à quoi vous allez l’utiliser. » « Est-ce pour voyager à l’étranger ? Pour trouver un emploi ? Est-ce pour acheter du lait ? »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ