Angers : ils massacrent un coq à coups de pelle, frappent un enfant qui joue au ballon et agressent un groupe de jeunes

Par Séraphin Parmentier
13 septembre 2020
Mis à jour: 13 septembre 2020

Jugés pour divers méfaits commis cet été, deux hommes ont échappé de justesse à l’incarcération malgré les peines de prison ferme prononcées par le tribunal correctionnel d’Angers.

Le vendredi 11 septembre, deux individus âgés de 18 et 22 ans soupçonnés de divers méfaits ont comparu devant le tribunal correctionnel d’Angers (Maine-et-Loire). Parmi les faits qui leur étaient reprochés figuraient notamment le massacre d’un coq à coups de pelle cet été.

Sous l’emprise de l’alcool, les deux hommes s’étaient introduits dans le jardin d’une Angevine le dimanche 9 août, dérobant une pelle dont ils s’étaient servis pour occire le gallinacé avant de le jeter dans la piscine de la propriété. Alertée par la propriétaire des lieux, la police avait découvert les deux tortionnaires à quelques centaines de mètres du lieu de leur forfait, la pelle encore à la main, comme le soulignait Ouest-France à l’époque.

Outre le massacre du coq dont ils ont dû répondre ce vendredi, l’un des deux prévenus a également dû s’expliquer sur des faits de violence à l’encontre d’un garçon de 12 ans en train de jouer avec un ballon en bas d’un immeuble.

Enfin, les deux hommes étaient également soupçonnés d’avoir pris à partie des étudiants à proximité d’un théâtre angevin dans la nuit du 8 au 9 septembre et de les avoir menacés avec un tesson de bouteille.

Des peines de prison ferme, mais aucun mandat de dépôt

Pendant l’audience du vendredi 11 septembre, les deux accusés n’ont pas été en mesure d’expliquer leurs comportements, qu’ils ont mis sur le compte de leur état d’ébriété manifeste.

« Je suis navré. Vraiment beaucoup. Au fond de moi, je suis taré ! Et là, j’ai vraiment fait n’importe quoi ! » a déclaré l’un des deux mis en cause, dont les propos ont été rapportés par Ouest-France.

Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a demandé au tribunal de condamner l’un des prévenus à une peine de 15 mois de prison – dont 6 mois avec sursis – et de condamner le second à 9 mois de prison – dont 6 mois avec sursis également.

Le tribunal correctionnel d’Angers a finalement condamné l’un des accusés à 12 mois de prison, dont 8 mois avec sursis, et l’autre à 9 mois de prison, dont 6 mois avec sursis. Des peines assorties d’une obligation de soins afin que les deux hommes en terminent avec leur alcoolisme.

Les magistrats n’ont toutefois délivré aucun mandat de dépôt à l’encontre des deux hommes, qui ont ainsi pu ressortir libres du palais de justice. « En clair, c’est la dernière chance. Au moindre écart, c’est la case prison », a souligné la présidente Catherine Ménardais à l’issue de l’audience.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons détruisent les cultures dans le Nord-Est, en 2 semaines

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ