Anne Hidalgo affirme qu’il y a moins d’embouteillage à Paris depuis son élection en 2014, cependant…

Par Alexandre Roche-Nuit
12 février 2020 Mis à jour: 12 février 2020

Vendredi 7 février, Anne Hidalgo a affirmé qu’il y a moins de voitures et d’embouteillages dans la capitale depuis son élection en 2014. Cependant, bien qu’il y ait en effet moins d’automobilistes, les chiffres pour les embouteillages ont eux considérablement augmenté.

La place de la voiture à Paris peut être considérée comme l’ennemie à abattre pour Anne Hidalgo. Et les mesures prises par la maire de Paris ont en effet réduit le nombre d’automobilistes présents sur les routes de la capitale.

Ce vendredi, Anne Hidalgo a déclaré qu’en conséquence il y avait moins de bouchons à Paris depuis son élection en 2014. Un raccourci un peu trop rapide, car bien qu’il y ait en effet moins de voitures, les chiffres en ce qui concerne les embouteillage affichent le contraire.

Epoch Times a recherché les chiffres officiels d’après les études menées par INRIX, le leader mondial des services d’info-trafic.

Voici en heures le temps que les automobilistes parisiens ont perdu chaque année dans les embouteillages :

70 h en 2011
63 h en 2012
55 h en 2013
45 h en 2014
(élection d’Anne Hidalgo, intervenue le 5 avril 2014)
45 h en 2015
65 h en 2016
69 h en 2017
237 h en 2018

Les chiffres sont plutôt formels, depuis l’élections d’Anne Hidalgo, les embouteillages à Paris n’ont eu de cesse d’augmenter.

Comment expliquer ce phénomène ?

À la suite des aménagements pour réduire le nombre d’automobilistes sur les routes parisiennes, le nombre de travaux a augmenté, gênant les passages routiers. Et surtout, ces travaux, qui ont visé l’instauration de voies de tramways, de bus et de pistes cyclables, ont été mis en place en sacrifiant les voies destinées aux voitures.

En conséquence, les automobilistes parisiens se retrouvent entravés, entraînant des embouteillages de plus en plus importants.

Les manifestations fin 2018 n’ont certes pas non plus aidé à améliorer la situation dans la capitale, en témoignent les chiffres qui ont explosé à partir de ce moment. On peut alors s’attendre à des chiffres similaires pour 2019.

Quant à 2020, les prochaines élections municipales n’ayant pas eu lieu, de nombreux changements peuvent encore voir le jour dans la capitale. Cependant, pour beaucoup de Parisiens, ce problème d’embouteillage reste un réel problème au quotidien.

RECOMMANDÉ