Annecy : un homme de 63 ans meurt après la première injection du vaccin AstraZeneca

Par Emmanuelle Bourdy
1 avril 2021
Mis à jour: 1 avril 2021

Dix jours après avoir reçu une injection du vaccin AstraZeneca, lequel a été rebaptisé depuis tout récemment sous le nom de Vaxzevria, Joël Crochet, un homme de 63 ans, est décédé à l’hôpital d’Annecy après des complications. Son frère souhaite que le cas de Joël soit reconnu et que les gens sachent qu’il y a des risques avec ce vaccin.

Le 17 mars dernier, Joël Crochet, un homme âgé de 63 ans est décédé à l’hôpital d’Annecy, rapporte Le Dauphiné libéré. Dix jours avant, il avait reçu sa première injection du vaccin anti-Covid-19 AstraZeneca. Ce jour-là, il s’était rendu au centre provisoire de vaccination qui se trouvait sur le Pâquier.

Jean-Luc Crochet, le frère de Joël Crochet, déclare qu’à la suite de cette première injection, il a assisté à une détérioration extrêmement rapide de l’état de santé de son frère. Seulement 30 minutes après l’injection, Joël a ressenti « des douleurs articulaires », puis, un peu plus tard, il a commencé à avoir « des problèmes respiratoires », indique le quotidien.

Comme son état ne s’améliorait pas, il est allé voir son médecin, qui lui a donné un traitement. Les choses se sont partiellement réglées jusqu’à ce qu’il ressente des douleurs et se rende directement aux urgences. Comme Joel avait un calcul à la vésicule biliaire, les médecins de l’hôpital voulaient l’opérer. Or cette opération n’a pas pu être réalisée en raison d’un problème de plaquettes, raconte le frère de Joël. C’est à partir de ce moment que tout a dégénéré et qu’il a cumulé des thromboses sur tous les organes vitaux. Il a même perdu l’usage de ses membres supérieurs. Il a été mis en réanimation, mais seulement « quelques heures » et ensuite, « c’est allé très très vite », précise son frère.

Après le décès de Joël, une autopsie a été réalisée mais une partie des résultats n’est pas encore connue de la famille du défunt. Si pour le moment aucun lien de cause à effet n’a été établi entre la vaccination et le décès de Joël Crochet, son frère Jean-Luc se questionne au sujet de la dangerosité de ce vaccin. Il suppose que la mort de Joël est due à la vaccination à « 95 % ». Même si Jean-Luc déclare ne pas être contre la vaccination, il souhaite informer les gens pour que ceux-ci se fassent leur propre opinion, « en toute connaissance de cause ».

Au nom de la famille, Jean-Luc Crochet demande que soit reconnu le cas de Joël parmi les événements thromboemboliques de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), précise encore Le Dauphiné libéré. Le journal ajoute que par ailleurs, la famille souhaite que ce cas soit notifié dans le rapport de pharmacovigilance sur les effets indésirables du vaccin AstraZeneca.

AstraZeneca a tout récemment été rebaptisé sous le nouveau nom « Vaxzevria », sans toutefois que sa formule ne change.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ