« Antifa est une chose réelle », confirme le directeur du FBI, d’après des enquêtes sur les « extrémistes anarchistes violents »

Par Jack Phillips
19 septembre 2020
Mis à jour: 19 septembre 2020

Le directeur du FBI Christopher Wray a clairement indiqué que le groupe d’extrême gauche Antifa « est une chose réelle et non une fiction », ajoutant que le FBI enquête sur des individus qui y sont liés.

Lors de son intervention devant la commission de la sécurité intérieure de la Chambre des représentants jeudi, M. Wray a déclaré qu’Antifa est plus un mouvement idéologique, ajoutant qu’il y a des suspects sous enquête qui ont prétendu en faire partie.

« Antifa est une chose réelle. Ce n’est pas un groupe ou une organisation. C’est un courant, ou une idéologie, cela peut être vu de cette façon », a déclaré M. Wray devant le panel. « Et nous avons un certain nombre – et je l’ai dit de manière assez constante depuis ma première apparition devant ce comité – nous avons un certain nombre d’enquêtes bien fondées sur ce que nous pourrions décrire comme des extrémistes anarchistes violents, et certains de ces individus s’identifient à Antifa. »

Cependant, Antifa a des « petits groupes » ou des « noyaux », a déclaré M. Wray. Le FBI « enquête activement sur le potentiel de violence » de ces « noyaux régionaux », a-t-il dit.

Certains responsables démocrates, dont le président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerrold Nadler (Parti démocrate, N.Y.), ont déclaré au cours de l’été qu’Antifa n’avait pas mené d’attaques violentes à Portland, en Oregon. L’affirmation du contraire est « un mythe qui se répand uniquement à Washington DC », a déclaré M. Nadler fin juillet, lorsqu’on lui a posé la question.

Le président de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerrold Nadler (Parti démocrate, N.Y.), s’installe pour une audience de la commission judiciaire de la Chambre des représentants afin de recevoir les présentations des avocats sur l’enquête de mise en accusation du président Donald Trump au Capitole à Washington, le 9 décembre 2019. (Jonathan Ernst-Pool/Getty Images)

Jeudi, Christopher Wray répondait à une demande de la représentante Debbie Lesko (Parti républicain, Arizona), qui affirmait que les démocrates qualifiaient Antifa de « fantasme ». Plus tard dans l’audience, le député Donald Payne (Parti démocrate, New Jersey) l’a interrogé à nouveau sur le groupe d’extrême gauche.

« Antifa est une chose réelle. Ce n’est pas une fiction », a encore dit M. Wray. « Mais ce n’est pas une organisation ou une structure. »

« Ils disent : ‘Je suis antifa' », a dit M. Wray à propos de certains suspects.

Un individu dont les pieds ont pris feu après l’explosion d’un cocktail molotov court vers un médecin à Portland, Oregon, le 5 septembre 2020. (Nathan Howard/Getty Images)

Les républicains de la commission judiciaire de la Chambre des représentants ont demandé à M. Nadler de lancer une enquête sur le président Donald Trump tout en ignorant la violence politique d’extrême gauche qui a éclaté dans diverses zones métropolitaines à la suite de la mort de George Floyd. La ville de Portland a été la plus touchée, avec des émeutes, des troubles nocturnes et des centaines d’arrestations.

Donald Trump, au milieu des émeutes et des protestations, s’est présenté comme le candidat de « l’ordre public » tout en déclarant que son rival démocrate Joe Biden capitulerait devant la foule et l’anarchie. Ces derniers jours, Joe Biden a nié ces affirmations.

« Je l’ai condamné dans tous les domaines », a déclaré Joe Biden lundi sur la chaîne WGAL, en faisant référence à la violence générale.

En début de semaine, Joe Biden a été interrogé sur sa condamnation d’Antifa. « Oui, je la condamne, la violence, peu importe qui c’est », a-t-il répondu.

Le mois dernier, le procureur général William Barr a décrit Antifa comme un « groupe révolutionnaire » comme les « bolcheviks » qui ont renversé la Russie tsariste il y a 100 ans, et qui cherche à établir le socialisme ou le communisme aux États-Unis.

FOCUS SUR LA CHINE – La déclaration polémique du conseiller de Xi Jinping

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ