Appels téléphoniques révélateurs : des médecins reconnaissent les prélèvements forcés d’organes en Chine

Par JOAN DELANEY
7 avril 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

Lorsque des enquêteurs canadiens ont commencé à enquêter sur des allégations de prélèvement forcé d’organes à grande échelle en Chine, ils ont utilisé le moyen d’appeler des hôpitaux chinois en se faisant passer pour des patients en attente d’organe.

C’est en 2006 que l’ancien secrétaire d’État David Kilgour, et l’avocat spécialisé en droits de l’homme, David Matas, ont pu prouver que des prisonniers de conscience du Falun Gong sont tués à la demande pour fournir le secteur chinois des greffes d’organes.

Leur rapport d’enquête, intitulé «Moisson sanglante: Le meurtre des Falun Gong pour leurs organes», conclut que les pratiquants de Falun Gong emprisonnés sont effectivement utilisés pour servir une industrie de greffe lucrative et florissante.

L’une des nombreuses méthodes utilisées par les chercheurs dans leur enquête a été d’appeler les hôpitaux chinois où des prélèvements d’organes ont lieu et de parler à des professionnels de la santé, en se faisant passer pour un malade ou le proche d’un malade ayant besoin d’un organe. Dans de nombreux cas, les personnes à qui ils ont parlé ont ouvertement admis se procurer des organes à transplanter dans la population des pratiquants de Falun Gong.

Ce qui suit est une retranscription de certains des appels enregistrés (traduits depuis le mandarin) lors des enquêtes de 2006 et 2016, ainsi que d’autre venant Centre de recherche China Organ Harvest.

«C’est comme une ligne de ravitaillement»

Clinique de transplantation d’organes à l’hôpital de Zhongshan, Shanghai, 16 mars 2006:

Enquêteur: Combien de temps dois-je attendre [pour une greffe d’organe]?

Docteur: environ une semaine après votre arrivée

Enquêteur: Y a-t-il des organes provenant du Falun Gong? J’ai entendu dire qu’ils sont très bons.

Docteur: Tous les nôtres sont ces types.

Chen Qiang, agent de liaison pour les greffes de reins à l’hôpital n ° 307 de l’Armée de libération du peuple à Fengtai, Beijing, le 10 avril 2007:

Enquêteur: Au fait, comment pouvez-vous être aussi sûr que [la source] sera un pratiquant de Falun Gong? Pouvez-vous savoir à coup sûr?

Chen: Comment identifier un pratiquant de Falun Gong? Eh bien, le moment venu, de notre côté, notre patron demandera à des personnes de vous montrer des informations. Vous pouvez en être sûr. Nous avons des liens avec des représentants du gouvernement. Il existe des liens avec les hauts responsables. Je vais vous montrer ces documents même si vous ne me les demandez pas.

Enquêteur: Vous savez qu’il y a plusieurs années, ils ont détenu en secret de nombreux pratiquants de Falun Gong qui avaient manifesté publiquement mais qui n’avaient pas donné leurs noms. Il n’y avait pas d’enregistrement de leur identité.

Chen: Oui, c’est tout à fait normal. Si les pratiquants de Falun Gong ne donnent pas leurs noms, ils reçoivent un code. Si leurs noms ne peuvent être identifiés, il y a un numéro de code. En outre, on peut les suivre par empreintes digitales. … Tout comme notre patron, tout comme les liens avec les centres de détention, je ne peux pas le dire avec désinvolture. Nous avons des relations étroites avec eux. Depuis que nous sommes engagés dans cette affaire, nous avons placé nos employés dans chaque département. Comment pourrions-nous faire avancer les choses si nous n’avions pas nos relations? Cette chose est juste comme une ligne d’approvisionnement, vous savez?

Chinese doctors carry fresh organs
Des médecins chinois transportent des organes dans un hôpital de la province de Henan. (Screenshot/Sohu.com)

Médecin en chef Xu, hôpital de l’armée de l’air de la ville de Chendu, le 29 avril 2006:

Enquêteur: Le patient insiste pour avoir un organe jeune et en bonne santé. Le meilleur vient de ceux qui pratiquent le Falun Gong. Aura-t-il ce genre de chance?

Xu: oui.

Enquêteur: oui?

Xu: Il aura cette opportunité.

Enquêteur: Il faut que ce soit des jeunes et en bonne santé qui pratiquent le Falun Gong!

Xu: Pas de problème.

Directeur Song, Centre oriental de greffes d’organes, ville de Tianjin, 15 mars 2006:

Enquêteur: Son médecin lui a dit que le rein sera très bon si [le fournisseur] pratique le Falun Gong.

Song: Bien sûr. Nous en avons de tous ceux qui respirent et qui ont le coeur qui bat … Jusqu’à présent, cette année, nous avons eu plus de dix reins, plus de dix de ces reins.

Enquêteur: Plus de dix de ce type de reins? Vous voulez dire des corps vivants?

Song: Oui, c’est comme ça.

Hôpital Shanghai Ruijin, le 25 octobre 2006:

Enquêteur: Utilisez-vous des reins de donneurs vivants [pour une greffe]?

Docteur: oui

Enquêteur: Eh bien, nous avons un parent à Shenyang, il a dit qu’il semblait y avoir un plus grand nombre de reins utilisés là-bas et qu’ils sont de meilleure qualité. Il fait référence à ce genre qui vient du Falun Gong, non? Utilisez-vous ce genre aussi?

Docteur: oui

Enquêteur: Ah, vous utilisez aussi ce genre de chose.

Docteur: Tous les hôpitaux sont les mêmes.

Fonctionnaire de l’hôpital Tongji de la ville de Wuhan, mars 2006:

Enquêteur: Nous espérons que les fournisseurs de reins sont en vie. Nous recherchons des greffes d’organes vivants de prisonniers, par exemple, en utilisant des corps vivants de prisonniers pratiquant le Falun Gong. C’est possible?

Fonctionnaire: Ce n’est pas un problème.

A young Falun Dafa adherent holds a sign
Panneau demandant la fin des prélèvements forcés d’organes, à Washington le 20 juillet 2017. (Benjamin Chasteen/The Epoch Times)

Dr. Li, Centre de détention de la ville de Mishan, province du Heilongjiang, 8 juin 2006:

Enquêteur: Avez-vous des fournisseurs [d’organes] de Falun Gong?

Dr Li: Nous avions l’habitude d’avoir, oui.

Enquêteur: Et maintenant?

Dr. Li: Oui.

Enquêteur: Combien avez-vous de [fournisseurs de Falun Gong] âgés de moins de 40 ans?

Dr Li: Quelques-uns.

Enquêteur: Hommes ou femmes ?

Dr. Li: Hommes.

Enquêteur: Qu’en est-il du prix?

Dr. Li: Nous discuterons après votre venue.

Hôpital des greffes de foie de la ville de Qianfoshan, province du Shandong, 16 mars 2006:

Enquêteur: L’approvisionnement en foie… ceux du Falun Gong, je veux demander si vous avez ces types?

Docteur: Cela ira si vous venez ici.

Enquêteur: Cela veut donc dire que vous les avez?

Docteur: En avril, il y aura de plus en plus de fournisseurs de ce type… maintenant, progressivement, nous en avons de plus en plus.

Enquêteur: Pourquoi y en aura-t-il plus en avril?

Docteur: Je ne peux pas vous expliquer cela.

Shen Zhenya, directeur du département de chirurgie cardiovasculaire du premier hôpital affilié à l’Université de Soochow,  mai 2014:

Shen: Nous avons des greffes d’organes tous les mois. Une fois que vous viendrez, je pense que vous devriez être capable de trouver un donneur d’organe en un peu plus de deux semaines. Les donneurs qui pratiquent le Falun Gong… nous les avons aussi.

Dr. Cui, Hôpital Ren De, ville de Weifang, province du Shandong (date inconnue):

Dr. Cui: Ne sous-estimez pas ce petit hôpital. Nous nous spécialisons dans cette [transplantation d’organes]. Je crois que nous avons la plus grande source de reins dans la province du Shandong et effectuons le plus [de greffes]. Nous obtenons nos reins de sources réparties dans tout le pays. Les reins quittent le corps du [donneur] et sont là en moins de 24 heures. La qualité est absolument assurée. Le président de notre hôpital obtient les [reins] lui-même et effectue les chirurgies personnellement.

"Organ Crimes"
“Organ Crimes,” une peinture à l’huile de Xiqiang Dong. (par autorisation de Xiqiang Dong)

Autres extraits :

Un médecin de l’hôpital Zhongshan de Shanghai a déclaré à la mi-mars 2006  que tous ses organes provenaient de pratiquants de Falun Gong. Un médecin de l’hôpital Qianfoshan dans le Shandong  a laissé entendre en mars de la même année qu’il avait des organes d’organes de pratiquants de Falun Gong et ajouté qu’en avril, il n’y aurait « plus de ce type de corps ».

En mai, le Dr Lu de l’hôpital Minzu de la ville de Nanning a déclaré que les organes des pratiquants de Falun Gong n’étaient pas disponibles dans son établissement et a suggéré à l’appelant d’appeler Guangzhou pour les obtenir. Il a également admis qu’il s’était déjà rendu dans des prisons pour sélectionner des personnes du Falun Gong en bonne santé dans la trentaine qui fourniraient leurs organes.

À la mi-mars 2006, le Dr Wang de l’Université de médecine de Zhengzhou, dans la province du Henan, a convenu : «nous sélectionnons tous les reins jeunes et en bonne santé».

Le Dr Zhu de l’hôpital militaire de la région de Guangzhou a déclaré en avril 2006 qu’il avait des reins de type B du Falun Gong, mais qu’il aurait «plusieurs lots» avant le 1er mai et peut-être plus après le 20 mai.

Début juin 2006, un responsable du centre de détention de la ville de Mishan a déclaré à un appelant que le centre avait alors au moins cinq ou six prisonniers de Falun Gong de moins de 40 ans, disponibles comme fournisseurs d’organes.

Un responsable du premier centre de détention de la ville de Qinhuangdao dans la province de Liaoning a déclaré à un appelant à la mi-mai 2006 qu’elle devrait appeler le tribunal populaire intermédiaire pour obtenir des reins du Falun Gong. Le même jour, un responsable de cette cour a déclaré qu’ils n’avaient pas de reins vivants du Falun Gong, mais qu’ils les avaient eus dans le passé, plus précisément en 2001. Enfin, le premier bureau pénal du tribunal populaire de Jinzhou en mai 2006 a déclaré à l’appelant que l’accès aux reins des pratiquants de Falun Gong était possible en fonction des « qualifications ».

L’appelant M. a appelé environ 80 hôpitaux. Dans certains cas, M. a appelé des hôpitaux et a pu parler à des médecins transplanteurs. Dix hôpitaux ont admis qu’ils utilisent des pratiquants de Falun Gong comme fournisseurs d’organes. Cinq hôpitaux ont déclaré pouvoir obtenir des pratiquants de Falun Gong. Quatorze hôpitaux ont admis utiliser des organes vivants de prisonniers. Dix hôpitaux, enfin, ont déclaré que la source des organes est un secret et qu’ils ne pouvaient pas le révéler au téléphone.

L’appelant N. a téléphoné à près de 40 hôpitaux en Chine, dont 5 ont admis avoir utilisé des organes de pratiquants de Falun Gong. N a également appelé pour parler aux médecins qui ont fait ces admissions. Ils étaient encore joignables dans les hôpitaux. N. a également fait des appels dans 36 centres de détention et tribunaux chinois, parmi lesquels 4 ont admis avoir utilisé des organes de pratiquants de Falun Gong.

RECOMMANDÉ