Après 10 ans d’errance, un petite chatte retrouve sa maîtresse

25 août 2018
Mis à jour: 25 août 2018

Pouss a 12 ans et c’est une chatte miraculée.

Il y a 10 ans, en 2008, Pouss a 2 ans. Sa maîtresse s’apprête à déménager de Toulouse. Elle confie alors sa petite chatte à des amis dans le secteur de la route de Seysse, mais le jeune félin s’enfuie. Elle passera 10 ans dans un quartier de Toulouse, nourrie par les habitants qui croyaient qu’elle appartenait à un voisin…

Jusqu’au jour où elle se présente chez une habitante de Papus, la patte enflée et une oreille infectée. Il se trouve que c’est justement une bénévole du Chat libre de Toulouse. Elle l’emmène alors chez le vétérinaire.

Marie Audo, la chargée de communication de l’association a expliqué la suite à 20 Minutes : « Comme Pouss était identifiée, que sa propriétaire avait mis ses coordonnées à jour sur le site de l’I-cad [Identification des carnivores domestiques], qu’elle est tombée sur notre bénévole et que nos vétérinaires partenaires vérifient systématiquement si les chats sont identifiés par puce ou tatouage, elle a droit à un “happy end”, et nous sommes très contents pour elle ! »

Ce vendredi 18 août, après 10 ans d’errance, Pouss a enfin retrouvé sa maîtresse dans l’Ariège.

Cette histoire aura eu un beau dénouement, mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Le Chat Libre, tout comme de nombreuses autres associations, en sait quelque chose.

Cette structure fait adopter environ un millier de chats par an et s’occupe actuellement de 631 félins, dont 170 chatons.

« Nous sommes aujourd’hui très endettés avec tous les chats abandonnés cet été, entre l’identification, la vaccination, le déparasitage et la stérilisation lorsqu’ils sont assez grands », a expliqué Marie Audo, précisant que l’association fait régulièrement des appels aux dons pour secourir nos amis félins.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ