Après avoir donné naissance à 44 enfants, cette femme ougandaise n’est plus autorisée à en avoir davantage

Par Jack Phillips
21 octobre 2019 Mis à jour: 21 octobre 2019

Mariam Nabatanzi a donné naissance à des jumeaux un an après son mariage à l’âge de 12 ans. Cinq autres séries de jumeaux ont suivi, ainsi que quatre séries de triplés et cinq séries de quadruplés. Les médecins ont alors interdit à cette femme ougandaise d’avoir d’autres enfants.

Reuters a rapporté en avril que Mariam Nabatanzi avait 38 enfants, mais des rapports publiés plus tard cette année indiquent qu’elle en a maintenant 44.

Selon le Daily Mirror et The Sun, les médecins l’ont empêché de donner naissance à davantage d’enfants après qu’il eut été révélé que son père a été lui-même le parent de 45 enfants, qu’il a eus avec plusieurs femmes.

« C’est vrai que les enfants sont tous à moi. Je ne regrette rien, je les aime et je suis si fière d’eux parce que je suis la seule mère de ces enfants », a-t-elle déclaré à Reuters plus tôt cette année.

Elle a expliqué : « Je me suis mariée quand j’étais enfant et Dieu m’a bénie. J’ai été mariée quand j’avais 12 ans et j’ai eu mon premier enfant à 13 ans […] J’avais 44 enfants mais Dieu m’en a pris quelques-uns. »

Elle a dit qu’au départ elle avait donné naissance à des jumeaux, avant d’avoir cinq autres séries de jumeaux ainsi que quatre séries de triplés et cinq séries de quadruplés, selon le rapport.

Les médecins ont découvert que ses ovaires sont anormalement grands, une maladie génétique rare qui libère plusieurs ovules par cycle.

Sa dernière grossesse s’est terminée il y a environ trois ans lorsqu’elle a donné naissance à sa sixième paire de jumeaux. Un des bébés est mort pendant l’accouchement.

Suite à cela, son mari, qui partait souvent pendant des semaines, l’a finalement abandonnée et a quitté la famille, selon les reportages. Son nom est maintenant maudit dans sa famille.

« J’ai grandi dans les larmes, mon homme m’a fait endurer beaucoup de souffrances », déclaré Mariam. « J’ai passé tout mon temps à m’occuper de mes enfants et à travailler pour gagner de l’argent. »

Désespérée à gagner de l’argent, Mariam s’occupe de tout : coiffure, décoration d’événements, collecte et vente de ferraille, brassage de gin local et vente de produits à base de plantes. L’argent est utilisé pour acheter de la nourriture, des soins médicaux, des vêtements et payer les frais de scolarité.

Le Dr Charles Kiggundu, gynécologue à l’hôpital Mulago de Kampala, a déclaré qu’elle possède un cas génétique particulier qui l’amène à donner « plusieurs ovules en un cycle, ce qui augmente considérablement les chances d’avoir plusieurs enfants par grossesse ».

L’Ouganda a l’un des taux de natalité les plus élevés au monde. (Google Maps)

Mariam Nabatanzi a ensuite déclaré que les médecins avaient pris des mesures pour éliminer le risque d’une nouvelle grossesse.

La grandeur des familles en Afrique est la plus importante au monde. Particulièrement en Ouganda, où le taux de fécondité est en moyenne de 5,6 enfants par femme, ce qui en fait l’un des taux les plus élevés du continent, atteignant plus du double de la moyenne mondiale de 2,4 enfants par femme, selon la Banque mondiale.

« Maman est bouleversée, le travail l’épuise, nous l’aidons là où nous le pouvons, comme pour la cuisine et la lessive, mais elle porte toujours tout le fardeau pour la famille. J’ai de la peine pour elle », a déclaré son aîné Ivan Kibuka, 23 ans, qui a dû abandonner ses études lorsque l’argent a manqué.

RECOMMANDÉ