Après le décès de sa mère, une fille n’a jamais été si proche de son père atteint de la maladie d’Alzheimer

Par Louise Bevan
20 août 2020
Mis à jour: 20 août 2020

Lorsque la mère de Liliana Bellini est décédée en 2013, elle a craint que sa relation avec son père âgé ne soit perdue à cause de la progression cruelle de sa maladie : la maladie d’Alzheimer. Cependant, à la grande joie de Liliana, son père l’a laissée entrer dans un monde secret partagé qui a renforcé leur lien comme jamais auparavant.

Liliana a choisi de ne pas utiliser le terme « Alzheimer » pour décrire l’état de son père ; elle dit plutôt qu’il peut « voyager dans le temps ».

Liliana et son père (Avec l’aimable autorisation de Liliana Bellini)

« Il a commencé quand ma mère est morte il y a sept ans », a déclaré Liliana sur la page Facebook de la Société Alzheimer le 5 juillet, « il n’aimait pas être à la maison sans elle, elle lui manquait trop. »

Cependant, le jeune homme de 89 ans a trouvé du réconfort en revisitant le passé et en reconstituant les souvenirs de la vie qu’il a eue avec sa compagne adorée. « Il semble mieux s’y plaire, car il revient rarement au présent », a expliqué Liliana.

Le « voyageur du temps » de 89 ans (avec l’aimable autorisation de Liliana Bellini)

Le père de Liliana, qui voyage dans le temps, réside en Italie dans un appartement avec sa soignante, Alla, une femme que Liliana décrit comme « la personne la plus aimante, la plus gentille et la plus patiente que je connaisse ». Liliana, qui vit dans un pays complètement différent, s’est engagée à rendre visite à son père aussi souvent que possible après le décès de sa mère.

« En fait », a-t-elle précisé, « j’avais réservé mon vol pour le voir au mois de mars, mais le confinement a été mis en place et tout s’est arrêté. »

Pour rattraper le temps perdu, Liliana appelle son père plus souvent, pour le rejoindre dans ses voyages imaginaires depuis le confort de leurs maisons respectives. Parfois, dit-elle, son père se retrouve à l’école primaire, inquiet pour ses devoirs ; parfois il fait la navette et demande à Liliana de le réveiller s’il s’endort dans le train avant d’arriver à sa gare.

Le duo père-fille est désormais plus soudé que jamais depuis le décès de la mère de Liliana. (Avec l’aimable autorisation de Liliana Bellini)

Il arrive que sa fille aimante se lamente lorsque son père ne se souvient plus d’elle et la confond avec d’autres personnes. Mais il y a d’autres moments précieux où elle est « La mia piccolina » (« Ma petite fille »), une fois de plus pour lui.

« Il me raconte toutes sortes de petites choses que je n’ai jamais entendues », dit-elle, ajoutant : « Certains secrets, aussi. »

Le confinement, tout en empêchant Liliana de voler pour être aux côtés de son père adoré, lui a néanmoins permis de le rencontrer exactement là où il se trouve. « Je peux être n’importe quelle personne que son esprit de voyageur du temps veut que je sois », a-t-elle expliqué. « Nous voyageons dans un endroit où le temps passé ensemble est précieux, mais aussi inexistant. »

(Illustration – imtmphoto/Shutterstock)

« Les mots ‘Ti amo Papa’ voyagent à travers les symptômes, le temps et la matière, et l’atteignent profondément », poursuit-elle. « Quand il les entend, je peux voir qu’il les laisse entrer […] il me voit vraiment et dit : ‘Je sais, je t’aime aussi.' » Avec cela, le duo père-fille se met à pleurer.

Liliana, maintenant plus proche de son père que jamais, a partagé son histoire de joie dans ce qui reste d’une vaste communauté de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, qu’elles soient elles-mêmes atteintes de la maladie ou, plus souvent encore, qu’elles prennent soin d’une autre personne.

La capacité du père de Liliana à « voyager dans le temps » peut être une caractéristique partagée par d’autres personnes atteintes de cette maladie. La maladie d’Alzheimer affecte la mémoire, la fonction de réflexion et le comportement ; ses symptômes, selon l’Association Alzheimer, finissent par devenir suffisamment graves et compromettent encore plus la vie quotidienne, et des mécanismes d’adaptation sont alors nécessaires.

(Avec l’aimable autorisation de Liliana Bellini)

Dans le monde, environ 50 millions de personnes vivent avec la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence. Bien qu’il n’existe pas de remède connu, il existe plusieurs options pharmaceutiques et non pharmaceutiques qui peuvent aider la personne et ses soignants à faire face aux symptômes. Et le voyage dans le temps pourrait bien être l’une d’entre elles.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ