Après le suicide de son fils, un père met en garde contre les confinements prolongés exercés par l’État pour faire face à la pandémie

Par Bowen Xiao
23 avril 2021
Mis à jour: 23 avril 2021

Northbrook, Illinois, États-Unis – La chambre de Dylan Buckner est une chambre typique d’adolescent, remplie de trophées et posters de stars du football.

Chris Buckner, le père de Dylan, montre des photos et des jouets miniatures de guépards, disant que Dylan aimait ces animaux en raison de leur vitesse. Il pointe vers un grand poisson au mur – une réplique grandeur nature du premier qu’il a pêché avec Dylan.

Depuis la mort de Dylan il y a trois mois, pratiquement rien dans la pièce n’a été touché, une tentative des parents de Dylan de préserver sa mémoire.

Le 7 janvier, le jeune homme de 18 ans a mis fin à ses jours en raison d’une dépression exacerbée par les mesures de confinement de l’État en contexte de pandémie. Dylan est entré dans un hôtel près de chez lui et a sauté vers la mort.

Son père a déclaré à Epoch Times n’avoir « aucun doute dans [son] esprit » que les fermetures d’écoles et l’ordre de rester à la maison de façon prolongée exigés par l’État ont aggravé et détérioré l’état de santé mentale de Dylan jusqu’à un point de non-retour.

M. Buckner affirme que sa femme, Karen, dort parfois sur le lit de Dylan, comme pour surmonter le chagrin de la perte de leur fils. Il explique vouloir faire connaître l’histoire de Dylan dans l’espoir de sauver des vies et de sensibiliser les parents à l’importance de veiller à la santé mentale de leurs enfants.

Une photo de Dylan Buckner (D) dans sa chambre, posé lorsqu’il était plus jeune, à leur domicile de Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)

Les mesures de confinement liées au Covid-19 adoptées dans tout le pays et dans le monde entier ont été associées à une augmentation des problèmes de santé mentale, en particulier chez les jeunes, qui ont été privés d’interactions sociales, de la liberté de quitter leur domicile et ont été contraints de participer à des sessions Zoom en ligne pendant des heures pour poursuivre leur cursus scolaire.

De plus en plus, les experts médicaux et psychiatriques s’inquiètent des conséquences de la pandémie sur la prochaine génération.

Des médecins ont rapporté que des enfants, dont certains n’avaient pas plus de 8 ans, se sont jetés intentionnellement dans la circulation, ont fait des surdoses de médicaments et se sont automutilés au cours de la pandémie. En août dernier, un professionnel de la santé a déclaré à Epoch Times que la crise de santé mentale actuelle était « désormais une épidémie dans une pandémie ».

Une crise familiale

Au fil de l’entretien, Chris Buckner a raconté que son fils n’avait présenté aucun signe visible de dépression et que les mesures de confinement et les fermetures d’écoles devaient être réexaminées, s’agissant de la santé des adolescents.

Alors que M. Buckner faisait visiter la maison familiale, de la chambre de Dylan à sa salle d’entraînement au sous-sol, la chienne de la famille, Lilo, suivait tranquillement. Nul doute que Lilo a été une grande source de réconfort pour lui.

M. Buckner n’a pas laissé transparaître ses émotions jusqu’à ce qu’on lui demande quels souvenirs de Dylan étaient pour lui les plus marquants.

« Tout me manque – le fait de pouvoir le serrer dans mes bras et de lui parler a été la meilleure partie de ma vie », a dit Chris en fondant en larmes.

« Le voir grandir et obtenir son diplôme de fin d’études secondaires, aller à l’université, se marier, [et qu’il me donne] des petits-enfants – tout est parti et ne reviendra pas. »

Chris Buckner, père de Dylan Buckner qui s’est suicidé en raison d’une dépression amplifiée par les mesures de confinement, regarde un album photo à son domicile de Northbrook, en Illinois, le 16 avril 2021. (Samira Bouaou/Epoch Times)
Lilo, la chienne de la famille Buckner, dort sur le lit de Dylan Buckner, à Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021. (Samira Bouaou/Epoch Times)

La famille s’inquiète également pour le jeune frère de Dylan, Ethan, et les difficultés supplémentaires qu’il rencontre maintenant. M. Buckner a déclaré que Dylan était « un grand frère formidable » pour Ethan.

Dans l’après-midi du 7 janvier, les amis de Dylan ont averti ses parents d’un danger possible. Karen a utilisé les services de localisation pour repérer son fils à partir de son téléphone il s’est avéré qu’il était dans un hôtel proche. Chris a conduit frénétiquement jusqu’à cet endroit, mais lorsqu’il a vu les voitures de police, il a su qu’il était trop tard.

Si les données établissant un lien entre le taux de suicide chez les adolescents et la pandémie ou les fermetures d’écoles sont rares et font l’objet de débats entre les experts, on constate une nette augmentation des problèmes de santé mentale. En janvier, le New York Times a rapporté que, dans l’État du Nevada, un système de monitoring préventif de la santé mentale des adolescents dans les écoles avait envoyé plus de 3 100 alertes aux responsables du comté depuis mars 2020. En décembre, 18 élèves s’étaient suicidés, ce qui a incité les écoles de la région à commander leur réouverture.

Selon un rapport sur la morbidité et la mortalité publié le 14 août dernier par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC), 41 % des 5 412 Américains interrogés à la fin du mois de juin de l’année dernière ont signalé au moins un problème de santé mentale ou comportemental. La catégorie des jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans présentait le taux le plus élevé avec 75 % des répondants ayant déclaré avoir connu au moins un problème de santé mentale.

Bien qu’avant la pandémie, Dylan ait souffert d’un certain niveau de dépression, ses parents ne soupçonnaient pas une telle détresse chez leur fils. Il ne présentait aucun des symptômes typiques et n’avait pas fait part de ses difficultés à ses parents.

En dernière année de lycée, Dylan était un quart-arrière vedette au rugby, il avait une moyenne pondérée cumulative (Grade-Point Average, GPA*) de 4,7, avait reçu plusieurs offres pour jouer au rugby dans des écoles de Division III et prévoyait d’aller au Massachusetts Institute of Technology. Cependant, au cours des dernières années, la dépression a commencé à s’installer alors que les aspects de sa vie qui lui procuraient auparavant de la joie ont brusquement été compromis.

* Le GPA est une manière particulière de mesurer la performance scolaire des étudiants-athlètes, selon l’association nationale des athlètes collégiaux (National Collegiate Athletic Association). La plus haute note possible d’un GPA est 5,0.

Le suicide de Dylan en janvier était en fait sa deuxième tentative. La première a eu lieu en septembre de l’année dernière, lorsqu’il a sauté d’un pont.

« Je pensais qu’il avait une vie parfaite jusqu’à ce qu’il fasse sa première tentative de suicide […] jusqu’à ce moment-là, nous ne nous doutions pas du tout qu’il avait des difficultés », a déclaré M. Buckner. « Il était apprécié. […] il était un excellent étudiant, très sportif, et bon dans tout ce qu’il entreprenait. »

Chris Buckner, dans la chambre de son fils, Dylan, à son domicile de Northbrook, en Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)
La chambre de Dylan Buckner à Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)

Selon M. Buckner, la pandémie et la manière dont elle a été gérée par l’État sont des facteurs ayant pesé lourd dans la disparition de son fils. Avec du recul, M. Buckner constate que la dépression de Dylan « a été exacerbée par la pandémie et le confinement ».

En mars de l’année dernière, lorsque les mesures de confinement ont vraiment commencé à frapper l’État d’Illinois, Dylan se préparait à jouer au rugby à sept contre sept. À l’époque, les écoles ont été fermées et les élèves suivaient des cours d’une demi-journée via Zoom. Avant la pandémie, Dylan, qui était très routinier, se levait tôt, allait à l’école, puis faisait une activité liée au rugby.

Pendant les 30 ou 45 premiers jours du confinement, pour beaucoup de gens, les fermetures n’ont été qu’un inconvénient, et M. Buckner a soutenu les mesures qui avaient initialement été mises en place. Mais très vite, Dylan s’est retrouvé devant beaucoup de temps libre, sans avoir de cadre structuré, et sans pouvoir faire ses sorties habituelles et ses activités sociales à l’école. Cette situation a commencé à faire ses ravages. À l’été, la pandémie étant toujours en cours, toutes les activités de rugby ont été annulées.

Peu de temps après, contrairement à d’autres États du pays, les autorités de l’Illinois ont statué que la plupart des sports, y compris le rugby, ne devaient pas être pratiqués à l’automne. En temps normal, des entraînements et des matchs de rugby officiels commençaient dès septembre. C’est à ce moment que Dylan a commis sa première tentative de suicide.

« Il n’y avait pas de signes [de dépression] visibles », a déclaré Chris. « Mais je pense que la pandémie, le confinement, la perte de cadre structuré, l’impossibilité d’interagir avec ses amis et l’impossibilité de jouer au rugby l’ont poussé dans cette zone suicidaire qui s’est produite en septembre. »

Des histoires similaires à celle de Dylan ont émergé au cours des derniers mois. Une mère de l’Illinois, Lisa Moore, poursuit actuellement le gouverneur de l’Illinois, J.B. Pritzker, citant les restrictions de l’État comme la « cause immédiate » de la mort de son fils.

M. Buckner reconnaît que la pandémie soulève des questions complexes dont il n’a pas toutes les réponses. Mais sa famille et lui estiment que, si la pandémie n’avait pas eu lieu ou si le gouvernement de l’Illinois l’avait mieux gérée, leur fils serait encore en vie.

« Je pense que si les mesures de confinement plus strictes avaient été plus courtes […] et si les enfants avaient été autorisés à jouer au rugby comme dans tant d’autres États, je pense que Dylan serait encore là », a-t-il déclaré.

Chris pense qu’une évaluation des mesures de confinement est importante pour savoir comment les moduler à l’avenir. Il souligne que les traitements du Covid-19 se sont améliorés et qu’un vaccin est désormais disponible.

La salle d’entraînement dans le sous-sol de la maison des Buckner, où Dylan Buckner passait beaucoup de temps à s’entraîner, à Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)
Dylan (à genou) dans son costume de rugby pour une photo (Avec l’aimable autorisation de Chris Buckner)

Les mesures de confinement doivent « être adaptées de manière appropriée [à la suite d’une évaluation de leurs impacts] », a-t-il déclaré.

Après la première tentative de suicide de Dylan, ses parents ont tout fait ce qu’ils pouvaient pour essayer de l’aider. Dans les mois qui ont suivi, Dylan a suivi un traitement hospitalier et ambulatoire intensif, et a essayé un grand nombre, voire la totalité, des antidépresseurs couramment utilisés pour les adolescents. Dylan a également suivi une psychothérapie conventionnelle, entre autres services.

Mais en fin de compte, ni les médicaments ni la psychothérapie « n’étaient efficaces pour lui », a déclaré M. Buckner.

« Je me suis rendu compte que le problème de santé mentale de Dylan ressemblait beaucoup à de nombreuses formes de cancer, pour lesquelles nous ne connaissons pas vraiment le remède, ou nous n’avons pas vraiment de traitements efficaces », a-t-il déclaré.

Selon M. Buckner, la maladie mentale pourrait être similaire à la toxicomanie dans la mesure où les adolescents essaient de la cacher à leurs parents. Certains des symptômes de la dépression et du suicide sont de se croire être un fardeau et, par conséquent, le fait de parler de ses problèmes à ses parents pourrait exacerber ce sentiment.

En septembre, après avoir reçu l’appel de la police lorsque Dylan a fait sa première tentative de suicide, M. Buckner a cru que les autorités avaient téléphoné à un mauvais numéro – il ne pouvait pas croire que cela était possible. Dylan n’avait pas montré de signes de situations interpersonnelles difficiles, telle qu’une rupture par exemple.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions, et rien n’a fonctionné », a déclaré Chris. « Je sais que c’est le cas pour beaucoup de personnes qui se battent contre la maladie mentale et qui finissent par perdre leur combat. »

« Le stéréotype de ‘l’esprit oisif qui est l’hospice du diable’ […] je pense qu’il s’applique parfaitement ici », a-t-il ajouté.

Nicole Avena, professeure adjointe de neurosciences à la Mount Sinai School of Medicine de New York et professeure invitée de psychologie de la santé à l’université de Princeton, a déclaré l’année dernière à Epoch Times que les problèmes de santé mentale devaient « absolument » être traités comme une crise de santé nationale.

« Les gens s’inquiètent d’une éventuelle deuxième vague du virus, mais je peux garantir que nous aurons une deuxième vague de crise de santé mentale, qui se manifeste déjà par une augmentation des suicides, des overdoses de drogues et de la consommation d’alcool », a-t-elle déclaré.

Chris Buckner, dans la chambre de son fils, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)
La chambre de Dylan Buckner à Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)

En ce qui concerne la fermeture des écoles, Chris a déclaré qu’il pense que les enfants sont « absolument bien mieux à l’école ». Bien qu’il puisse y avoir des élèves qui, pour une raison ou une autre, réussissent mieux avec Zoom ou d’autres méthodes d’apprentissage à distance, la question clé est le choix, car ces enfants pourraient prendre la décision de rester à la maison. Mais dans de nombreux endroits, les adolescents n’ont pas le droit de pouvoir aller à l’école.

Le Dr Zlatin Ivanov, psychiatre basé à New York, a été le témoin direct d’une récente augmentation de clients souffrant d’anxiété, et a déclaré à Epoch Times que « les cas de dépression ont augmenté en flèche » l’année dernière. Selon le docteur Ivanov, de nombreuses personnes ont du mal à gérer de ne plus avoir leur routine quotidienne et être coupées d’autres petits plaisirs apparents.

Si les professionnels de la santé s’accordent à dire que la distanciation sociale est essentielle pour atténuer la propagation du Covid-19, « les psychiatres sont très au fait de son impact psychologique sur la vie des personnes », a-t-il déclaré.

Selon le Dr Ivanov, on considère qu’une personne souffre d’un problème de santé mentale lorsqu’elle éprouve des difficultés à vivre sa vie quotidienne. Les gens le consultent fréquemment parce qu’ils ne se sentent pas eux-mêmes, qu’ils se mettent facilement en colère, qu’ils manquent d’énergie, qu’ils sont agités, qu’ils ne peuvent pas dormir ou qu’ils ont des crises de panique soudaines.

M. Buckner ne sait toujours pas ce qui a causé la dépression de son fils. Il affirme que Dylan était très empathique et qu’après avoir parlé avec d’autres parents et des survivants de suicides, il a appris que les enfants empathiques pourraient être plus à risque de dépression et de suicide « parce qu’ils souffrent lorsqu’ils entendent les problèmes de leurs amis et prennent sur leurs épaules certains de ces problèmes ».

Dylan avait de nombreux amis ayant des besoins particuliers, et il était un bon ami et un mentor, selon son père. Même avant l’école secondaire, au camp d’été, il portait une attention particulière à certains enfants avec des besoins spéciaux. Et lors des matchs difficiles ou après des défaites difficiles, Dylan était toujours préoccupé par le moral de ses coéquipiers.

Avant la pandémie, le suicide était déjà un problème chez les jeunes. En 2018, il s’agissait de la deuxième cause de décès « chez les individus âgés de 10 à 34 ans », selon les CDC. Cette année-là, le taux de suicide chez les hommes était presque quatre fois plus élevé que chez les femmes (22,8 contre 6,2 suicides pour 100 000).

M. Buckner souhaite transmettre ce message aux autres adolescents qui souffrent mentalement : il est normal de ne pas bien aller, et les choses vont s’améliorer. Vous n’êtes pas les seuls adolescents à vous sentir ainsi, et vos parents « vous aimeront inconditionnellement ». Il encourage tous les adolescents qui ont des difficultés à en parler à leurs parents ou à un autre adulte de confiance.

« Ne soyez pas embarrassés par cela », a-t-il dit. « Vous n’avez rien fait de mal. […] Alors demandez de l’aide. »

Selon M. Buckner, davantage de ressources doivent être investies dans le traitement des maladies mentales et de la dépression. Il importe également de normaliser le fait de parler des problèmes de santé mentale afin d’éliminer les stigmates qui leurs sont associés.

Trois mois se sont écoulés depuis la mort de son fils, mais Chris affirme que la douleur de la famille est constante. La veille de l’entretien, Chris avait assisté à une réunion Zoom avec d’autres parents qui avaient perdu leur enfant, et un membre du groupe éprouvait toujours les souffrances de la perte de son enfant décédé à la suite d’un suicide 20 ans plus tôt.

« Il est tout simplement très difficile d’imaginer une douleur pire que la perte d’un enfant par suicide », a-t-il déclaré. « La personne qui se suicide ne meurt qu’une fois, mais les survivants meurent 1 000 fois en revivant cette expérience, en se demandant pourquoi [c’est arrivé] et ce qu’ils auraient pu faire différemment ou ce qu’ils auraient dû faire [de plus] […]. »

Alors que Chris se préparait à déposer son fils Ethan à son entraînement de rugby, il a déclaré avoir eu de la chance d’avoir Dylan pendant 18 ans et qu’il essaierait de vivre sa vie comme il l’aurait voulu.

La chambre de Dylan Buckner à Northbrook, en Illinois, le 16 avril 2021 (Samira Bouaou/Epoch Times)
Chris Buckner tient une photo de son fils Dylan Buckner qui s’est suicidé à la suite d’une dépression amplifiée par le confinement, à son domicile de Northbrook, en Illinois, le 16 avril 2021. (Samira Bouaou/ Epoch Times)
Chris Buckner regarde un album photo à son domicile de Northbrook, Illinois, le 16 avril 2021. (Samira Bouaou/Epoch Times)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ