Après avoir séparé avec succès des jumelles siamoises, l’hôpital offre un travail aux deux parents

Par Louise Bevan
22 février 2021
Mis à jour: 22 février 2021

Avertissement : cet article contient des informations que certains lecteurs pourraient trouver dérangeantes

Des jumelles ont été séparées dans un hôpital universitaire au Nigeria, ce qui en fait la première opération réussie de ce genre dans l’histoire de l’hôpital.

« Nous nous sommes senties très mal et déprimées quand nous avons appris que les bébés étaient des soeurs siamoises », ont déclaré les parents Hammed Taiwo, 33 ans, et Suleiman Tawakalitu, 25 ans, à Epoch Times par e-mail. « [Nous avons poursuivi l’opération] parce que nous voulions voir nos bébés, et les avoir une à la fois. »

Habiba et Mahabuba avant l’opération (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Le mari et la femme, qui vivent à New-Bussa (au Nigéria) dans l’État du Niger, travaillent respectivement comme fabricant d’aluminium et comme coiffeuse. L’opération chirurgicale révolutionnaire de leurs bébés a été supervisée par le professeur Lukman Abdur-Rahman, chirurgien pédiatrique consultant à l’hôpital universitaire d’Ilorin (UITH) au Nigeria.

Le 5 janvier, une équipe entièrement nigériane composée de 66 membres a séparé les soeurs siamoises Habiba et Mahabuba. Les bébés étaient des soeurs thoraco-omphalopagus, c’est-à-dire qu’elles étaient jointes au niveau de la poitrine et de l’abdomen, et n’avaient que 127 jours au moment de leur opération.

(Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

« Les bébés ont été mis au monde par une césarienne d’urgence à l’hôpital général de New Bussa, dans l’État du Niger, après un travail prolongé dans une clinique privée », a expliqué Abdur-Rahman à Epoch Times. C’était la première grossesse de Tawakalitu, et elle a perdu beaucoup de sang.

« Ils étaient au courant de la grossesse gémellaire, mais la jointure des bébés n’avait jamais été détectée, même avec des échographies répétées », a déclaré Abdur-Rahman.

(Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Douze heures après leur naissance, le 30 août 2020, les petites filles ont été admises à l’unité de soins intensifs néonatals de l’hôpital pour septicémie et omphalocèle (couverture cutanée incomplète de l’abdomen). Elles partageaient également le même cordon ombilical.

Une équipe composée de chirurgiens pédiatriques et cardiothoraciques, d’anesthésistes, de radiologues, de spécialistes du comportement, de travailleurs sociaux, d’ingénieurs biomédicaux et de membres du clergé, entre autres, a été constituée « en prévision de toute éventualité », a déclaré le professeur.

Les membres de l’équipe de gestion multidisciplinaire Conjoined Twin avec les bébés et leurs parents. (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)
Professeur Lukman Abdur-Rahman (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Si les jumelles étaient réunies au niveau de la paroi thoracique inférieure et du haut de l’abdomen jusqu’au nombril, les filles ne partageaient aucun vaisseau sanguin important, et leurs foies et intestins étaient séparés, ce qui leur donnait de bonnes chances de survie indépendante.

« Je me sens très heureux et je remercie Dieu Tout-Puissant pour la réussite de l’opération de nos bébés », a déclaré leur père. « Elles vont très bien et sont en bonne santé maintenant. Nous remercions […] le professeur Abdur-Rahman et les membres de ma famille. »

Les filles ont été présentées au public, avec le consentement de leurs parents, le lendemain de l’opération.

Le professeur Lukman Abdur-Rahman avec les jumelles, séparées avec succès (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Maintenir leur santé avant l’opération n’était pas une mince affaire, a déclaré M. Abdur-Rahman. « Cela est dû au manque d’équipement spécifique pour enfants », a-t-il expliqué, « et la plupart du temps, nous adaptons l’équipement inadéquat des adultes pour soigner les enfants. »

Pendant ce temps, le directeur médical en chef de l’UITH (CMD), le professeur Abdullah Yussuf, a déclaré au Guardian que le manque d’équipement est « un phénomène général dans de nombreuses institutions comme la nôtre. Certains de nos équipements sont devenus obsolètes ».

(Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Le CMD a qualifié la séparation réussie des jumeaux de « percée », remerciant le gouverneur de l’État de Kwara, AbdulRahman AbdulRazaq, pour une subvention substantielle qui a permis à l’équipe de pratiquer cette opération qui change la vie.

« C’est la première séparation réussie de jumeaux siamois à l’UITH Ilorin depuis 2005 et 2015 », a déclaré Abdur-Rahman à Epoch Times. Malheureusement, les deux séries de jumeaux des précédentes opérations sont décédés.

L’équipe de direction de l’UITH et les bébés, avec le professeur Abdur-Rahman au dernier rang, à l’extrême droite (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

Taiwo et Tawakalitu ont été ostracisés par leur communauté et conseillés par des gens qu’ils connaissaient d’abandonner ou d’empoisonner leurs bébés en raison de leur union. Cependant, ils ont reçu un soutien psychologique de la part d’infirmières, de psychologues cliniciens et de religieux.

« Ils ont placé leur foi en Dieu parce que leur situation était aggravée par leur indigence et qu’ils ne pouvaient pas collecter de fonds pour les soins des bébés », a déclaré Abdur-Rahman. « Ils ont été stupéfaits d’apprendre que les jumelles pouvaient être séparées et continuer à vivre une vie normale, et ils ont été remplis de joie lorsqu’elles ont été séparées. »

Habiba et Mahabuba avec leurs parents (Avec l’aimable autorisation de Lukman Abdur-Rahman)

En entendant les parents des jumelles demander une aide financière à leurs compatriotes, le CMD a annoncé que l’hôpital universitaire allait rapidement prendre les deux parents comme employés dans l’établissement, selon The Guardian.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ