Après avoir souffert d’une maladie liée au vapotage, cet adolescent a maintenant des poumons comme ceux d’une personne de 70 ans

Par CNN
13 septembre 2019 Mis à jour: 13 septembre 2019

Adam Hergenreder a failli mourir à cause de son habitude de vapotage.

À la fin du mois dernier, cet étudiant sportif de 18 ans de Gurnee, en Illinois (État-unis), a été hospitalisé après avoir utilisé des cigarettes électroniques pendant plus d’un an et demi. Maintenant, ses poumons sont semblables à ceux d’un adulte de 70 ans, lui ont dit les médecins.

« C’était effrayant de penser à ça – ce petit appareil a fait ça à mes poumons », a dit Adam, se souvenant du diagnostic de ses médecins au sujet de sa santé pulmonaire.

Adam fait partie des centaines d’utilisateurs d’e-cigarettes dans le monde qui ont souffert de mystérieuses maladies pulmonaires liées à la fumée, dont beaucoup sont des jeunes. Les enquêteurs n’ont pas encore identifié la cause exacte des maladies.

Au milieu des appels en faveur d’une plus grande réglementation, l’administration Trump prévoit maintenant retirer du marché les e-cigarettes aromatisées – à l’exception de la saveur du tabac.

« Pourquoi est-ce important ? Nous assistons à une forte augmentation du nombre de lycéens et de collégiens qui utilisent ces produits aromatisés ; menthe, menthol, arôme de fruits, alcool, gomme à mâcher » a déclaré le secrétaire à la santé et aux services sociaux des États-Unis, M. Alex Azar, dans un communiqué vidéo diffusé mercredi.

La Food and Drug Administration des États-Unis a annoncé mercredi que plus d’un quart des élèves du secondaire de cette année ont déclaré avoir utilisé des cigarettes électroniques et « l’écrasante majorité » ont utilisé des arômes populaires de fruits et de menthol ou de menthe, selon les données préliminaires de la National Youth Tobacco Survey.

Adam a déclaré n’être pas sûr que ses poumons reviendront un jour sains à 100 % et qu’il s’inquiète de savoir s’il sera un jour capable de lutter à nouveau. « J’étais un lutteur inter-universitaire avant cela et je ne pourrai peut-être jamais être capable de lutter à nouveau parce que c’est un sport très physique et mes poumons pourraient ne pas être capables de tenir cet effort […] C’est triste », dit Adam.

« Nous devons agir rapidement »

Il y a actuellement plus de 450 cas de maladie pulmonaire associés à l’utilisation de cigarettes électroniques aux États-Unis, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis, qui ont qualifié cette situation « d’épidémie ».

Les autorités sanitaires ont également confirmé 6 décès – en Californie, en Illinois, en Indiana, au Minnesota, en Oregon et au Kansas – à cause de maladies pulmonaires liées à la fumée.

Alors que les maladies et les décès se sont produits tant chez les jeunes que chez les adultes plus âgés, les experts ont mis en garde contre une augmentation de l’épidémie chez les jeunes.

« Nous devons agir rapidement contre les produits aromatisés à base de cigarettes électroniques, qui sont particulièrement attrayants pour les jeunes », a déclaré le Dr Ned Sharpless, commissaire par intérim de la FDA, ajoutant que la FDA prendra des mesures supplémentaires pour lutter contre la consommation par les jeunes des produits aromatisés au tabac encore sur le marché, si les jeunes continuent à les utiliser.

« Les énormes progrès que nous avons réalisés dans la réduction de l’usage du tabac chez les jeunes aux États-Unis sont menacés par l’assaut de l’usage de la cigarette électronique. Personne ne veut voir ses enfants devenir dépendants de la nicotine, et nous continuerons d’utiliser toute la portée de notre autorité réglementaire de manière réfléchie et approfondie pour nous attaquer à cette crise croissante de santé publique. »

Des sondages distincts suggèrent également que la plupart des adolescents pensent que les cigarettes électroniques sont sécuritaires.

Adam pensait certainement que le vaping était sans danger quand il a commencé à utiliser les e-cigarettes, dit-il. Une de ses saveurs préférées était la mangue.

« Ça avait bon goût et ça donnait un peu la sensation de planer »

« J’ai d’abord commencé à faire du vaping juste pour m’intégrer, parce que tout le monde le faisait », déclare Adam, ajoutant que les saveurs lui plaisaient, surtout la mangue.

« Ça n’avait pas le goût d’une cigarette », a-t-il dit. « Ça avait bon goût », il avait également eu un petit buzz à cause de la nicotine.

Il a commencé le vaping il y a environ un an et demi, dit-il, et il allait chercher des produits de cigarettes électroniques, comme ceux de la marque Juul, à la station-service de son quartier.

« Il se réveillait le matin et aspirait son Juul avant de tousser », déclare la mère d’Adam, Polly Hergenreder.

« Il le faisait plusieurs fois dans la journée. Un flacon et demi lui faisait deux jours ou un jour et demi. »

Les experts disent qu’un flacon de Juul – une cartouche de liquide riche en nicotine que les utilisateurs branchent dans leur de e-cig – fournit la même quantité de nicotine dans le corps qu’un paquet de cigarettes. « C’est fumer beaucoup de cigarettes », a déclaré sa mère Polly.

Finalement, Adam a déclaré s’être passé du vaping des e-liquides en vente libre au THC ou du tétrahydrocannabinol, qui est le principal composant psychoactif de la marijuana. Il obtenait le THC d’un « ami » ou d’un revendeur.

À force d’en prendre, Adam avait déclaré avoir des frissons et des tremblements qu’il ne pouvait pas contrôler. C’est là que des vomissements ont commencé.

« J’ai vomi sans arrêt tous les jours pendant trois jours », a-t-il dit. « Puis, je suis allé chez le médecin. »

Au début, les médecins n’ont pas fait le lien entre l’état d’Adam et son vaping. On lui a donné des médicaments contre la nausée, mais il a dit que ses vomissements ne s’arrêtaient pas. Après avoir consulté différents médecins, il a finalement vu quelqu’un qui lui a demandé s’il prenait du « Juul » et s’il utilisait du THC.

« J’ai répondu honnêtement », dit Adam. « J’ai dit que j’en prenais. »

L’équipe qui supervisait les soins d’Adam a fait un scan de son estomac et a remarqué quelque chose d’inhabituel dans la partie inférieure de ses poumons. Les médecins ont ensuite pris une radiographie de ses poumons.

« C’est là qu’ils ont vu tous les dégâts », dit Adam.

« Si j’avais su ce que ça faisait à mon corps, je n’aurais même pas touché ce truc, mais je ne le savais pas », dit-il au sujet du vaping. « Je n’étais pas assez informé. »

« Si nous n’avions pas amené Adam ici, ses poumons se seraient affaissés… »

Adam a été admis à l’hôpital à la fin août.

« Si sa mère ne l’avait pas amené à l’hôpital dans les deux ou trois jours qui ont suivi, sa respiration aurait pu s’aggraver au point qu’il aurait pu mourir s’il n’avait pas consulté un médecin », a déclaré le Dr Stephen Amesbury, pneumologue et médecin des soins intensifs au Advocate Condell Medical Center, en Illinois, qui était un des médecins ayant vu Adam.

« C’était une maladie pulmonaire grave, surtout chez les jeunes. Il était essoufflé et avait de la difficulté à respirer », dit Dr Amesbury. « C’était très inquiétant qu’il ait des lésions pulmonaires importantes et peut-être des changements résiduels après sa guérison. »

La mère d’Adam, Polly, a passé les six jours suivants à l’hôpital avec son fils, qui a été relié à des intraveineuses et a reçu de l’oxygène par les tubes nasaux.

« Les médecins nous ont dit que si nous n’avions pas amené Adam au moment où nous l’avons amené, ses poumons se seraient affaissés et il serait mort », a dit Polly.

Pourtant, a-t-elle ajouté, « vous devriez toujours essayer de trouver le bon côté des choses », et pour sa famille, il s’agit d’utiliser l’expérience d’Adam pour informer les autres sur les risques du vaping.

Adam est maintenant rentré de l’hôpital : « J’ai encore des difficultés à faire des activités normales, comme monter à l’étage. J’en ai encore le souffle coupé », dit-il.

Même s’il est encore en convalescence – y compris en suivant des traitements respiratoires, Adam s’est concentré sur le partage de son histoire. Par son plaidoyer, il a dit qu’il avait même convaincu certains de ses amis d’arrêter le vaping.

« Ma santé s’améliore de jour en jour », dit-il. « Mais je ne veux voir personne dans ma situation. Je ne veux voir personne à l’hôpital aussi longtemps que je l’ai été. »

L’enquête fédérale des États-Unis sur le lien entre le vaping et les maladies pulmonaires graves se poursuit et n’a pas permis d’en déterminer la cause, mais tous les cas signalés ont indiqué l’utilisation de produits de cigarette électronique et certains patients ont déclaré utiliser des cigarettes électroniques contenant des cannabinoïdes, comme le THC.

Des enquêtes distinctes sont menées dans plusieurs États.

Les autorités sanitaires de New York ont déclaré la semaine dernière que des niveaux extrêmement élevés d’acétate de vitamine E ont été trouvés dans presque tous les produits vaping contenant du cannabis qui ont été analysés dans le cadre de cette enquête. Chaque personne qui est tombée malade en avait ingéré, les produits en contenant sont maintenant soumis à des tests.

Des tests de laboratoire effectués au Centre Wadsworth du ministère de la Santé de l’État de New York à Albany ont révélé des « taux très élevés » d’acétate de vitamine E dans les échantillons contenant du cannabis, a annoncé le ministère de la Santé de l’État.

L’acétate de vitamine E est maintenant « un point central » de l’enquête de l’État sur ces maladies, a déclaré le ministère de la Santé de New York. Certains des produits qui contiennent de l’acétate de vitamine E sont des boissons gazeuses à saveur de bonbons.

« Nous n’avons pas assez de recul pour dire ce qui va se passer dans 10, 20 ou 30 ans »

L’entreprise Juul a soutenu que ses produits sont destinés à convertir les fumeurs adultes à ce qu’elle a décrit dans le passé comme une alternative moins nocive. Dans d’autres déclarations, l’entreprise affirme qu’elle ne peut pas prétendre que ses produits sont plus sûrs, conformément à la réglementation de la FDA.

Les scientifiques soulignent qu’ils en sont encore à en apprendre davantage sur les effets à long terme des e-cigarettes sur la santé. Une étude publiée dans le journal de l’American College of Cardiology en mai a révélé que les saveurs de cigarette électronique peuvent endommager les cellules qui tapissent vos vaisseaux sanguins et affecter en fin de compte votre santé cardiaque.

Une autre étude, publiée dans la revue Radiology en août, révèle que le vaping a un impact momentané sur le fonctionnement des vaisseaux sanguins chez les personnes en santé. À l’aide de l’IRM, on a constaté, par exemple, des modifications du débit sanguin dans l’artère fémorale d’une des jambes après une seule utilisation. Les chercheurs n’ont pas encore pu déterminer quel produit chimique pourrait être responsable des changements qu’ils ont observés.

De nombreuses questions demeurent sans réponse, selon M. Amesbury.

« Nous n’en sommes qu’au tout début de la phase de découverte des problèmes que peut poser le vaping. Nous découvrons ces maladies graves et aiguës, mais nous n’avons pas assez de recul pour dire ce qui va se passer dans 10, 20 ou 30 ans. »

RECOMMANDÉ