Des archéologues découvrent les vestiges d’une ancienne muraille construite à l’âge du fer dans le royaume de Juda en Israël

Par Michael Wing
19 juillet 2021
Mis à jour: 19 juillet 2021

Les vestiges d’une ancienne muraille construite à l’âge du fer pour protéger la ville de David, dans le royaume de Juda, ont été mis au jour par des archéologues dans le parc national de la ville de David, en Israël, dans le cadre du développement du parc.

Le mur a été érigé à l’époque du Premier Temple pour protéger la ville des envahisseurs venus de l’est, mais il a été percé en 586 avant J.-C. par les Babyloniens, qui sont entrés dans la ville et l’ont détruite.

Une nouvelle section de cette muraille prouve maintenant que le versant oriental de la ville était autrefois protégé par une « seule ligne de fortification impressionnante », a déclaré l’Autorité israélienne des antiquités.

« Le mur d’enceinte a protégé Jérusalem de plusieurs attaques pendant le règne des rois de Judée, jusqu’à l’arrivée des Babyloniens qui ont réussi à le percer et à conquérir la ville », a déclaré l’Autorité.

« Les vestiges des ruines sont visibles dans les fouilles archéologiques. Cependant, tout n’a pas été détruit, et certaines parties des murs, qui se sont dressés et ont protégé la ville pendant des décennies et plus, restent debout à ce jour. »

(Avec l’aimable autorisation de Koby Harati, Cité de David via l’Autorité des antiquités d’Israël)
(Avec l’aimable autorisation de Yaniv Berman, de la Cité de David et de l’Autorité des antiquités d’Israël)

La découverte fait le lien avec d’autres structures en pierre, mises au jour des décennies plus tôt au nord et au sud de la découverte, qui, malgré leur « nature impressionnante », ne devaient pas être considérées comme des vestiges du mur oriental.

La nouvelle section, jointe aux sections déjà trouvées, a permis aux chercheurs de reconstituer 200 mètres du mur qui entourait autrefois le versant oriental de la ville de David et de Jérusalem.

« Dans les années 1960, l’archéologue britannique Kathleen Kenyon a mis au jour une section du mur dans la partie nord du versant et l’a datée de l’époque du Royaume de Juda », a déclaré l’Autorité.

« Environ une décennie plus tard, l’archéologue Yigal Shiloh a mis au jour une longue section du mur, lors de fouilles dans la partie sud du versant. »

(Avec l’aimable autorisation de Yaniv Berman, de la Cité de David et de l’Autorité des antiquités d’Israël)
(Avec l’aimable autorisation d’Eliyahu Yanai, Archives de la ville de David via l’Autorité des antiquités d’Israël)

D’autres sections du mur, qui ont été démantelées au début du 20e siècle puis reconstruites, ont permis aux chercheurs de retracer une autre section de près de 30 mètres de long, d’une hauteur de 2,5 mètres et d’une largeur de 5 mètres, a déclaré l’Autorité.

La Bible rapporte que l’armée babylonienne a démoli les murs autour de Jérusalem, mais il semble que le mur oriental soit resté intact en raison de la pente orientale abrupte de 30 degrés de la vallée du Cédron, à côté de la ville de David.

(Avec l’aimable autorisation de Koby Harati, Cité de David via l’Autorité des antiquités d’Israël)
(Avec l’aimable autorisation de Koby Harati, Cité de David via l’Autorité des antiquités d’Israël)

Des preuves de la destruction de la ville par les Babyloniens, y compris un bâtiment qui se trouvait à côté du mur, ont été révélées lors de fouilles antérieures ; « des rangées de jarres de stockage ont été découvertes, qui ont été brisées lorsque le bâtiment a brûlé et s’est effondré », a déclaré l’Autorité.

Les jarres portent des poignées estampillées soit de « Lamelech » – qui signifie « appartient au roi », des motifs de cercles concentriques, soit de rosettes – des motifs de roses circulaires « associés aux dernières années du royaume de Juda ».

Un sceau-timbre babylonien en pierre « représentant un personnage debout devant les symboles des deux dieux babyloniens Marduk et Nabu » a également été découvert, indiquent les autorités, ainsi qu’une « ‘bulla’ (empreinte de sceau-timbre faite dans l’argile) trouvée à proximité et portant un nom personnel judéen ‘Tsafan' ».

La nouvelle découverte sera exposée lors de la conférence de l’Autorité israélienne des antiquités en octobre.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ