Arrivée à Paris des premiers Afghans exfiltrés de Kaboul par la France

Par Epoch Times avec AFP
19 août 2021
Mis à jour: 20 août 2021

Les premiers Afghans mis en sécurité par la France après la chute du pays aux mains des talibans sont arrivés mercredi à l’aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle.

Un avion de l’armée de l’Air française transportant plus de 200 passagers, dont 25 français et une large majorité d’Afghans, dont un nombre important de femmes et d’enfants, s’est posé peu avant 19H00 GMT.

C’est la deuxième arrivée à Paris d’un vol du pont aérien mis en place par la France pour évacuer Français et Afghans du pays tombé aux mains des talibans. Une opération qui pourrait durer encore plusieurs jours. Un premier vol lundi transportait principalement des Français.

« Nous vous le devons. Bienvenue », a lancé sur Twitter le président français Emmanuel Macron.

« Nous commençons de zéro »

« Nous sommes heureux de démarrer une nouvelle vie mais nous commençons de zéro », a déclaré à l’AFP l’un des arrivants venu avec sa famille, qui n’a pu emporter que des habits et 2.000 afghanis, soit un peu plus de 20 euros. « Ma famille, mes enfants sont très heureux de quitter l’Afghanistan, pour au moins survivre aux atrocités des talibans ».

Un autre évoque aussi son départ précipité de chez lui, il n’a pris que quelques vêtements, et fait part de « l’énorme soulagement pour ma famille et moi » quand l’avion a décollé de Kaboul.

À leur arrivée, les Afghans exfiltrés ont été pris en charge par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) et l’association France Terre d’Asile, qui ont tous deux refusé de fournir des précisions sur leurs lieux d’hébergement.

« Construire leur dispositif d’accueil dans l’urgence »

« On est en train de construire leur dispositif d’accueil dans l’urgence et la nécessité », a déclaré à l’AFP le directeur général de l’Ofii, Didier Leschi.

« On va s’occuper de les prendre en charge, ils auront tous un hébergement », a confirmé la directrice générale de France Terre d’Asile, Delphine Rouilleault.

Des passagers, qui ont fui l’Afghanistan, débarquent  à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, au nord de la capitale française, le 18 août 2021. Photo par Alain JOCARD / AFP via Getty Images.

Les arrivants non vaccinés contre le Covid seront soumis à des tests de dépistages et devront respecter une quarantaine de 10 jours, ont précisé les autorités. De plus, une vaccination leur sera proposée.

Ces exfiltrés ont été escortés mercredi au terme d’une opération délicate conduite par des forces françaises depuis l’ambassade française dans Kaboul jusqu’à l’aéroport.

Personnes « qui se trouvaient menacées »

Il s’agit de personnes « qui se trouvaient menacées et dont l’engagement méritait que la France leur offre l’asile », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

À ceux-ci s’ajoutent 25 Français, soit « une grande partie des personnes, de nationalité française comme afghane, qui s’étaient réfugiées au sein du bâtiment de l’ambassade de France à Kaboul », a précisé le patron de la diplomatie française.

Le vol transporte également 4 Néerlandais, 1 Irlandais et 2 Kenyans.

« À nos armées, policiers et équipes diplomatiques qui organisent ces opérations sensibles, merci. On continue », a tweeté le président Emmanuel Macron.

Et le pont aérien français continue de fonctionner, avec un nouveau vol qui transporte 138 personnes, dont 124 Afghans, attendus sur la base émirienne.

« Et on va poursuivre autant que faire se peut », a déclaré M. Le Drian, soulignant la volonté française de permettre au maximum d’Afghans engagés en faveur des droits et de la société civile de pouvoir quitter le pays.

« Il reste encore des milliers de personnes en danger »

« Cette opération qui permet la mise en protection d’Afghanes et d’Afghans qu’il était impératif de protéger est la réussite d’un important travail collectif », s’est réjoui de son côté le chef de la diplomatie française.

Mais le dossier reprenait aussitôt un aspect politique, avec des déclarations offensives de la maire socialiste de Lille (Nord), Martine Aubry, qui a revendiqué avoir travaillé avec le ministère de la Culture pour établir des listes de personnalités afghanes à rapatrier.

« Il reste encore des milliers de personnes en danger », a-t-elle ajouté, jugeant « scandaleux que le départ des Américains n’ait pas été anticipé par la Coalition et l’Otan pour que l’on puisse faire partir ces personnes plus tôt ».

Mardi, 41 ressortissants français et étrangers avaient déjà été exfiltrés de Kaboul par la France, grâce au pont aérien mis en place après la prise de pouvoir par les talibans dimanche.

L’opération d’exfiltration, baptisée Apagan, mobilise deux avions de l’Armée de l’air sur le tronçon Émirats-Kaboul et deux autres pour les vols entre les Émirats et la France.

Selon l’Elysée, près de 800 Afghans ont été accueillis sur le sol français dans le cadre du « devoir » de protection, entre 2001 et 2014.

Par ailleurs, entre mai et juillet 2021, 625 personnes ayant travaillé pour l’ambassade de France à Kaboul sont arrivées en France, selon la même source.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ