La vie sous la tyrannie : tout peut arriver maintenant à Hong Kong

Par Edward Chin
8 août 2021
Mis à jour: 16 août 2021

Comme nous le savons tous maintenant, la transformation extrême de Hong Kong imposée par Pékin est presque terminée, que ce soit dans le domaine de l’éducation, de la société, de la politique, de l’économie ou du processus électoral, pour n’en citer que quelques-uns.

Au cours des deux dernières années, la répression totale de Hong Kong a été plus que surréaliste. Pékin a renoncé à toute prétention d’honorer la Déclaration commune sino-britannique sur la question de Hong Kong signée en 1984. Un porte-parole de Pékin a même qualifié ce qui était censé être un accord à toute épreuve de simple « document historique », et de manière éhontée a ouvertement déclaré au monde que personne ne devait se mêler des affaires de Hong Kong.

Deux ans se sont écoulés depuis le mouvement social de 2019, et les Hongkongais ont désormais véritablement fait l’expérience du style de tyrannie de la Chine continentale dans le cadre de la loi sur la sécurité nationale (LSN). En tant qu’arme politique, elle a maintenant été largement utilisée comme une excuse pour réprimer les personnes vivant dans cette ville internationale autrefois réputée. La loi sur la sécurité nationale a également fait de Hong Kong une ville de la peur. Bien sûr, le coupable n’est pas la LSN elle-même, qui n’est qu’un outil pratique conçu par le Parti communiste chinois (PCC) pour effectuer la transformation brutale et barbare de notre ville.

En tant que financier, je suis surtout préoccupé par la perte de l’indépendance de notre système judiciaire. Les Hongkongais et les expatriés vivant à Hong Kong s’inquiètent de plus en plus pour leur sécurité, d’autant plus que notre ville a été transformée à presque 100 % en un État policier.

Pékin a restreint les libertés de Hong Kong à une vitesse supersonique, et l’ensemble du processus a été extrêmement impitoyable, ce qui a fait perdre espoir à de nombreuses personnes. Dans le passé, je disais toujours aux gens combien j’avais de la chance d’être né à Hong Kong. J’avais profité de la réussite économique et des libertés de la ville. Je ne le dirais plus aussi rapidement maintenant.

Beaucoup de gens connaissent la modification de l’ordonnance sur l’immigration à Hong Kong, qui est entrée en vigueur le 1er août et qui permet aux agents de l’immigration d’interdire aux gens d’entrer ou de sortir de Hong Kong. L’ordonnance a entraîné une augmentation du nombre de policiers en civil postés à l’intérieur de l’aéroport international de Hong Kong.

Les policiers en civil de la NSL peuvent venir vous interroger si vous avez l’air suspect. Si vous êtes habillé en noir et que vous avez l’air athlétique en entrant à Hong Kong, vous risquez d’avoir des ennuis, car vous ressemblez à la tenue des manifestants lors des manifestations de masse de 2019. La police du NSL pourrait vous interroger sur le but de votre visite à Hong Kong, sur les endroits où vous avez voyagé au cours des derniers mois, etc. Tout cela se fait avant même que le passager d’une compagnie aérienne n’atteigne le comptoir de l’immigration.

Et ces « fonctionnaires en civil » ne montreront probablement aucune pièce d’identité au passager, ce qui n’a jamais été le protocole standard à Hong Kong avant la mise en place de la NSL par le PCC.

En ce qui concerne l’avenir, Pékin exerce désormais un contrôle total sur l’ensemble du processus électoral de Hong Kong, qu’il s’agisse des élections des conseils de district ou législatifs ou du cercle restreint du comité électoral, qui compte désormais 1 500 membres, qui voteront pour le prochain chef de l’exécutif de la Région administrative spéciale de Hong Kong.

Tous les candidats devront prouver à Pékin qu’ils sont réellement « patriotes », et les prétendus patriotes seront contrôlés par la police de la NSL. Et pour ceux qui veulent toujours se présenter aux élections à Hong Kong, gare à la participation à une veillée annuelle du 4 juin à Tiananmen autrefois ou à l’une des manifestations pacifiques contre le projet de loi sur l’extradition en 2019, car cela pourra les disqualifier. La police de la NSL pourrait fouiller plus profondément dans les secrets les plus sombres de tout candidat.

Mais avec un système électoral totalement injuste, pourquoi une personne saine d’esprit prendrait-elle la peine de se présenter aux élections ?

Ce qui m’inquiète le plus, c’est la détention d’un large éventail de Hongkongais soupçonnés d’avoir enfreint la fameuse loi sur la sécurité nationale (NSL). Il est presque communément admis aujourd’hui que si une personne est accusée d’avoir violé la NSL, les autorités peuvent l’enfermer indéfiniment avant tout procès.

Le sort des Hongkongais qui luttent pour la démocratie et les libertés dans cette ville n’est pas très différent des conséquences désastreuses auxquelles sont confrontés les dissidents sur le continent aujourd’hui. Il pourrait y avoir quelques Liu Xiaobo en devenir à Hong Kong – le premier lauréat du prix Nobel à recevoir le prix alors qu’il était dissident en Chine.

Honnêtement, le seul « crime » de Jimmy Lai, un magnat des médias, de Benny Tai, un professeur de droit, ou de Joshua Wong, un jeune militant dynamique, a été d’apporter de l’espoir à la ville. Il est troublant de constater que les Hongkongais risquent, à l’avenir, de devoir faire face à des accusations sans fondement telles que « conspiration de collusion avec des forces étrangères » ou « incitation à la subversion du pouvoir de l’État ».

Le monde entier devrait également être alarmé par la proposition de certains loyalistes de Pékin de retirer les droits d’autorégulation de l’Association du Barreau de Hong Kong (HKBA ). Certains loyalistes de Pékin ayant une formation juridique ont accusé la HKBA d’être « politique », et si un jour Pékin retire les droits d’autorégulation de la profession juridique, qu’il s’agisse d’avocats ou de procureurs, presque tous les secteurs de la société de Hong Kong seront contraints de plaire à Pékin et en seront à sa merci.

Y a-t-il une quelconque perspective de changement pour le mieux à Hong Kong ? Pas vraiment. En fait, tout peut arriver à Hong Kong maintenant. D’autres arrestations sans fondement seront effectuées, puisse Dieu nous secourir, avant de plus amples destructions.

Edward Chin dirige une société d’investissement. Il était auparavant à la tête d’un fonds spéculatif britannique coté en bourse, le plus important de son genre en termes d’actifs sous gestion. En dehors de l’espace des fonds spéculatifs, Edward Chin est l’organisateur du camp pro-démocrate de 2047 Hong Kong Monitor et un conseiller principal de Reporters sans frontières (RSF, HK & Macau). M. Chin a étudié la communication orale à l’université du Minnesota et a obtenu une maîtrise en administration des affaires (MBA) à l’université de Toronto.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ