Une banane scotchée au mur vendue 120.000 dollars à la foire d’art contemporain de Miami

Par Nathalie Dieul
8 décembre 2019 Mis à jour: 8 décembre 2019

120 000 dollars – soit plus de 108 000 euros : c’est le prix qu’a été payé pour une banane tout simplement scotchée au mur cette semaine à la foire d’art contemporain Art Basel de Miami. L’œuvre signée Maurizio Cattelan est celle qui a fait le plus parler d’elle lors de l’évènement annuel.

Une quelconque banane achetée dans un supermarché de Miami et un morceau de ruban adhésif large de couleur grise constituent The Comedian (Le Comédien). Encore plus surprenant, l’œuvre a été réalisée en trois exemplaires, dont deux ont été vendus dès le premier jour de la foire.

D’après 20 minutes, ce sont des Français qui ont acheté ces deux premiers exemplaires, au prix de 120 000 $ chacun. Le troisième exemplaire de The Comedian serait encore disponible, selon CBS, cette fois-ci pour le modeste prix de 150 000 $, soit plus de 135 000 €.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Artribune (@artribune) le

C’est à cause du succès rencontré par les deux premiers exemplaires que le prix du troisième a été revu à la hausse. En effet, après la vente des deux premières bananes, Emmanuel Perrotin, le galeriste français d’art contemporain qui représente l’artiste, « a rapidement envoyé un SMS à Cattelan. Les deux se sont mis d’accord pour augmenter à 150 000 dollars le prix de la troisième édition de l’œuvre », indique le site spécialisé Artnet News.

M. Perrotin a expliqué à CBS que l’œuvre « nous force à nous interroger sur la valeur qui est accordée aux biens matériels », tandis qu’il a déclaré à CNN que la banane est « un symbole du commerce mondial, une ambiguïté et un instrument classique de l’humour ».

Tandis que certains ont l’air d’apprécier l’humour de l’artiste italien, la plupart des internautes ont plutôt du mal à comprendre cette forme d’art et y réagissent fortement sur les réseaux sociaux.

« C’est écœurant. Si des gens n’ont rien d’autre à faire avec leur argent que d’acheter une banane à 120 000 $, qu’ils le donnent aux pauvres. Dans quel monde sommes-nous ? », s’indigne un internaute sur Instagram. « 120 000 dollars, 10 ans de smic pour une banane ! », compare un autre internaute sur Facebook.

« Quelle honte… et en même temps de nombreux artistes de talent ne vendent pas ou peu », regrette une autre utilisatrice d’Instagram.

Quant aux acheteurs des différentes éditions de l’œuvre de Maurizio Cattelan, ils devront changer leur banane tous les sept à 10 jours. Pour cela, il leur faudra suivre les instructions de l’artiste, indiquées dans un document de 14 pages qui détaille, entre autres, la hauteur (1 mètre 37) et l’angle (37 degrés).

RECOMMANDÉ