Un artiste à la tronçonneuse insuffle une nouvelle vie au bois en créant d’incroyables œuvres d’art

Par Epoch Times
31 août 2021
Mis à jour: 31 août 2021

Un homme qui a grandi en aidant son père à couper du bois de chauffage avec une tronçonneuse pour chauffer la maison a été intrigué par la sculpture à la tronçonneuse après avoir vu des sculpteurs à la foire locale. Il a depuis adopté cette technique et sculpte des pièces incroyables depuis 23 ans.

« C’est en fait une activité thérapeutique. On se perd dans le processus créatif fou au milieu duquel on se trouve. C’est un pandémonium poétique », a dit à Epoch Times Bob King, d’Edgewood, dans l’État de Washington, par courrier électronique.

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)
(Avec l’aimable autorisation de Bob King)

Cet artiste de 57 ans, qui a grandi à Reedsport, dans l’Oregon, a d’abord reçu une bûche de cèdre pour essayer de travailler sur son nouvel intérêt. Cependant, anticipant l’échec, Bob a gardé la bûche derrière sa porte pendant un an.

Selon son site web, après avoir été persuadé par son ami d’essayer en lui promettant même un autre morceau de bois s’il échouait, Bob a relevé le défi et a sculpté un ours noir tenant un pot de miel. La sculpture en bois s’est avérée être un succès et il a même reçu quelques offres pour la vendre.

En 2000, lorsque Boeing a connu un important licenciement, Bob a décidé de donner une nouvelle dimension à son hobby. Après s’être inscrit à des cours de sculpture dans un collège communautaire et avoir reçu une éducation artistique formelle, il a commencé à sculpter des visages et des figures humaines.

Expliquant le processus créatif qui se cache derrière chaque sculpture en bois, Bob a dit à Epoch Times : « Je commence par une idée de composition. À partir de là, il suffit de l’ ‘adapter’ à un rondin. Il est préférable d’en trouver un qui englobe juste les limites extérieures de ce que vous voulez. »

« Un gros débitage à l’aide d’une grande scie permet d’éliminer les gros morceaux et d’établir une forme de base », ajoute Bob. « Le travail fini est réalisé avec des scies plus petites pour faire ressortir les détails. »

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)

Pour les détails plus fins, comme les yeux et le nez, Bob utilise des outils électriques plus petits. Cependant, il admet qu’avec cette sculpture à la tronçonneuse, il n’y a jamais vraiment de point final spécifique et que l’on peut continuer à ajouter des détails, cela dépend simplement du sculpteur qui choisit le « moment où il s’arrête ».

Le temps nécessaire pour chaque sculpture à la tronçonneuse, selon Bob, dépend de la taille et de l’essence du bois. En moyenne, il dit qu’il faut un jour ou deux pour terminer une pièce.

Il espère que chaque pièce racontera une « histoire particulière » ou « transmettra au moins une énergie ou un sentiment ».

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)

Au fil des ans, Bob a pris part à divers concours de sculpture à la tronçonneuse et affirme que ces événements contribuent à enrichir et à affiner les talents existants de l’artiste.

« On nous met devant un beau bloc de bois, on nous donne un thème (nautique, animaux, etc.), on nous laisse un temps imparti », explique Bob.

Parmi 16 à 20 concurrents, chacun fait de son mieux pour créer sa plus belle pièce. Les œuvres sont ensuite jugées par des professionnels et la plus belle d’entre elles est récompensée.

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)

Lors d’un concours auquel Bob a participé en Hollande, il a créé un cerf avec des cornes et une chouette derrière lui. La sculpture à la tronçonneuse, selon Bob, a pris environ 4 jours pour être achevée, mais elle avait beaucoup de présence une fois terminée.

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)

Dans certains cas, la forme de la bille aide à décider du produit final, et dans ce cas, Bob a dit : « [Le cerf] était là et il semblait si facile de le faire ressortir. »

Au fil des ans, Bob a sculpté diverses sculptures primées dans le monde entier. Parmi ses créations les plus majestueuses et magnifiques, on trouve des ours, des phoques, des soldats de combat, des ânes, etc. Cependant, il dit que les aigles sont restés ses préférés.

« Je ne me lasse jamais d’eux », dit Bob. « C’est amusant d’essayer de les imiter en bois. »

(Avec l’aimable autorisation de Bob King)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ