Un astéroïde qui «anéantirait une ville» et qui n’était pas détecté se dirigeait vers la Terre à une vitesse de 45 km/s, ce qui a surpris les scientifiques

Par Venus Upadhayaya
29 juillet 2019 Mis à jour: 29 juillet 2019

Les scientifiques ont été surpris d’apprendre qu’un astéroïde a failli toucher la Terre le jeudi 25 juillet.

« Il était très proche. S’il avait touché la Terre, ce serait comme faire exploser une énorme arme nucléaire », a déclaré Michael Brown, professeur agrégé de l’école de physique et d’astronomie de l’Université Monash, au Sydney Morning Herald.

Cette roche, surnommée Astéroïde 2019 OK, mesurait environ 100 mètres de diamètre et se déplaçait à une vitesse de près de 45 km par seconde (soit 162 222 km/h). Cet astéroïde a manqué la planète Terre d’une distance d’environ 72 500 kilomètres, ce qui est inférieur à la distance entre la Terre et la Lune, a rapporté Astronomy Magazine.

L’astéroïde volait dans la direction du Soleil, c’est pourquoi les astronomes n’ont pas réussi à le détecter, a déclaré Brown.

« Sa présence était peu visible, il était près du Soleil. Il s’est rapproché de nous, de plus en plus lumineux, et finalement, des télescopes plus petits l’ont capté. Littéralement, il était à environ 70 000 kilomètres de la Terre », déclare t-il.

Les scientifiques ont été surpris par cette découverte parce qu’ils n’avaient aucune idée qu’il allait dans notre direction. L’astéroïde « 2019 OK », aussi appelé « City-Killer » (tueur de ville), est le plus gros astéroïde observé jusqu’à présent en 2019, selon Astronomy Magazine.

Le Sydney Morning Herald a rapporté que l’astéroïde a été détecté pour la première fois à l’Observatoire SONEAR d’Oliveira, au Brésil, le mercredi 24 juillet 2019.

« SONEAR a découvert un astéroïde qui passera très près de la Terre ce soir (25 juillet 2019) », a écrit SONEAR, un observatoire privé, sur sa page Facebook.

Le Jet Propulsion Laboratory de la NASA a confirmé la découverte de SONEAR, selon le Sydney Morning Herald.

Selon d’autres rapports, l’astéroïde constituait une véritable menace pour l’humanité.

« Son impact aurait généré une explosion de plus de 30 fois l’énergie de l’explosion atomique d’Hiroshima », a déclaré Alan Duffy, professeur associé à l’université Swinburne, au Sydney Morning Herald.

Peu d’astéroïdes par le passé ont causé des dégâts aussi importants que les explosions nucléaires. Le 30 juin 1908, une forêt de Russie a été rasée sur 2 000 kilomètres carrés, selon la revue scientifique Nature. L’explosion dans le ciel près de la rivière Podkamennaya Tunguska a été causée par un météore.

Toujours en Russie, un astéroïde qui a explosé au-dessus de la ville de Tchéliabinsk le 15 février 2013, a blessé 1 200 personnes, selon Space.com. L’explosion était plus puissante qu’une explosion nucléaire et a été ressentie jusqu’en Antarctique.

Après le météore de Tchéliabinsk, la NASA a mis en place un Bureau de coordination de la défense planétaire, dont le travail est de « gérer sa mission permanente de défense planétaire », selon le site internet de la NASA.

« Le PDCO est chargé de fournir en temps opportun des informations précises au gouvernement, aux médias et au public sur l’approche des objets potentiellement dangereux proches de la Terre et tout autre impact potentiel », indique le site de la NASA.

RECOMMANDÉ