Les astronomes ont peut-être découvert une exoplanète semblable à la Terre, en orbite autour d’une étoile similaire au Soleil

Par CNN
7 juin 2020
Mis à jour: 7 juin 2020

À quelque 3 000 années-lumière de la Terre, les chercheurs pensent avoir trouvé une exoplanète de la taille de la Terre, en orbite autour d’une étoile semblable au Soleil.

L’étoile est connue sous le nom de Kepler-160, et elle a été observée lors de la mission Kepler de la NASA pour la chasse aux exoplanètes entre 2009 et 2013. Sa taille et sa température sont similaires à celles de notre Soleil.

Les observations précédentes effectuées au cours des six dernières années ont révélé deux exoplanètes sont en orbite autour de Kepler-160, Kepler-160b et Kepler-160c. Mais celles-ci sont beaucoup plus grandes que la Terre et orbitent à proximité de l’étoile, ce qui rend leur température de surface très élevée et inhospitalière pour la vie.

De petites variations dans le temps nécessaire à Kepler-160c pour orbiter autour de l’étoile laissent cependant penser qu’il pourrait y avoir une troisième planète dans le système. Au lieu de cela, les astronomes ont trouvé non pas une, mais deux autres planètes.

« Notre analyse suggère que Kepler-160 n’a pas 2 mais 4 planètes en orbite autour d’elle au total », a déclaré René Heller, auteur principal de l’étude et scientifique de l’Institut Max Planck pour la recherche sur le système solaire, dans un communiqué.

L’étude détaillant leurs découvertes a été publiée cette semaine dans la revue Astronomy & Astrophysics.

La troisième planète est Kepler-160d, qui est responsable de la distorsion de l’orbite de Kepler-160c. Mais l’autre planète potentielle qu’ils ont découverte est encore plus distincte et passionnante.

La planète candidate a été baptisée KOI-456.04. Elle fait moins du double de la taille de la Terre et reçoit une quantité et un type de lumière similaires de la part de son étoile, qui est semblable au Soleil.

La planète candidate est également en orbite à une distance qui la place dans la zone habitable de l’étoile, où la température de la surface de la planète pourrait supporter de l’eau liquide – et le potentiel de vie. Cette distance est similaire à la position de la Terre par rapport au Soleil.

Et sa période orbitale autour de l’étoile est de 378 jours, comme l’année terrestre pour accomplir une orbite complète autour du Soleil.

« KOI-456.01 est relativement grande par rapport à de nombreuses autres planètes considérées comme potentiellement habitables. Mais c’est la combinaison de cette taille, qui est inférieure au double de celle de la planète Terre, et de son étoile hôte de type solaire, qui la rend si spéciale et si familière », a déclaré M. Heller.

Tous les facteurs relatifs à la façon dont cette planète potentielle interagit avec son étoile hôte indiquent que les conditions à la surface pourraient être similaires à celles de la Terre – mais tout dépend de la présence ou non d’une atmosphère. Les chercheurs ont déclaré que si la planète avait une atmosphère stable avec un léger réchauffement dû à un effet de serre similaire à celui que ressent la Terre, la température moyenne serait similaire à la température moyenne globale de notre planète.

À la recherche d’exoplanètes

Les chercheurs ont découvert les deux autres planètes potentielles dans le système Kepler-160 lorsqu’ils ont examiné les données de Kepler à l’aide d’un modèle détaillé des variations de la luminosité des étoiles. Jusqu’à présent, ils ont trouvé 18 exoplanètes en parcourant les données d’archives recueillies au cours des neuf années de la mission Kepler.

« Le signal planétaire est si faible qu’il est presque entièrement caché dans le bruit des données. Notre nouveau masque de recherche est légèrement meilleur pour séparer un vrai signal exoplanétaire du bruit dans les cas critiques », a déclaré Heller.

Les chercheurs ont toutefois averti qu’ils n’ont pas confirmé qu’il s’agit d’une planète et n’ont pas exclu qu’il puisse s’agir d’une erreur de mesure. D’après leurs informations, il y a 85 % de chances que ce soit une planète, mais il en faut 99 % pour qu’elle soit qualifiée de planète.

Les futures observations du système à l’aide de télescopes terrestres ou spatiaux pourraient confirmer s’il s’agit d’une planète. La mission PLATO de l’Agence spatiale européenne, qui sera lancée en 2026, a notamment pour objectif de rechercher des planètes de la taille de la Terre autour d’étoiles semblables au Soleil.

De nombreuses exoplanètes de la taille de la Terre découvertes ces dernières années orbitent autour de petites étoiles naines rouges, plutôt que d’étoiles ressemblant au Soleil. Ces étoiles sont beaucoup plus petites et moins chaudes que notre Soleil, et les exoplanètes qui les entourent sont sur des orbites plus proches que la Terre ne l’est du Soleil, mais elles ont probablement des températures de surface modérées similaires, parce que les étoiles sont plus fraîches.

Ces étoiles naines rouges émettent cependant un rayonnement infrarouge, contrairement à la lumière visible que nous recevons du Soleil. Elles frappent également leurs planètes avec des éruptions et des radiations très énergétiques, ce qui explique pourquoi on débat sur le fait que ces planètes pourraient être des centres de vie en dehors de notre système solaire.

« Pour brosser un tableau complet de l’habitabilité, il faut cependant aussi examiner les qualités de l’étoile », a déclaré M. Heller.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ