Attention au jeu « de la bousculade », nouveau jeu dangereux dans les cours de récréation

13 mars 2021
Mis à jour: 13 mars 2021

Un nouveau jeu a fait son apparition dans les cours de récréation : ce « jeu de la bousculade » a provoqué un AVC chez un garçon de 10 ans dans la région parisienne.

Le enfants ne manquent pas d’imagination, mais les jeux pratiqués dans les cours d’école présentent parfois un risque pour leur sécurité.

Après les jeux « du foulard » ou du « piment », le petit nouveau se dénomme « jeu de la bousculade » et a déjà fait l’objet d’une alerte sur les ondes de RTL par le docteur et animateur télé Michel Cymes.

La règle du jeu est la suivante : bras croisés sur leur torse, des élèves entourent un élève qu’ils bousculeront, se le renvoyant comme un ballon. Lorsque l’élève est au courant, il peut se maîtriser et conserver son équilibre, mais la cible peut être attaquée par surprise, et le danger devient bien réel.

Le coup du lapin

C’est probablement ce qui est arrivé à ce jeune garçon de 10 ans, résidant en région parisienne.

« Se bousculer, on l’a tous fait mais là, c’est comme une balle qui passerait d’un enfant à l’autre, rapidement et violemment », décrit ainsi le docteur Cymes.

Poussé par d’autres élèves, le garçon est tombé par terre et son cou a heurté une barre en métal. Il a alors ressenti une douleur, mais est retourné en classe. Seulement, quelques jours plus tard, il est « de nouveau bousculé, cette fois, c’est le coup du lapin », raconte Michel Cymes. Il a eu un traumatisme au niveau de la nuque.

Là encore, en dépit de la douleur, il est retourné en classe. Mais bientôt, il a présenté des difficultés à parler puis la moitié de son visage est devenu paralysé.

Transporté à l’hôpital, il a subi un IRM qui a révélé un accident vasculaire cérébral (AVC), « un diagnostic rarissime » chez l’enfant.

« En tombant sur la barrière, il a fait une dissection de l’artère carotide, la principale artère du cou », explique le docteur Cymes. « Les feuillets de la paroi de l’artère s’étaient ouverts comme un livre, le sang s’y était engouffré et un caillot s’était formé. Progressivement, des petits morceaux s’étaient détachés pour atteindre le cerveau. »

Fort heureusement, après quelques jours d’hospitalisation, le jeune garçon a pu récupérer et retourner à l’école. Il suit un traitement anticoagulant et doit rester prudent pendant les récréations.

Ses parents ont, depuis lors, sollicité l’école afin de mener une prévention auprès des élèves, des autres parents et des enseignants.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ