Pourparlers du Caire : vers une réconciliation palestinienne

12 octobre 2017
Mis à jour: 12 octobre 2017

Le président Mahmoud Abbas se rendra dans la bande de Gaza d’ici un mois, pour la première fois depuis dix ans, manifestant ainsi la réconciliation entre groupes palestiniens rivaux, a indiqué jeudi à l’AFP le responsable de son parti à Gaza.

« Le président Abou Mazen sera à Gaza dans moins d’un mois », a déclaré Zakaria al-Agha, chef du Fatah dans la bande de Gaza, en désignant le leader palestinien par son surnom en arabe. M. al-Agha s’exprimait alors que le Fatah du président Abbas et le mouvement islamiste terroriste du Hamas s’apprêtaient à dévoiler au Caire les termes d’un premier accord sur les modalités concrètes de leur rapprochement.

Le bureau du chef du Hamas Ismaïl Haniyeh qui a annoncé cet accord n’en a pas livré les détails. Une conférence de presse est prévue en milieu de journée au Caire, a indiqué une source au sein du Fatah.

Le Hamas gouverne la bande de Gaza sans partage depuis qu’il en a évincé l’Autorité palestinienne au prix d’une quasi-guerre civile en 2007.

L’Autorité, entité internationalement reconnue supposée préfigurer un État palestinien indépendant, est dominée par le Fatah plus ou moins laïc et modéré. Elle n’exerce plus son pouvoir, limité, que sur la Cisjordanie, occupée par Israël et distante de Gaza de quelques dizaines de kilomètres.

Aux aboies, le Hamas a dû accepter en septembre le retour à Gaza de l’Autorité et de son gouvernement.

Les divisions palestiniennes et l’extrémisme islamiste armé du groupe terroriste du Hamas sont considérés comme un des principaux obstacles à un règlement du conflit israélo-palestinien.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ