Au Kurdistan d’Irak, un patchwork de 5 km en hommage aux femmes victimes de violence

Par Epoch Times avec AFP
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Durant trois mois, Tara Abdallah a cousu ensemble des vêtements qui forment aujourd’hui une traîne de presque cinq kilomètres de longueur. Son ouvrage s’étend désormais dans des rues du Kurdistan d’Irak autonome pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes.

Ce patchwork est composé de « morceaux de vêtements de femmes ayant subi des violences de la part de leur conjoint ou de leur famille dans toutes les villes et villages du Kurdistan », explique l’artiste et militante à l’AFP.

Les femmes au Kurdistan, victimes

« Je voulais montrer la violence que les femmes subissent, à la maison ou en dehors, dans notre société », poursuit Mme Abdallah, 24 ans. « En rencontrant les femmes dont j’ai utilisé les vêtements, j’ai entendu toutes sortes d’histoires ».

-L’artiste plasticienne irakienne Tara Abdallah s’exprime lors du dévoilement d’une œuvre d’art sur la violence sexiste, le 26 octobre 2020. Photo par Shwan Mohammed / AFP via Getty Images.

L’ONU s’inquiète régulièrement du sort des femmes au Kurdistan, victimes de « crimes d’honneur » perpétrés le plus souvent par des proches pour des conduites soi-disant « immorales ».

Par désespoir, nombre d’entre elles se suicident ou tentent de se donner la mort pour échapper à des violences domestiques ou à des mariages forcés.

Vêtements de près de 100.000 femmes

La jeune artiste dit avoir utilisé les vêtements de près de 100.000 femmes, dont certains ayant appartenu à des victimes de ces violences et lui ayant été donnés par des proches.

-Un Irakien tend la main pour toucher une œuvre d’art de l’artiste visuelle Tara Abdallah, dans la région autonome kurde du nord de l’Irak, le 26 octobre 2020. Photo par Shwan Mohammed / AFP via Getty Images.

Son ruban multicolore de 4.800 mètres relie –comme du linge séchant au vent sur un fil au-dessus des rues, des véhicules et des passants– le tribunal à un parc de l’avenue principale de Souleimaniyeh, deuxième ville kurde dans le nord-est de l’Irak.

Paradis pour investisseurs étrangers

Le Kurdistan, qui se présente comme un havre libéral et un paradis pour investisseurs étrangers dans un Moyen-Orient secoué par les violences, est régulièrement épinglé par les défenseurs des droits humains.

Par exemple: moins de 1% des Irakiennes ont été excisées mais, selon l’Unicef, 37,5% des Kurdes entre 15 et 49 ans l’ont été.

Focus sur la Chine  – Les investisseurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ