Au mémorial du 11 septembre, les survivants trouvent du réconfort auprès du pape François

26 septembre 2015
Mis à jour: 3 novembre 2015

NEW YORK – Des heures avant que le pape François n’arrive dans le Lower Manhattan, les rues autour du 9/11 Memorial & Museum (Mémorial et musée du 11 septembre) étaient étrangement calme. C’était comme une matinée de vacances, sans odeurs d’œufs brouillés, de café ou de gaz d’échappement. Les rues étaient tout simplement fermées, seulement parcourues par des membres des services secrets et des journalistes somnolents.

Lentement, les gens sont arrivés sur les lieux. 

Une foule de mille personnes choisies grâce à une loterie spéciale. La plupart étaient des survivants du 11 septembre, des intervenants et des membres de la famille des victimes. Ils sont arrivés en file indienne pour passer les différents contrôles de sécurité.

Le dos, la poitrine, les jambes, les chevilles, les fesses, les bras et les aisselles, ont été vérifiées pour trouver d’éventuelles armes de toute sorte. Il y avait également des contre-snipers sur les bâtiments environnants. La visite du pape François aux États-Unis a stimulé probablement la plus grande opération de sécurité dans l’histoire américaine.

De quoi les services secrets avaient-ils peur ? Des terroristes ? D’autres fanatiques ? Ces craintes étaient certainement réelles pour les survivants du 11 septembre. De la réforme de l’immigration à l’abolition de la peine de mort, le pape François fait depuis longtemps la promotion d’un message profondément humain de paix et d’unité. Et il a choisi de présenter à nouveau ce message à un endroit où la nature humaine a montré ce qu’elle avait de pire.

Pour beaucoup, cela a rendu cette visite particulièrement poignante.


 Les familles des victimes de 11 septembre sont venues voir le pape François au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)
Les familles des victimes de 11 septembre sont venues voir le pape François au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)

« Je suis excitée d’être ici, en particulier parce que cela est un site sacré », a déclaré Shalima Perry, une spectatrice qui travaille pour l’Administration portuaire. « Une grande partie de cet endroit a été reconstruite, cela donne le sentiment que nous sommes vraiment sur la bonne voie. ».

Pour Francis Kellner et sa sœur jumelle Ann Kellner, il était thérapeutique de voir le pape à Ground Zero. C’est le site où ils ont perdu leur cousin, le lieutenant des pompiers de New York Kenneth Phelan, un mari et un père de quatre enfants.

« Il aide à guérir notre famille », a déclaré Francis Kellner.

« On n’a jamais retrouvé le corps. Nous ne disposons pas d’un cimetière à visiter. Ce mémorial est l’endroit où nous venons pour sa mémoire », a dit Ann Kellner. « Il est merveilleux que le Pape vient de bénir cet endroit. »

Soudain, l’ambiance militarisée s’est intensifiée et plusieurs membres des services secrets sont apparus. On entendait une foule au loin scander des cris remplis d’émotions.

« Pape François! »

 « Pape François! »



Le Pape était arrivé, accompagné par le Cardinal Timothy Dolan et enveloppé par des agents des services secrets. Il ne pouvait probablement pas voir la foule, et la foule ne pouvait pas voir grand-chose de lui.

Le pape François, entouré par des agents des services secrets, au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)
Le pape François, entouré par des agents des services secrets, au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)

Le pape François, dont les médias avant son vœu de religion ont varié entre concierge, videur de boîte de nuit, expert en chimie, est connu pour son amour pour le contact humain.

Il était difficile de faire autrement mais on se demande s’il ,ne se sentait pas isolé par cette sécurité.

Il s’est arrêté devant le mémorial pour rencontrer 18 membres de familles de victimes de 11 septembre. Il leur a donné à chacun une boîte de chapelet.

Le gouverneur Andrew Cuomo et sa partenaire Sandra Lee, qui a récemment récupéré d’un cancer du sein ont serré la main du Pape. Il a bénit Sandra Lee, en lui donnant une tape douce sur le front.

Le gouverneur Andrew Cuomo et sa partenaire Sandra Lee rencontre le pape François au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)
Le gouverneur Andrew Cuomo et sa partenaire Sandra Lee rencontre le pape François au 9/11 Memorial & Museum dans le Lower Manhattan, à New York le 25 septembre 2015. (Amelia Pang / Epoch Times Staff)

« L’eau que nous voyons coulant vers cette fosse vide nous rappelle tous ceux qui sont tombés, victimes de ceux qui pensent que la destruction … est le seul moyen de régler les conflits », a déclaré le pape François.

Il est entré dans le mémorial du 11 septembre, qui contient des fondations venant du World Trade Center, des artefacts de la destruction, et des dossiers relevant de simples actes de bonté – comme un podologue qui s’est porté volontaire pour offrir ses soins gratuitement chaque jour pendant neuf mois.

« Ce lieu de mort est devenu un lieu de vie aussi », a dit le pape François.

Version anglaise : Waiting for Pope Francis at 9/11 Memorial, Survivors Find Solace Despite Militarized Tension

RECOMMANDÉ