Au moins 100 pratiquants de Falun Gong emprisonnés au mois de septembre

Par Frank Yue
14 octobre 2021
Mis à jour: 14 octobre 2021

Le Parti communiste chinois (PCC) a condamné au moins 100 pratiquants de Falun Gong à des peines de prison au cours du mois de septembre, selon Minghui.org, le site web basé aux États-Unis qui recueille les informations sur la persécution du Falun Gong.

Un article du 5 octobre sur le site énumère les 101 personnes qui ont été condamnées à des peines de prison pour leur croyance dans le Falun Gong au mois de septembre. On dénombre 25 personnes âgées de 65 ans ou plus. Dans le même temps, les tribunaux du PCC leur ont infligé des amendes d’un montant total de 77 600 dollars, et les policiers locaux leur ont extorqué 7 767 dollars.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle chinoise comprenant des exercices lents et des enseignements moraux destinés à appliquer la vérité, la compassion et la tolérance dans la vie quotidienne. Sa popularité a atteint son apogée à la fin des années 1990 en Chine, avec 70 à 100 millions de pratiquants, selon les estimations officielles.

Au mois de septembre, la persécution menée touchait 19 provinces, des régions à minorités ethniques et des communes sous le contrôle direct du PCC central.

Famille emprisonnée, Tianjin

Début septembre, les autorités du district de Ninghe, dans la municipalité de Tianjin, ont condamné à la prison une famille de trois pratiquants de Falun Gong, selon le rapport.

Le père, Li Guoqing, la mère, Yu Bo, et leur fille Li Lei ont été condamnés à des peines de prison de 12 ans, 10 ans et 7 ans respectivement pour avoir pratiqué leur foi.

Li Guoqing était responsable de la distribution d’électricité dans une entreprise locale d’énergie. Son expertise et sa bonne réputation lui ont valu une large reconnaissance et le respect de ses collègues.

Sa femme et sa fille dirigeaient une petite entreprise familiale, une société spécialisée dans les mariages, qui jouissait d’une bonne réputation dans la localité.

Peu après leur arrestation, le 15 mai 2019, la police a fouillé leur domicile et a saisi trois véhicules, une imprimante et d’autres objets privés.

Un avocat emprisonné à nouveau dans la province de Hunan

Le pratiquant de Falun Gong Meng Kai, un avocat, a été condamné à trois ans et demi de prison par un tribunal de la ville de Liuyang, dans la province du Hunan, le 17 septembre. Le procès a eu lieu 11 mois après son arrestation le 28 octobre 2020, selon le rapport.

Le gouvernement local n’a donné aucune information à la famille de ce dernier jusqu’à la veille de sa comparution devant le tribunal, le 17 septembre 2021. Pendant le procès, la famille a vu M. Meng se défendre au moyen d’un écran, alors qu’il faisait remarquer que le tribunal avait mal appliqué l’article 300 du droit pénal chinois pour l’inculper. Cependant, le juge a insisté pour le condamner malgré cette allégation.

Meng Kai a purgé une peine de sept ans dans la prison de Chishan, établie dans la ville de Yuanjiang, située dans la province du Hunan, en 2001, pour avoir refusé de renoncer à ses convictions. Il a été soumis à diverses formes de torture pendant son incarcération.

Une femme ingénieur emprisonnée à nouveau, à Shanghai

Yang Manye, pratiquante du Falun Gong, a été condamnée à deux ans de prison et à une amende de 1 240 dollars le 24 septembre à Shanghai.

Cette ingénieure de 54 ans réside dans le district de Putuo, à Shanghai. Elle a été persécutée à plusieurs reprises pour sa croyance dans le Falun Gong dans des centres de détention, lors de séances de lavage de cerveau, dans des camps de travail et des prisons, selon Minghui.org.

Selon le rapport, elle a perdu 10 ans de liberté individuelle.

Une personne de 81 ans a été jugée à nouveau, dans la province de Shandong.

Ma Junting, enseignante à la retraite, âgée de 81 ans, est une résidente de la ville de Tai’an, dans la province du Shandong. Elle a été condamnée à une peine de 2 ans le 2 septembre sur la base d’une peine de 3 ans en attente qu’elle a reçue en 2019.

La police l’a harcelée plus d’une fois et l’a envoyée de force à des séances de lavage de cerveau.

Le 7 juin 2018, quatre policiers du Bureau de la sécurité publique de Feicheng à Tai’an ont fait une descente à son domicile et ont confisqué tous les ouvrages et supports matériels qu’elle possédait sur le Falun Gong. La police a forcé sa famille à signer un avis de « libération sous caution en attendant le procès » en son nom.

Le 13 juin 2019, un tribunal de Feicheng a condamné Ma Junting à une peine de trois ans de prison, à une période de probation de quatre ans et à une amende de 6 208 dollars.

Le 9 novembre 2020, Ma Junting était sortie pour distribuer au public des calendriers et des brochures sur le Falun Gong. Lorsque la police a reçu un rapport sur ses activités, son domicile a été perquisitionné par des officiers du district de Taishan et des agents du Bureau 610 local.

Le Bureau 610 était un réseau national secret et extra-légal conçu pour traquer les pratiquants de Falun Gong. Également connue sous le nom de « Gestapo chinoise », l’agence avait le pouvoir d’utiliser les vastes ressources du pays dans de nombreux secteurs (sécurité publique, ministère public, justice et propagande) pour opprimer des millions de pratiquants de Falun Gong.

Frank Yue est journaliste au Canada pour Epoch Times. Il couvre les actualités liées à la Chine. Il est également titulaire d’une maîtrise en langue et littérature anglaise de l’Université des études étrangères de Tianjin, en Chine.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ