Un autochtone sans-abri et accro à la cocaïne change de vie et devient professeur d’université

Par Jenni Julander
10 juin 2021
Mis à jour: 10 juin 2021

Jesse Thistle de Toronto est un auteur publié et un expert des cultures autochtones du Canada. Mais il n’y a pas si longtemps, il était un « homme des rues » qui n’avait nulle part où aller, qui était accro à la drogue et qui volait des pièces de monnaie dans les fontaines à souhaits juste pour s’en sortir.

Après avoir passé du temps en prison et en réadaptation, et selon le souhait de sa grand-mère, Jesse a décidé de changer de vie. Il est aujourd’hui professeur d’université et candidat au doctorat, et sa vie n’a plus rien à voir avec celle qu’il menait autrefois.

« Ce qui m’a permis de m’en sortir, c’est l’amour des gens qui m’ont entouré – ma femme, ma grand-mère, la réconciliation avec mon grand-père – et l’amour que je me suis porté à moi-même », a raconté Jesse à la CBC.

Jesse Thistle et ses frères, avec leurs grands-parents paternels (Avec l’aimable autorisation de Jesse Thistle)

Séparé de ses parents à l’âge de 3 ou 4 ans, Jesse a vécu avec ses deux frères et ses grands-parents paternels.

« Lorsque des enfants indigènes arrivaient au bureau des services de l’enfance, la tendance naturelle était de les placer dans des foyers blancs, car les Blancs étaient considérés comme prospères et responsables », a expliqué Jesse à la BBC. « Cela s’appelait le Sixties Scoop – des milliers et des milliers d’enfants indigènes ont été pris de cette façon – c’était endémique. »

Ainsi, les frères et sœurs à demi métis-Cree ont été placés chez leurs grands-parents actuels (blancs). Leur grand-père était un homme strict, qui croyait à la discipline corporelle et qui s’était juré de renier les garçons s’il les surprenait à se droguer.

Jesse Thistle avec ses frères, lorsqu’ils étaient enfants (Avec l’aimable autorisation de Jesse Thistle)

Ayant grandi en tant qu’enfants indigènes dans un quartier majoritairement blanc, Jesse et ses frères ont eu du mal à s’intégrer.

Cette situation, combinée aux problèmes d’abandon dus au fait que leur mère ne soit jamais venue les chercher, a constitué un énorme défi pour Jesse.

Il comprend que sa mère, qui est membre du groupe autochtone des Métis-Cree, n’a jamais eu le choix de garder ou non ses enfants.

Il explique : « À l’époque, les femmes indigènes étaient considérées comme impures, inaptes et déréglées dans leur rôle de mère. »

La mère de Jesse, Blanche Morrissette, et son père (Avec l’aimable autorisation de Jesse Thistle)

Mais à l’adolescence, le choc émotionnel de sa situation a été suffisant pour le conduire à la drogue.

Lorsque Jesse a été pris avec un sac de cocaïne, son grand-père a tenu sa promesse et l’a mis à la porte de la maison à l’âge de 19 ans.

« C’était comme si mon monde était terminé », dit-il. « Je pouvais voir sur leurs visages que je leur avais brisé le cœur. »

Ce n’est que près de dix ans plus tard, après avoir vécu dans la rue et s’être retrouvé en prison, que Jesse a réussi à se réinsérer et à transformer sa vie.

C’est en partie grâce à sa grand-mère qu’il a réussi.

Sur son lit de mort, elle a appelé Jesse pour lui demander de lui rendre visite.

« Elle m’a passé un savon », dit-il. Elle m’a dit : « Tu me déçois beaucoup. Je veux que tu me fasses une promesse : poursuis ton éducation, va à l’université et va aussi loin que possible. »

Jesse, qui avait déjà réappris à lire et à écrire en prison, a promis de le faire.

Deux semaines plus tard, elle est décédée.

Sa grand-mère n’a pas été le seul membre de la famille à lui tendre la main. Jesse a également reçu un appel : une voix sur la ligne qu’il pensait ne plus jamais entendre.

Sa mère, Blanche Morrissette, avait enfin retrouvé son fils.

Jesse était si bouleversé qu’il lui a raccroché au nez plusieurs fois lors de leur premier appel.

« J’étais juste terrifié d’être rejeté et terrifié par l’amour. Mais c’était une belle conversation – c’était comme une pluie qui désaltère les prairies après une longue sécheresse, c’est ce que j’ai ressenti », a-t-il dit.

En 2013, il a eu la chance de retourner dans sa Saskatchewan natale pour la retrouver et rendre visite à ses tantes.

« C’était comme un magnifique retour à la maison », a-t-il dit.

(Avec l’aimable autorisation de Jesse Thistle)

Finalement, il s’est désintoxiqué, a rencontré une femme qu’il aime et est même retourné à l’université.

Après avoir fait des recherches sur ses ancêtres pour un projet scolaire, il a découvert qu’il « descendait d’une longue lignée de chefs, de leaders politiques et de résistants ».

« Cela m’a rempli d’une telle fierté que cela m’a poussé à vouloir en savoir toujours plus », a-t-il déclaré. « Je savais que la clé du retour à moi-même passait par ce devoir – j’y ai mis tout mon cœur. »

(Avec l’aimable autorisation de Jesse Thistle)

Aujourd’hui, Jesse est un chercheur primé et l’auteur publié des mémoires From the Ashes (mémoires des cendres). Il termine actuellement son doctorat et enseigne les études autochtones à l’Université York, où il dit que les étudiants se tournent souvent vers lui « à la recherche d’un lien vers leurs ancêtres ».

« Je les aide à comprendre qui étaient leurs ancêtres et pourquoi leurs familles se sont retrouvées là où elles sont », a-t-il déclaré. « C’est une chose magnifique de voir les gens apprendre à connaître leur histoire. »

Pour toute personne luttant contre la dépendance, Jesse dit que personne n’est indigne du pardon.

« Personne n’est tout à fait vertueux, immaculé et pur – et personne n’est totalement mauvais et ne mérite pas d’être pardonné », a-t-il déclaré à la CBC. « Ma vie est une expression de cela. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ