Autoritarisme et censure à l’ère du Covid, 1re partie : propagande et patriotisme vaccinal

Par Harley Price
27 août 2021
Mis à jour: 27 août 2021

« Ce jour commence une discrimination comme il n’y en a jamais eu au cours de l’histoire, et cela dans ‘la patrie de la liberté et des droits de l’homme’. Voilà déjà bien longtemps que je ne peux plus entrer dans une boutique, parce qu’il n’est pas question que je me mette une serviette hygiénique sur la figure. Depuis le 21 juillet je n’ai plus le droit d’aller au cinéma, au théâtre, au concert. Et à partir de ce jour je n’ai plus le droit d’aller au bistro ou au restaurant, ni de prendre le train ou l’avion. Certains ont évoqué l’étoile jaune, mais la comparaison n’est pas pertinente : l’étoile jaune n’empêchait pas d’aller au restaurant ni de prendre le train. Certains ont évoqué l’apartheid, mais la comparaison n’est pas pertinente : l’apartheid n’empêchait pas les noirs d’avoir leurs restaurants ni de voyager. » – Yves Daoudal, journaliste français

Nous sommes maintenant entrés dans cette phase périlleuse de la pandémie psychique que l’on ne peut qu’appeler « Vaccine Pride » (« Fierté du vaccin »). Partout où deux ou trois covidiens sont rassemblés, la première question est : « Avez-vous reçu votre deuxième dose ? » après quoi ceux qui ont été vaccinés 2 fois le confirment avec un triomphalisme béat. « Les piqûres » (sûrement la métonymie la plus inféodée de l’histoire de la langue) sont maintenant les stigmates du droit, et une invitation de plus à la prétention déterminante de supériorité morale du postmoderniste.

Lorsque la vaccination universelle forcée deviendra la loi – selon l’endroit où vous vivez, c’est déjà le cas ou c’est imminent – et que la présentation d’une preuve écrite de vaccination sera obligatoire pour entrer dans les magasins, sur les lieux de travail, dans les administrations, dans les aéroports, dans les métros et les bus, pour garder son emploi ou simplement pour sortir de chez soi, ne soyez pas surpris si les sous-hommes qui s’y refusent se voient obligés de porter quelque chose d’équivalent à l’étoile jaune de David pour faire connaître leur insalubrité morale et leur danger physique au grand public. (Ce n’est pas ma comparaison, soit dit en passant, mais celle de Vera Sharav, une survivante de l’Holocauste consternée de voir un atavisme historique hideux se réaffirmer).

Les gouvernements du monde entier diffusent déjà leurs arguments dans les mégaphones des médias grand public : Les personnes non vaccinées sont des incubateurs de maladies vestigiales et des pépinières d’épidémies de « nouveaux variants ». (Le président Joe Biden a attribué 100 % des infections actuelles de Covid aux non-vaccinés ; le chiffre inventé par le Dr Anthony Fauci était plus conservateur, à 95 %). Juste au bon moment, les foules des médias sociaux ont pris leurs torches et leurs fourches, et la chasse aux sorcières virtuelle a commencé.

Le fait que les personnes non vaccinées soient représentées de manière disproportionnée dans le nouveau décompte des cas est un mensonge sans fondement, bien sûr. Le CDC a annoncé en avril qu’il avait cessé de suivre les cas de Covid parmi les vaccinés qui n’entraînent pas d’hospitalisation ou de décès et qu’il partait désormais du principe que tous les nouveaux cas se situaient parmi les non-vaccinés. Comme l’a fait remarquer le Dr Peter McCullough, « ce stratagème intentionnel de désinformation et de propagande a été utilisé pour susciter une incroyable furie d’obligations de vaccination » pour les écoles et les universités, les agences gouvernementales, les administrations des vétérans, et ainsi de suite, bien qu’aucune épidémie n’ait été signalée dans ces endroits.

Mais les démagogues ont toujours su qu’une population cédera volontiers ses libertés civiles à leurs ambitions maniaques si elle a été suffisamment décomposée par la panique, et une fois qu’un bouc émissaire a été opportunément identifié pour y projeter ses angoisses et sa haine. La maladie a toujours été le corrélatif objectif du mal moral dans la propagande de l’État tout-puissant. Il est instructif de constater qu’une nation brillante et civilisée s’est laissée persuader par les nazis que les Juifs en tant que race étaient des vecteurs de maladie. En période de difficultés ou de famine, d’autres peuples européens civilisés ont imaginé que les auras toxiques des sorcières ou des hérétiques en leur sein avaient pollué leur eau potable ou gâché leurs récoltes. Comme l’a fait remarquer Piers Robinson (un universitaire qui a fait des études sur la propagande la spécialité de toute sa vie), le fait de stigmatiser la minorité non vaccinée de cette manière ne peut conduire qu’à l’horreur.

L’alarmisme du gouvernement pour « éradiquer » le Covid – chose impossible, et donc sans précédent dans l’histoire de la gestion publique des pandémies – a certainement atteint un nouveau seuil. Un ancien élève, par ailleurs sain de corps et d’esprit, a récemment refusé de se réunir avec d’autres étudiants sur la terrasse d’un pub parce qu’il ne savait pas combien des participants avaient été doublement vaccinés. Inutile de dire qu’il avait été doublement vacciné, ce qui signifie qu’il était protégé contre une maladie grave même s’il était « infecté » par le variant Delta (hautement transmissible mais beaucoup moins pathogène que la forme de base du virus, comme c’est toujours le cas avec les mutations inévitables) par un des sous-hommes non vaccinés. Dans cette décision d’auto-quarantaine, l’élément déterminant a été son désir de pouvoir rendre visite à ses petits-enfants pré-adolescents. Aujourd’hui, la transmissibilité aux enfants et par les enfants est si minime qu’elle est statistiquement insignifiante, ce qui amène à s’interroger : la censure par les médias de cette bonne nouvelle non sensationnelle a-t-elle été si efficace qu’il n’en a jamais entendu parler ? Ou bien la campagne de peur du gouvernement a-t-elle été si efficace que son cerveau s’est embrouillé au point qu’il n’a pas été capable de l’assimiler ? (Ai-je mentionné qu’il était doublement vacciné ?)

Comme l’a observé Jung dans sa magistrale monographie Le moi non découvert, la peur et le dégoût, lorsqu’ils sont stratégiquement instillés par des dirigeants avides de pouvoir, peuvent réduire une population à un état de psychose collective :

« Si la température affective s’élève au-dessus d’un certain niveau, la possibilité que la raison ait un quelconque effet cesse et est remplacée par des slogans et des souhaits chimériques. C’est-à-dire qu’il en résulte une sorte de possession collective qui se transforme rapidement en épidémie psychique. […] Dans un état de ‘possession collective’, […] les idées chimériques, portées par un ressentiment fanatique, font appel à l’irrationalité collective et y trouvent un terrain fertile, car elles expriment tous les motifs et les ressentiments qui se cachent chez des individus un peu plus raisonnables sous le couvert de la raison et de la perspicacité. »

En de telles occasions, les éléments les plus dérangés et les plus fanatiques de la population sont investis de l’autorité et deviennent des « sources dangereuses de contagion ». Alors que l’infection virale se résorbe, nous pourrions penser un peu à l’épidémie d’irrationalité qu’elle a engendrée. Assurément, insister pour que non seulement vous, mais aussi tous ceux qui vous entourent, soient doublement vaccinés, portent des masques, se distancent socialement, soient mis en quarantaine au retour d’un voyage et (pour la plus grande partie des 18 derniers mois) enfermés dans leurs logements – tout cela en même temps – est soit de la folie, soit un exemple de ces principes ridicules qui reviennent à prendre des précautions de façon incontrôlée et redondante.

La seule excuse du grand public est que, comme le socialisme, l’égalitarisme et la plupart des autres mauvaises idées, la folie covidéologique actuelle est un phénomène social qui vient d’en haut. Il n’y a jamais eu de mouvement populaire bouillonnant en faveur de l’automutilation, de l’assignation à résidence universelle et du suicide économique. Que l’on pense que le Covid-19 équivaut à une grippe saisonnière grave ou à un fléau de l’ampleur de la peste noire, il ne fait aucun doute que la campagne mise en place au cours des 18 derniers mois par les gouvernements et les bureaucrates médicaux pour promouvoir l’éloignement social et le confinement, et persuader les citoyens d’obéir aux masques, et maintenant aux vaccins, a été omniprésente et implacable.

Les slogans éculés « Les masques vous protègent, vous et votre grand-mère » que l’on voit à l’arrière des bus, sur les panneaux d’autoroute, dans les publicités télévisées et sur Internet, se sont transformés en « Les vaccins vous protègent, vous et votre grand-mère », avec l’économie de quelques coups de pinceau. Piers Robinson, déjà cité, a décrit les sermons incessants de l’État comme la plus grande opération de propagande de l’histoire de l’humanité. Il est apaisant pour certains de savoir qu’il s’agit de propagande dans notre propre intérêt, sauf que la même plaidoirie a été utilisée par les régimes totalitaires communistes du 20e siècle pour justifier leurs ministères de la Vérité (l’Orwellisme préféré de tous). Ce fait ne convaincra pas les progressistes qui croient que l’État-nounou est par nature bénéfique ; mais, comme l’a fait remarquer P.J. O’Rourke, une telle crédulité idéologique n’est que la phase adulte de la croyance au Père Noël. Quoi qu’il en soit, l’acceptation inconditionnelle par le grand public de ce que les « experts » médicaux leur ont dit au sujet du Covid-19 restera certainement dans les mémoires comme l’une des plus terribles pandémies de fidéisme scrupuleux de l’histoire.

Où s’en va le scepticisme qui est censé définir le caractère laïque et scientifique ? Même lorsque la propagande a été employée par des gouvernements démocratiques à des fins sans doute louables – pour maintenir le moral des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple -, personne ne doute qu’elle a fait l’objet d’un trafic au moins occasionnel de brancards. Au cours de chaque guerre depuis lors, les détecteurs de mensonges de la gauche ont été réglés sur une sensibilité plus fine que celle du test PCR. Et n’oubliez pas que « nous sommes en guerre » (officiellement déclarée début 2020 par l’oncle Tedros, Boris Johnson, Emmanuel Macron et pratiquement tous les autres dirigeants du monde). Mais cette fois, les progressistes sont tous dans le coup, et en ce qui les concerne, ceux qui refusent le vaccin sont (littéralement) en train de donner de l’aide et du réconfort à l’ennemi.

Au sein de la gauche, le « syndrome de dérangement de Donald Trump »* a ainsi muté en syndrome de dérangement du Covid, et de telle manière que l’ennemi reste commodément le même. Alors même que l’Afghanistan se dissout dans un autre État islamique fondamentaliste, le ministère de la Sécurité intérieure de l’administration Biden vient d’énumérer les deux plus grandes menaces terroristes auxquelles l’Amérique est confrontée aujourd’hui Ces extrémistes émergeraient des téléphones portables de (dans l’ordre inverse) : (2) ceux qui continuent à remettre en question la légitimité de l’élection présidentielle de 2020 ; et (1) ceux qui ont remis en question les mesures Covid du gouvernement. Vous avez compris ? Pour avoir remis en cause la victoire électorale des démocrates, vous êtes un insurrectionnel ; pour avoir remis en cause leurs mesures Covid, vous êtes un dangereux djihadiste anti-science.

* Le « syndrome de dérangement de Donald Trump » est un terme désignant généralement les critiques ou les réactions négatives et irrationnelles à l’égard de l’ancien président des États-Unis Donald Trump, qui ne tiennent guère compte des positions politiques réelles de Trump ou des actions entreprises par son administration.

Le Covid a ainsi rendu le cerveau des endoctrineurs tout aussi malade que celui des endoctrinés. La propagande d’État était autrefois meilleure que cela. Les fantômes de Lénine et de Mao doivent maintenant se demander ce qu’il est advenu d’un art autrefois élevé.

Harley Price, auteur, a donné des cours de religion, de philosophie, de littérature et d’histoire à l’université de Toronto, à l’institut de formation continue de l’université de Toronto et au Tyndale University College.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ