Les autorités américaines mettent en garde contre la menace du PCC dans la course à la 5G

Par Bowen Xiao
12 juillet 2020
Mis à jour: 12 juillet 2020

De nombreux responsables du Département d’État ont mis en garde contre la menace que représente le Parti communiste chinois (PCC) dans la course émergente aux réseaux 5G, en faisant remarquer que les États-Unis travaillent sur une « stratégie plus large visant à fournir des alternatives fiables » aux entreprises de télécommunications chinoises.

Les avertissements, formulés le 9 juillet lors d’une discussion virtuelle intitulée « 5G : l’avenir de la connectivité et du commerce numériques », surviennent alors que la Commission fédérale des communications (FCC) a officiellement désigné les entreprises chinoises Huawei et ZTE comme des menaces pour la sécurité nationale.

« La sécurité est très certainement compromise », a déclaré un fonctionnaire du département d’État, en faisant référence aux technologies des entreprises chinoises.

La récente décision de la FCC interdit aux clients des opérateurs ruraux américains de puiser dans un fonds gouvernemental de 8,5 milliards $ pour acheter des équipements aux deux sociétés. Huawei nie permettre l’espionnage chinois ou être contrôlée par le PCC.

Le même fonctionnaire a déclaré que les États-Unis organisent des discussions mettant en garde contre les dangers de l’utilisation de cette technologie, « en particulier dans les pays qui commencent tout juste à comprendre la nature très sérieuse des cyber-menaces ».

Lorsqu’elles font affaire avec des fournisseurs fiables, les entités du secteur public et du secteur privé ont besoin d’avoir un certain degré de certitude quant à la sécurité de leurs informations, a déclaré le fonctionnaire.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, quant à lui, devrait commencer à retirer progressivement la technologie de Huawei du réseau 5G britannique dès cette année, selon un récent article du Daily Telegraph.

Il est également essentiel pour les États-Unis de trouver les bons moyens « d’encourager et de promouvoir l’innovation américaine en 5G, tout en se protégeant contre ceux qui l’utiliseront comme une force contre nous », a noté le fonctionnaire, ajoutant que l’administration a déployé une approche compréhensive.

Les États-Unis travaillent sur ce front dans une région spécifique. En 2019, le gouvernement a lancé un partenariat sur la connectivité numérique et la cybersécurité pour soutenir le développement de la cyberinfrastructure dans la région indo-pacifique, a déclaré le fonctionnaire.

« Nous avons clairement indiqué que le programme chinois de la Ceinture et la Route n’est pas la seule alternative pour les pays de cette région », a déclaré le fonctionnaire, ajoutant que le gouvernement avait fourni « plus de 50 millions de dollars de fonds du gouvernement américain pour cet effort. »

Le PCC, par le biais de son initiative de la Ceinture et la Route (BRI), a injecté des milliards de dollars dans les pays à faible revenu afin de construire des projets d’infrastructure chinois. Depuis 2013, l’initiative a lancé plus de 2 900 projets d’une valeur totale de 3,5 billions d’euros. La BRI a été qualifiée de « piège de la dette » en raison des pratiques de prêt prédatrices de Pékin, qui rendent ces pays vulnérables aux campagnes d’influence agressives de la Chine.

Les implications de la course à la 5G avec la Chine en matière de sécurité nationale sont importantes, a déclaré un autre responsable du département d’État, ajoutant que celui qui dirigera le monde dans cette technologie aura un avantage économique et de sécurité nationale distinct sur les autres pays.

Le fonctionnaire a accusé la Chine d’utiliser des « pratiques économiques prédatrices » qui ont permis à Pékin de s’emparer de 40 % de la part de marché des États-Unis dans ces secteurs technologiques. En 2017, le gouvernement américain a pour la première fois commencé « à affronter de front les risques posés par les pratiques économiques déformées de la Chine », selon le fonctionnaire.

Un troisième fonctionnaire a souligné la nécessité de s’engager avec le secteur privé, notant que cet engagement est essentiel pour que les États-Unis maintiennent leur avance en matière d’innovation. La discussion virtuelle a été organisée par le Conseil consultatif du conseil américain pour la technologie et l’industrie, du département d’État.

Il y a quelques jours, le secrétaire d’État Mike Pompeo s’est vu demander si les États-Unis devaient interdire l’application chinoise TikTok en raison des inquiétudes que suscite l’accès du PCC aux données des citoyens américains.

« Nous nous penchons certainement sur la question », a déclaré M. Pompeo à Fox News le 6 juillet, « nous travaillons sur ce sujet depuis longtemps, notamment sur les problèmes liés à la présence de la technologie Huawei dans votre infrastructure. »

« Nous sommes allés dans le monde entier, et nous faisons de réels progrès dans ce domaine », a-t-il déclaré. « Nous avons déclaré que ZTE était un danger pour la sécurité nationale américaine. Nous avons fait toutes ces choses. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ