Les autorités chinoises ne disent pas la vérité aux citoyens sur l’ampleur réelle de l’épidémie mortelle, ce qui alimente la crise

Par Nicole Hao
30 janvier 2020 Mis à jour: 30 janvier 2020

Alors qu’une épidémie mortelle de coronavirus ravage la Chine, l’omission par le régime communiste de détails critiques sur la propagation du virus a été mise en lumière.

Le coronavirus, confirmé pour la première fois par les autorités chinoises le 31 décembre, soit plusieurs semaines après le diagnostic du premier patient, s’est maintenant propagé à toutes les régions et provinces de Chine. En dehors de la Chine continentale, Hong Kong, Macao, Taïwan et 14 autres pays du monde ont également signalé des infections par ce virus mortel.

Les révélations des médecins, des dénonciateurs et des responsables gouvernementaux montrent qu’une culture de dissimulation et de tromperie au sein de la bureaucratie du Parti communiste chinois a contribué à la propagation de la maladie.

Afin d’éviter les reproches politiques, les autorités n’ont pas révélé aux citoyens chinois les détails de la maladie ni la véritable ampleur de l’épidémie. Les informations sur les premiers patients infectés dans l’épicentre de la maladie à Wuhan ont été omises, tandis que les autorités ont limité les tests de dépistage de la maladie, limitant ainsi le nombre de personnes pouvant être diagnostiquées.

De ce fait, de nombreux Chinois n’ont pris conscience des dangers que trop tard.

Par exemple, Yang Jun, un habitant de Pékin et vice-président de la société d’énergie solaire Trine Solar, a commencé à se sentir mal et à présenter des symptômes de pneumonie le 15 janvier après son retour d’un voyage à Wuhan, selon un article du journal d’État Beijing Daily.

Yang ne connaissait pas la gravité de la maladie. Il ne portait pas non plus de masque facial lorsqu’il était à l’extérieur. À l’époque, les autorités chinoises avaient déclaré qu’il n’y avait pas de preuve évidente que le virus pouvait se transmettre entre humains.

Le 20 janvier, Yang a participé à une réunion de parents à l’école de son enfant à Pékin. Plus de 600 parents ont participé à cette réunion. La maladie a été diagnostiquée chez lui le 22 janvier.

Cinq jours plus tard, Yang est décédé à l’âge de 50 ans. Sa fille, une lycéenne, a également été diagnostiquée avec le coronavirus.

Données erronées

La revue médicale The Lancet a publié le 24 janvier une étude sur les caractéristiques cliniques des 41 premiers patients infectés par le nouveau coronavirus à Wuhan, la capitale de la province de Hubei. L’étude a été rédigée par une équipe de 29 médecins de Pékin, Wuhan et d’autres régions de Chine. Les données ont été recueillies dans les hôpitaux de Wuhan par le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Les informations étaient très différentes de ce que les autorités sanitaires de Wuhan avaient affirmé au départ.

Dans son rapport initial confirmant la présence d’une nouvelle épidémie de virus, la commission de la santé de Wuhan avait initialement déclaré que le premier patient avait présenté des symptômes le 12 décembre 2019. La commission a ensuite révisé la date au 8 décembre, sans explication. Mais l’étude de The Lancet a indiqué que « la date d’apparition des symptômes du premier patient identifié était le 1er décembre ».

Les autorités de Wuhan ont également affirmé que la plupart des 41 premiers patients étaient âgés et avaient déjà d’autres problèmes de santé. L’étude a révélé que l’âge médian était de 49 ans, et que « moins de la moitié d’entre eux avaient des maladies sous-jacentes (13, dont le diabète (huit), l’hypertension (six) et des maladies cardiovasculaires (six) ».

Les autorités chinoises ont également nié dans un premier temps que la maladie puisse être transmise entre humains.

Le 20 janvier, Zhong Nanshan, un expert de premier plan travaillant pour le gouvernement central, a officiellement annoncé lors d’une conférence de presse à Pékin que la maladie présentait une transmission interhumaine limitée.

Mais l’étude de The Lancet a révélé que le premier cas connu de transmission interhumaine s’était produit bien avant.

La première personne à être décédée du virus a péri le 9 janvier. Elle a été « exposée en permanence » au marché d’aliments frais qui, selon les autorités de Wuhan, est la source probable de l’épidémie.

Cinq jours après qu’il ait présenté des symptômes, « sa femme, une femme de 53 ans qui n’avait pas d’antécédents connus d’exposition au marché, a également présenté une pneumonie et a été hospitalisée dans le service d’isolement », selon l’étude. Elle a ensuite été diagnostiquée avec le coronavirus. Le virus a donc dû infecter la femme avant le 9 janvier.

Tentative de dissimulation

Le 28 janvier, le chef du parti de Wuhan, Ma Guoqiang, a fait une révélation surprenante.

Lors d’une conférence de presse, le secrétaire du Parti communiste chinois (PCC), Ma, a déclaré que le gouvernement central n’avait pas autorisé le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) du Hubei à diagnostiquer la maladie avant le 16 janvier ; auparavant, les échantillons des patients devaient être envoyés à Pékin. Même à cette époque, le CDC du Hubei n’avait qu’une capacité suffisante pour effectuer environ 300 tests par jour, a-t-il dit.

Le 24 janvier, Pékin a finalement autorisé neuf hôpitaux de Wuhan et le CDC de la ville à diagnostiquer également la maladie. Toutes ces organisations avaient déjà les certifications nécessaires, mais n’étaient pas autorisées à faire des diagnostics.

De même, le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a reproché à ses supérieurs de mal gérer la crise.

Lors d’un programme d’information diffusé sur la chaîne publique CCTV le 27 janvier, Zhou a déclaré que le gouvernement central avait pris la décision de ne pas divulguer des informations sur l’épidémie.

Il a ajouté que le gouvernement de la ville n’avait pas non plus publié les informations à temps et n’avait pas réussi à contenir correctement le virus.

« Les informations sur l’épidémie n’ont pas été publiées à temps. … En tant que chef d’un gouvernement local, je ne pouvais publier des informations qu’après avoir reçu la permission des autorités [du gouvernement central] », a déclaré Zhou dans l’interview.

Manipulation des données

Long Can, un journaliste chinois indépendant basé à Los Angeles, a partagé des captures d’écran de messages de médias sociaux, supprimés depuis, rédigés par Meng Xin, un chercheur de l’Institut national chinois pour le contrôle et la prévention des maladies virales à Pékin.

Meng a déclaré que lui et ses collègues ont reçu des échantillons biologiques de Wuhan le 2 janvier et ont réussi à séparer le virus le 7 janvier.

« Nous avons travaillé jour et nuit. En une semaine, nous avons séparé le virus et obtenu la séquence du génome. … Au cours des deux semaines suivantes, nous avons mis au point les kits de diagnostic et les avons distribués à chaque CDC provincial », a-t-il déclaré.

« Cependant … Wuhan ne signalait toujours pas de nouveaux cas », a déclaré Meng.

Il a accusé les fonctionnaires du gouvernement de dissimuler des informations afin de maintenir une illusion de sécurité et de sûreté.

« Notre institut a tenu une réunion de tout le personnel le 19 janvier. Ma Xiaowei, la directrice de la Commission nationale de la santé de Chine, nous a donné des instructions : la politique est la première priorité ; ensuite, c’est la sécurité ; la troisième priorité est la science », a déclaré Meng.

Les sites web de portails chinois ont récemment repris une lettre d’un médecin travaillant dans un hôpital de premier plan de Wuhan, qui a fait l’objet d’une fuite. La lettre, adressée à Ma, a été publiée à l’origine sur le forum de messagerie interne du site web du CDC Chine.

Le médecin a écrit que depuis le 12 janvier, un grand nombre de patients atteints de pneumonie avaient visité son hôpital. « Les infections de leurs poumons sont anormales. … Nous soupçonnons fortement qu’il s’agit du coronavirus ».

Mais la commission de la santé de Wuhan n’a signalé aucun nouveau cas confirmé entre le 12 et le 16 janvier.

Le médecin a déclaré que les résultats du scanner des patients montraient des infections correspondant aux symptômes du nouveau coronavirus, mais « nos responsables ne nous ont pas permis de donner un rapport de diagnostic du coronavirus aux patients ».

Le médecin a déclaré que beaucoup de ces patients non diagnostiqués se déplaçaient dans tout Wuhan sans porter de masque. Même le personnel médical travaillant dans d’autres départements de l’hôpital a refusé de porter un masque avant que la ville ne soit mise en quarantaine le 23 janvier.

Le 24 janvier, une source interne a déclaré au journal chinois Epoch Times que le CDC chinois manipulait le nombre de cas confirmés en contrôlant le nombre de kits de diagnostic disponibles dans les hôpitaux.

Cette personne, qui travaille dans une organisation autorisée à distribuer de tels kits de diagnostic, a déclaré que seuls certains « hôpitaux qualifiés » pouvaient les obtenir et que le nombre de kits qui leur sont fournis est inférieur à 10 % de ce dont ils ont besoin pour tester les patients.

« Cela explique pourquoi, tout d’un coup, la Chine a signalé plus de cent cas nouvellement confirmés en quelques jours. Ils manipulent le décompte. Le nombre réel de patients est bien plus important », a-t-il déclaré.

Zhongyuan Huadian Tech, une entreprise de Wuhan, a envoyé une lettre ouverte au gouvernement de Wuhan le 22 janvier, dans laquelle elle affirme que l’hôpital Tongji a refusé de soigner son employé Zhang Xin et son père. La société a cité la réponse de l’hôpital : « Nous n’avons pas de kit de diagnostic, et nous n’acceptons pas les patients qui ne sont pas confirmés par un diagnostic. »

Le média indépendant chinois Significant People a rapporté le 24 janvier que le premier hôpital de Wuhan, l’hôpital n° 6 de Wuhan, l’hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan et l’hôpital pulmonaire de Wuhan sont des hôpitaux désignés pour le traitement du coronavirus, mais ils rejettent tous des patients en raison d’un approvisionnement insuffisant en kits de diagnostic.

Le rapport a cité plusieurs responsables de la santé de Wuhan qui ont déclaré que le CDC national décide « de l’attribution des kits de diagnostic à chaque hôpital ».

RECOMMANDÉ