Les autorités chinoises restent muettes sur des mystérieuses maladies respiratoires alors que l’hôpital libère des patients

Par Nicole Hao
10 janvier 2020 Mis à jour: 10 janvier 2020

Les autorités chinoises ont déclaré avoir identifié une cause possible de pneumonie virale inconnue : un nouveau type de coronavirus, ont rapporté les médias d’État chinois le 9 janvier.

Mais, ils n’ont fourni aucune mise à jour sur la possible propagation de la maladie.

L’hôpital de Wuhan où les patients étaient soignés a libéré huit patients le 8 janvier.

Cependant, les autorités n’ont pas mis à jour le nombre de patients actuellement admis pour cette maladie respiratoire. Selon les données officielles publiées le 5 janvier, 59 personnes sont traitées pour cette mystérieuse maladie respiratoire, dont 7 sont dans un état critique.

Au même moment, le plus haut responsable de la ville de Wuhan a soudainement démissionné de l’un de ses postes, tandis que les autorités de Hong Kong et de Taiwan prennent des mesures de précaution supplémentaires pour empêcher la propagation de la maladie.

Les coronavirus se propagent par la toux, les éternuements ou le contact avec une personne infectée. Certains provoquent le rhume et d’autres peuvent entraîner des maladies respiratoires plus graves, comme le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (SREM). Ces virus sont courants chez les humains, mais des versions plus atypiques provenant de chauves-souris, de chameaux et d’autres animaux ont causé des maladies graves. Le nouveau coronavirus est différent de ceux qui ont déjà été identifiés, a déclaré la télévision centrale chinoise (CCTV), gérée par l’État chinois.

Wang Yuedan, professeur d’immunologie à l’université de Pékin, a déclaré aux médias de Hong Kong (RTHK) que les coronavirus peuvent être transmis d’une personne à l’autre, avertissant que la maladie pourrait déjà s’être propagée à d’autres régions de la Chine.

Aucune autre autorité locale chinoise n’a signalé de cas de cette mystérieuse pneumonie, alors que le centre national de la maladie a gardé le silence.

La Chine a écarté la grippe, la grippe aviaire, l’adénovirus, le SRAS et le MERS comme étant originaire de ce virus. Elle a ajouté qu’elle continuait d’enquêter sur la question.

Mise à jour sur Wuhan

Le 8 janvier, CCTV a signalé que huit patients avaient été libérés de l’hôpital Jinyintan, où tous les patients infectés par la maladie étaient en isolement.

Selon le rapport, ces huit patients ne présentaient plus de signes et symptômes depuis plusieurs jours et les médecins ont donc décidé qu’ils pouvaient rentrer chez eux.

Pendant ce temps, la Chinoise Wen Xiaoyao, qui vit à Wuhan, a indiqué sur Weibo, une plateforme de médias sociaux chinoise semblable à Twitter, que deux membres de sa famille étaient infectés par la maladie, dont un dans un état critique.

« Au début, les symptômes étaient les mêmes que ceux d’un rhume. Puis ils ont eu de la fièvre, qui est un signe de pneumonie. Maintenant, l’un d’eux souffre d’une défaillance d’organe », a posté Wen Xiaoyao le 5 janvier.

Peu après que Wen Xiaoyao s’est exprimée sur le fait qu’un des membres de sa famille risquait de mourir, son compte a été retiré de Weibo.

Le 5 janvier, le quotidien Apple Daily de Hong Kong a rapporté que le service de sécurité de l’hôpital Jinyintan avait chassé un journaliste des locaux de l’hôpital ce jour-là. Tous les médecins et infirmières de l’hôpital que ce journaliste a rencontrés portaient des équipements de protection, tels qu’un masque facial, lunettes de protection et une combinaison.

Le journaliste a également été témoin de l’admission de nouveaux patients à l’hôpital dans l’après-midi.

L’hôpital est composé de deux bâtiments. Le journaliste a observé que les patients infectés par le virus étaient isolés dans les deux bâtiments.

« Les patients traités dans le bâtiment nord sont dans un état grave. Lorsque leur état de santé s’améliorera, ils seront transférés dans le bâtiment sud », a indiqué le rapport.

En dehors de la Chine continentale

Le 8 janvier, la Hong Kong Hospital Authority a déclaré que les hôpitaux publics de Hong Kong avaient reçu huit autres patients au cours des dernières 24 heures qui s’étaient rendus à Wuhan au cours des 14 derniers jours et qui présentaient des signes de pneumonie. Le nombre total de patients suspects à Hong Kong s’élevait à 38.

L’agence gouvernementale a déclaré que les nouveaux patients suspects – un homme et sept femmes – étaient traités dans six hôpitaux différents et que leur état était stable. Le plus jeune a 3 ans et le plus âgé a 61 ans.

Les autorités taïwanaises ont trouvé deux nouveaux patients suspects le 8 janvier. Les Centres de contrôle des maladies de Taïwan ont déclaré qu’un patient était infecté par le virus H3N2 et qu’il était toujours isolé à la maison. L’autre patient est revenu de Wuhan le 21 décembre et a été isolé dans un hôpital.

La Corée du Sud a signalé son premier cas suspect, qui est une citoyenne chinoise de 36 ans qui travaille près de Séoul. La patiente a visité la Chine à deux reprises et elle était à Wuhan du 13 au 17 décembre. On lui a diagnostiqué une pneumonie le 8 janvier.

Pour protéger sa population, le gouvernement de Hong Kong a publié le 7 janvier de nouvelles règles, semblables aux mesures que Taïwan avait déjà publiées, qui accordaient aux responsables de la santé le droit d’isoler les patients suspects.

Le service de transfusion sanguine de la Croix-Rouge de Hong Kong a également annoncé le 7 janvier que toute personne ayant voyagé à Wuhan ne devrait pas donner son sang dans les 14 premiers jours suivant son retour à Hong Kong.

De même, l’ambassade et les consulats des États-Unis en Chine ont publié une alerte le 7 janvier qui avise tous les voyageurs de se protéger s’ils prévoient se rendre à Wuhan.

Chine

Les médias chinois se sont concentrés sur Wuhan depuis l’épidémie. Le 6 janvier, le secrétaire du Parti communiste de la ville – le principal dirigeant de la ville – Ma Guoqiang a démissionné de son poste de directeur du Congrès du peuple de Wuhan, l’assemblée législative de la Chine.

Le Congrès du peuple a déclaré que Ma Guoqiang avait démissionné en raison des « besoins liés à son travail », mais n’a pas donné plus de détails sur la signification de cette démission.

Dans l’histoire du gouvernement local, tous les anciens secrétaires du Parti ont également occupé le poste de directeur de la législature locale d’approbation.

L’un des moyens les plus efficaces de se protéger contre la propagation de la maladie est de porter un masque facial, surtout de type chirurgical.

En octobre 2019, une compagnie de navigation chinoise a divulgué aux médias un avis du régime chinois qui interdisait aux plateformes de commerce électronique de vendre des masques faciaux à Hong Kong en raison des protestations en cours. Les manifestants de Hong Kong portent généralement des masques faciaux pendant les manifestations pour protéger leur identité. Cette politique a provoqué la colère de nombreux Hongkongais lors de la récente épidémie.

RECOMMANDÉ