Les autorités de Hong Kong et les médias soutenus par Pékin menacent de fermer le journal Apple Daily

« Tenons bon dans les temps difficiles » annonce le journal Apple Daily
Par Alex Wu
20 avril 2021
Mis à jour: 20 avril 2021

Les médias pro-Pékin et les représentants du gouvernement de Hong Kong ont mis le cap sur la fermeture du journal indépendant local Apple Daily, l’un des derniers médias libres de la ville.

Apple Daily a été fondé par le magnat des médias de Hong Kong Jimmy Lai, qui a été condamné le 16 avril à 14 mois de prison pour avoir participé aux manifestations massives anti-Pékin et pro-démocratie de Hong Kong en 2019.

Lors de la cérémonie d’ouverture de la « Journée d’éducation à la sécurité nationale » nouvellement introduite à Hong Kong le 15 avril, la dirigeante de la ville, Carrie Lam, a déclaré que le gouvernement local allait « renforcer la publicité, l’orientation, la supervision et la gestion des écoles, des organisations sociales, des médias et d’Internet en ce qui concerne les questions de sécurité nationale », sur la base de la loi sur la sécurité nationale imposée par le régime communiste chinois au pouvoir à Pékin l’année dernière.

Selon ses opposants, cette loi au libellé vague, qui punit des délits tels que la sécession et la collusion avec des forces étrangères, a été utilisée comme un outil pour réprimer les dissidents. Depuis son entrée en vigueur, la ville a connu un recul radical de ses libertés, puisque des dizaines de personnalités pro-démocratiques ont été inculpées ou condamnées en vertu de cette loi ou de lois similaires. Cette répression a également alimenté les craintes de nouvelles restrictions de la liberté de la presse dans la ville.

Le même jour, le commissaire de police de Hong Kong, Chris Tang, a déclaré aux journalistes que la police allait « renforcer la supervision des médias » et a critiqué Apple Daily sans nommer directement l’enseigne ni son propriétaire. Il a également menacé le reste de la presse en déclarant : « S’il existe des preuves que quelqu’un utilise des fausses nouvelles pour inciter à la haine, il sera arrêté et poursuivi en justice. »

Luo Weiguang, rédacteur en chef de l’Apple Daily, a déclaré que les remarques de M. Tang à l’encontre des médias représentent la rhétorique typique d’un fonctionnaire qui fuit ses responsabilités envers le peuple, permettant ainsi au gouvernement de réprimer les médias.

L’Association des journalistes de Hong Kong a également publié une déclaration condamnant M. Tang pour avoir « fait des remarques déraisonnables [sur les médias] sans preuves substantielles ». L’association a demandé que M. Tang retire sa déclaration.

Le 16 avril, le secrétaire à la sécurité de Hong Kong, John Lee, a déclaré lors d’une réunion de l’assemblée législative que « les saboteurs et les partisans de l’indépendance de Hong Kong » sont dans le collimateur du gouvernement, car ils continuent à diffuser leur message par le biais des médias.

Le journal de langue chinoise Ta Kung Pao de Hong Kong, qui est contrôlé par le bureau de liaison du Parti communiste chinois à Hong Kong, a également publié un éditorial appelant à l’interdiction d’Apple Daily. L’article accusait ce journal de « collusion avec des forces étrangères, d’incitation à la violence, de diffusion de fausses nouvelles et de remise en cause de la sécurité nationale », autant d’actes illégaux au regard de la loi sur la sécurité nationale de Pékin.

Apple Daily a répondu à ces accusations en citant Jimmy Lai : « Tenons-nous debout dans les temps déchus. »

Le magnat des médias Jimmy Lai est escorté dans une camionnette des services correctionnels de Hong Kong devant la Cour d’appel de Hong Kong. Photo par STR / AFP via Getty Images.

L’Apple Daily est largement considéré comme la référence en matière de liberté de la presse à Hong Kong, et les observateurs craignent que le gouvernement de Hong Kong, soutenu par Pékin, ne commence par l’Apple Daily pour purger complètement les médias de Hong Kong.

« Je pense que les autorités vont prendre des mesures contre l’ensemble des médias de Hong Kong », a indiqué à Radio Free Asia (RFA) Fu King-wa, professeur associé du Centre de recherche sur le journalisme et les médias de l’université de Hong Kong, à propos de la situation.

Il a précisé qu’en tant que l’un des médias les plus influents de Hong Kong, l’Apple Daily « doit être l’une des principales cibles », ajoutant que les autorités répriment désormais les médias influents afin d’intimider et de réduire au silence les autres médias, et de rendre difficile leur fonctionnement en tant que quatrième pouvoir de la société pour superviser le gouvernement et exprimer les préoccupations du peuple.

Après une attaque contre l’imprimerie le 12 avril, les journaux de l’édition honkongaise d’Epoch Times sortent de la presse à Hong Kong, le 17 avril 2021. (Epoch Times)

Parallèlement, autre média indépendant de l’influence du régime chinois, l’imprimerie hongkongaise d’Epoch Times a été attaquée et des machines ont été endommagées par des inconnus le 12 avril. La communauté internationale et les hommes politiques du monde entier ont condamné cette attaque et exprimé leur soutien à Epoch Times.

La liberté de la presse à Hong Kong n’a cessé de décliner depuis que l’ancienne colonie britannique est repassée sous domination chinoise en 1997.

Autrefois saluée comme un « phare de la liberté d’expression », la ville est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ