Avant de mourir, une femme de 27 ans rédige une lettre qui devient virale: «Soyez reconnaissants pour chaque jour où vous n’avez pas de douleur»

Par Jack Phillips
9 octobre 2019 Mis à jour: 9 octobre 2019

Une femme de 27 ans qui est morte d’un cancer rare a laissé une lettre virale au reste du monde.

Holly Butcher, d’Australie, a dit qu’elle avait été inspirée d’écrire une lettre pour aider les autres « à moins se plaindre et à aider davantage les gens ». Elle est décédée, entourée de sa famille, 24 heures après avoir écrit sa lettre, a rapporté le Daily Examiner, ajoutant qu’elle était morte du sarcome d’Ewing.

« C’est une chose étrange de prendre conscience de sa mortalité et de l’accepter à l’âge de 26 ans », a-t-elle écrit, faisant allusion au diagnostic de cancer qu’elle avait reçu un an plus tôt, dit en partie sa lettre. « J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J’aime ma vie. Je suis heureuse. Je le dois à mes proches. Mais je n’ai pas le contrôle. »

Sa lettre a été affichée sur sa page Facebook par son frère et son partenaire.

« C’est avec une grande tristesse que nous vous annonçons qu’Holly est décédée aux petites heures ce matin », a écrit sa famille sur Facebook. « Après avoir tant enduré, il était enfin temps pour elle de nous dire au revoir à tous. La fin fut courte et paisible. Elle avait l’air sereine quand nous l’avons embrassée sur le front et lui avons fait nos derniers adieux. Comme vous pouvez vous y attendre, Holly a préparé un petit message pour vous tous. »

Alors qu’elle faisait face à sa propre mort, Holly a dit que les biens matériels et l’argent semblaient ridicules.

« C’est bizarre d’avoir de l’argent à dépenser à la fin quand on meurt. Ce n’est pas le moment d’aller acheter des choses matérielles comme d’habitude, comme une nouvelle robe. Cela nous fait penser à quel point c’est idiot de dépenser autant d’argent pour acheter de nouveaux vêtements et des ‘choses’ dans notre vie », a-t-elle écrit dans sa lettre.

Elle s’imaginait vieillir et élever une grande famille.

Elle a écrit : « J’en ai tellement envie que ça me fait mal. C’est ça le truc avec la vie, elle est fragile, précieuse et imprévisible ; chaque jour est un cadeau, pas un droit acquis. »

Voici un extrait de sa lettre :

« C’est une chose étrange de prendre conscience de sa mortalité et de l’accepter à l’âge de 26 ans. Ça fait juste partie de ces choses que vous préférez ignorer. Les jours passent et vous vous imaginez qu’ils continueront à venir, jusqu’à ce que l’inattendu se produise. Je me suis toujours imaginée vieillir, devenir ridée et grisonnante, probablement à cause de la jolie famille (avec beaucoup d’enfants) que je projetais de fonder avec l’amour de ma vie. J’en ai tellement envie que ça fait mal.

C’est la vie. Elle est fragile, précieuse et imprévisible, chaque jour est un don, non un droit acquis.

J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas partir. J’aime ma vie. Je suis heureuse… Je le dois à mes proches. Mais je n’ai pas le contrôle. 

Je n’ai pas commencé cette « lettre avant de mourir » pour faire craindre la mort. J’aime le fait que nous ignorions pour la plupart son caractère inévitable. Si ce n’est quand je veux en parler et que le sujet est traité comme un « tabou » qui n’arrivera jamais à aucun d’entre nous… Cela a été un peu dur. Je veux juste que les gens cessent de s’inquiéter autant des petits stress insignifiants de la vie et qu’ils se souviennent que nous avons tous le même destin après tout, alors faites ce que vous pouvez pour sentir que votre temps sur terre est digne et merveilleux, et laissez tomber le superflu.

J’ai couché sur papier beaucoup de mes pensées ci-dessous car j’ai eu beaucoup de temps pour méditer sur la vie ces derniers mois. Bien sûr, c’est au milieu de la nuit que ces choses aléatoires surgissent le plus souvent dans ma tête !

Les fois où vous vous lamentez pour des choses ridicules (quelque chose que j’ai beaucoup remarqué ces derniers mois), pensez simplement à quelqu’un qui est vraiment confronté à un problème. Soyez reconnaissants pour la petitesse de votre problème et surmontez-le. Il est normal de le souligner quand quelque chose est ennuyeux, mais essayez de ne pas faire perdurer cela et de ne pas affecter négativement la journée des autres.

Une fois que vous ferez cela, sortez et prenez une grande bouffée d’air frais, regardez comme le ciel est bleu et comme les arbres sont verts ; c’est si beau. Pensez à la chance que vous avez de pouvoir simplement respirer.

Il est possible que vous ayez été pris dans un embouteillage aujourd’hui, ou que vous ayez mal dormi parce que vos beaux bébés vous ont tenus éveillés, ou que votre coiffeur vous ait coupé les cheveux trop courts. Vos nouveaux faux ongles se sont peut-être ébréchés, vos seins sont trop petits, ou vous avez de la cellulite sur le derrière et votre ventre est flageolant.

Laissez faire toutes ces conneries. Je vous jure que vous ne penserez pas à ces choses quand ce sera à votre tour de partir. Tout ça est TELLEMENT insignifiant quand on regarde la vie dans son ensemble. Je vois mon corps se détériorer sous mes yeux sans ne pouvoir rien y faire et tout ce que je souhaite pour l’instant, c’est de pouvoir avoir encore un anniversaire ou un Noël avec ma famille, ou juste un jour de plus avec mon partenaire et mon chien. Juste un de plus.

J’entends des gens se plaindre de leur travail ou à quel point il leur est difficile de faire de l’exercice – soyez reconnaissant d’être physiquement capable de le faire. Le travail et l’exercice peuvent sembler des choses si triviales… jusqu’à ce que votre corps ne vous permette plus de faire l’un ou l’autre.

J’ai essayé de mener une vie saine, en fait, c’était probablement ma principale passion. Appréciez votre bonne santé et le bon fonctionnement de votre corps, même si vous n’avez pas la taille idéale. Prenez soin de lui et admirez à quel point il est incroyable. Bougez et nourrissez-le avec des aliments sains. N’en faites pas une obsession.

Rappelez-vous qu’il y a plusieurs aspects à une bonne santé, et pas seulement le corps physique. Travaillez aussi dur pour trouver le bonheur mental, émotionnel et spirituel. De cette façon, vous pourrez vous rendre compte à quel point il est insignifiant d’avoir ce corps parfait que les médias sociaux dépeigne stupidement. Pendant que vous y êtes, supprimez tout compte qui apparaît dans vos nouvelles et qui vous donne le sentiment d’être un moins que rien. Ami ou pas. Soyez impitoyable pour votre propre bien-être.

Soyez reconnaissant pour chaque jour où vous n’avez pas de douleur et même les jours où vous n’allez pas bien à cause d’une grippe, d’une douleur au dos ou d’une entorse à la cheville, acceptez que c’est malencontreux tout en étant reconnaissant qu’elle ne menace pas votre vie et qu’elle disparaîtra.

Moins de plaintes ! Et plus d’entraide

Donnez, donnez, donnez. Il est vrai que vous obtenez plus de joie à faire des choses pour les autres que pour vous-mêmes. J’aurais aimé en faire plus. Depuis que je suis malade, j’ai rencontré les personnes les plus généreuses et les plus aimables et reçu les mots les plus attentionnés et les plus chaleureux ainsi que le soutien de ma famille, de mes amis et des étrangers ; plus que je ne pourrai jamais donner en retour. Je n’oublierai jamais ce choses et je serai toujours reconnaissante envers tous ces gens.

« C’est bizarre d’avoir de l’argent à dépenser à la fin… quand vous êtes en train de mourir. Ce n’est pas le moment où vous sortez et achetez des choses matérielles comme vous le feriez habituellement, comme une nouvelle robe. Cela nous fait penser à quel point c’est idiot de croire que ça vaut la peine de dépenser autant d’argent pour acheter de nouveaux vêtements et de nouvelles ‘choses’ dans nos vies. »

Achetez à votre amie quelque chose de gentil au lieu d’une autre robe, un produit de beauté ou des bijoux pour le prochain mariage. 1. Personne ne se soucie que vous portiez la même chose deux fois 2. Ça fait du bien. Invitez-la au restaurant, ou mieux encore, préparez-lui un repas. Invitez-la pour un café. Donnez ou achetez-lui une plante, un massage ou une bougie et dites-lui que vous l’aimez quand vous lui offrez.

Respectez le temps des autres. Ne les faites pas attendre juste parce que vous êtes nul pour arriver à l’heure. Préparez-vous plus tôt si vous êtes l’une de ces personnes, et appréciez que vos amis veuillent partager leur temps avec vous. Ils n’ont pas envie de s’asseoir seuls à attendre un ami. Vous gagnerez aussi le respect des autres ! Amen, Soeurette.

Cette année, notre famille a décidé de ne pas se faire de cadeaux et malgré l’arbre qui avait l’air plutôt triste et vide (j’ai failli ruiner la veille de Noël !), c’était tellement bien parce que les gens n’avaient pas la pression du shopping. l’effort a consisté à s’écrire une belle carte. De plus, imaginez ma famille qui essaie de m’acheter un cadeau en sachant qu’il leur resterait probablement sur les mains… bizarre ! Ça peut paraître nul, mais ces cartes comptent plus pour moi que n’importe quel achat impulsif. Mais c’était plus facile à faire chez nous parce qu’il n’y avait pas de jeunes enfants. Quoi qu’il en soit, la morale de l’histoire : les cadeaux ne sont pas nécessaires pour un Noël réussi. Bon, on continue.

Utilisez votre argent pour des expériences. Ou du moins, ne faites pas l’erreur de devoir rater des moments qui vous seraient enrichissants parce que vous avez dépensé tout votre argent pour des futilités matérielles.

Faites l’effort de faire cette excursion d’une journée à la plage que vous ne cessez de remettre à plus tard. Plongez vos pieds dans l’eau et creusez vos orteils dans le sable. Mouillez votre visage avec de l’eau salée.

Mêlez-vous à la nature.

Essayez simplement de profiter et d’être dans le moment présent plutôt que de vouloir capturer les moments à travers l’écran de votre téléphone. La vie n’est pas faite pour être vécue à travers un écran, pas plus qu’il ne s’agit d’obtenir la photo parfaite, profitez du moment, les amis ! Arrêtez d’essayer de le capturer pour que tout le monde puisse en être témoin.

Question rhétorique aléatoire. Est-ce que ces quelques heures que vous passez à vous coiffer et à vous maquiller chaque jour ou à sortir un soir en valent vraiment la peine ? Je n’ai jamais compris ça concernant les femmes.

Levez-vous parfois tôt pour écouter les oiseaux chanter tout en regardant les belles couleurs du soleil levant.

Écoutez de la musique… écoutez-la vraiment. La musique est une thérapie. La musique d’époque est la plus bénéfique.

Câlinez votre chien. Là où je serai, ça va me manquer.

Parlez à vos amis. Mettez votre smartphone de côté. Est-ce qu’ils vont bien ?

Voyagez si c’est votre désir, ne le faites pas sinon.

Travaillez pour vivre, ne vivez pas pour travailler.

Sérieusement, faites ce qui vous rend heureux.

Mangez-le, ce gâteau, sans vous culpabiliser.

Refusez de faire les choses que vous ne voulez vraiment pas faire.

Ne vous sentez pas obligés de faire ce que les autres pourraient penser être une vie épanouissante. Vous pourriez vouloir un niveau de vie moyen et ce serait tellement bien.

Dites à vos proches que vous les aimez chaque fois que vous en avez l’occasion et aimez-les de tout cœur.

N’oubliez pas non plus que si quelque chose vous rend misérable, vous avez le pouvoir de le changer – au travail, en amour ou quoi que ce soit d’autre. Ayez le courage de changer. Vous ignorez combien de temps il vous reste sur terre, alors ne le gaspillez pas à être malheureux. Je sais qu’on le dit tout le temps, mais cela est tellement vrai.

Bref, c’est juste le conseil d’une jeune femme. À prendre ou à laisser, ça ne me dérange pas !

Oh et une dernière chose, si vous le pouvez, faites une bonne action pour l’humanité (et pour moi) et commencez à donner régulièrement du sang. Vous vous sentirez bien, avec l’avantage supplémentaire de sauver des vies. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui est tellement négligé étant donné que chaque don peut sauver trois vies ! C’est un impact énorme que chaque personne peut avoir, et le processus est vraiment si simple.

Le don de sang (plus de sacs que je ne pouvais en compter) m’a aidée à rester en vie pendant un an de plus – une année que je serai toujours reconnaissante d’avoir pu passer ici sur terre avec ma famille, mes amis et mon chien. Une année durant laquelle j’ai vécu quelques-uns des meilleurs moments de ma vie. »

…jusqu’à ce que nous nous revoyions.

Holly

Xoxo

RECOMMANDÉ