91% des AVC pourraient être évités selon une étude récente

22 juillet 2016 Mis à jour: 15 août 2016

Une nouvelle étude suggère que les AVC (accident vasculaire cérébral), l’une des principales causes de décès et de handicaps dans le monde, seraient largement évitables.

Dans leur étude, les docteurs Martin J. O’Donnell et Salim Yusuf, de l’Institut de recherche sur la santé populaire de l’Université de McMaster (Canada), ont trouvé que dix facteurs à risques seraient liés à 91% des accidents. La plupart de ses facteurs étant facilement maîtrisables.

Basée sur une étude plus ancienne qui avait identifié les facteurs à risques d’AVC parmi 6 000 participants dans 22 pays, la nouvelle étude s’est portée sur 20 000 cas supplémentaires, dans 32 pays et parmi une population variée, incluant des hommes et des femmes, jeunes et âgés.

Parmi ces 10 facteurs modifiables, le plus significatif s’est révélé être l’hypertension. Selon un rapport de l’Université MacArthur, éliminer l’hypertension pourrait en soi réduire le nombre d’accidents cérébraux de 48% .

Parmi les autres facteurs évitables, on trouve l’inactivité physique (responsable dans 36% des cas), l’alimentation (19% des cas), le surpoids, des facteurs psychologiques, le tabac, des antécédents cardiaques, la consommation d’alcool et le diabète sucré.

Les résultats, publiés dans The Lancet le 15 juillet, ont également montré que la prépondérance de ces 10 facteurs restait la même, quels que soient les critères démographiques sélectionnés, tels que le sexe, l’âge, l’origine ethnique et la région géographique. Néanmoins, l’étude a montré des variations importantes des facteurs de risques en fonction des régions.

Selon le rapport, l’hypertension est responsable dans 60 % des cas en Asie du Sud-Est, contre seulement 40 % des cas en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Le facteur lié à la consommation d’alcool s’est révélé moins présent en Europe occidentale, en Amérique du Nord et en Australie, mais plus élevé en Afrique et en Asie du Sud. Les auteurs de cette étude suggèrent que les stratégies mises en place pour réduire le nombre d’attaques cérébrales devraient adaptées spécifiquement pour chaque région concernée.

Finalement, l’étude montre que les accidents vasculaires cérébraux sont largement évitables, indépendamment de l’âge et du sexe des populations.

« Il est temps pour les gouvernements, les organismes de santé et les individus, d’agir consciemment contre ce fléau. Les gouvernements de tous les pays devraient concevoir et mettre en place des plans d’actions d’urgence de prévention contre les AVC », écrivent-ils.

Version anglaise : Strokes Are 91 Percent Preventable, New Study Finds

RECOMMANDÉ