Avec le sommet de Bagdad, l’Irak se voit en médiateur régional

Par Epoch Times avec AFP
23 août 2021
Mis à jour: 23 août 2021

Après 40 ans de conflits l’ayant marginalisé, l’Irak aimerait jouer un rôle de médiateur lors d’un sommet samedi à Bagdad avec pour ambition de « désamorcer » les tensions régionales, notamment entre les puissances saoudienne et iranienne.

Fini l’Irak du dictateur Saddam Hussein qui inspirait « crainte et mépris », finie aussi l’ère de l’« Etat (…) piétiné par ses voisins » après l’invasion emmenée par les Etats-Unis en 2003, assure la politologue irakienne Marsin Alshamary.

Dans l’entourage du Premier ministre Moustafa al-Kazimi, on assure vouloir doter l’Irak d’un rôle de « rassembleur pour désamorcer des crises qui secouent la région ». 

Un défi cependant pour ce pays où l’Iran exerce sa mainmise et où l’Etat semble toujours impuissant à répondre aux attentes de sa propre population s’agissant des emplois, des services de base, de l’impunité…

Conforter Bagdad dans sa position de « force médiatrice »

Le président français Emmanuel Macron, seul acteur extra- régional, est l’un des seuls à avoir confirmé sa venue avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi Abdallah II de Jordanie. Ont aussi été conviés les présidents turc et iranien ainsi que le roi d’Arabie saoudite, mais, de source irakienne, ces derniers n’ont pas encore dit s’ils comptaient faire le déplacement.

La présence des rivaux iraniens et saoudiens à ce sommet serait déjà un événement en soi et pourrait conforter Bagdad dans sa position de « force médiatrice », explique le chercheur Renad Mansour de Chatham House.

Bagdad a déjà accueilli ces derniers mois des rencontres à huis clos entre représentants des deux puissances régionales. A présent, relève M. Mansour, l’objectif pour l’Irak est de passer du statut de « messager » à celui de « meneur » dans les pourparlers entre les deux pays qui ont rompu leurs relations en 2016.

Mais les organisateurs irakiens maintiennent le mystère sur les sujets à l’ordre du jour du sommet.

Evoquer l’influence iranienne sur son sol

Sans doute l’Irak entend-il aussi évoquer l’influence iranienne sur son sol. Une présence critiquée par nombre d’Irakiens et qui risque de saper la prétention de Bagdad à s’imposer comme médiateur un tant soi peu neutre entre Téhéran et Ryad.

« L’Irak veut reprendre le contrôle de sa trajectoire et, surtout, il ne veut plus subir sur son territoire les effets des tensions régionales », fait valoir un observateur étranger qui suit le dossier et a requis l’anonymat.

En clair: la question iranienne et, par extension, la souveraineté de l’Irak devraient être évoquées.

Evoquer la mainmise de l’Iran sur l’Irak

Les Irakiens ayant manifesté en 2019 entendaient conspuer une classe politique jugée incapable et corrompue mais aussi protester contre la mainmise de l’Iran sur l’Irak. La présence la plus visible de la République islamique dans le pays sont les groupes armés pro-Téhéran coalisés au sein du Hachd al-Chaabi et désormais intégrés à l’Etat.

Le président irakien Barham Saleh  reçoit le roi de Jordanie Abdallah II à l’aéroport de Bagdad dans la capitale le 27 juin 2021. Photo par AHMAD AL-RUBAYE/AFP via Getty Images.

Depuis le début de la révolte populaire, plus de 70 militants ont été victimes d’assassinats ou de tentatives d’assassinat.

Personne n’a revendiqué ces attaques mais les militants prodémocratie sont convaincus que les tueurs ne sont pas arrêtés car liés à l’Iran.

Par ailleurs, les factions du Hachd al-Chaabi n’ont pas revendiqué les dizaines d’attaques menées ces derniers mois contre les intérêts américains en Irak, mais elles sont largement suspectées d’en être responsables. Elles réclament aussi le départ des 2.500 soldats américains encore sur le sol irakien.

Autre dossier brûlant concernant la souveraineté: les opérations militaires menées par la Turquie dans le nord de l’Irak, notamment au Kurdistan, contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), des « terroristes » selon Ankara.

« Beaucoup d’Irakiens victimes de la corruption »

Les frappes à répétition qui tuent parfois des civils hérissent le gouvernement irakien, mais il peut difficilement hausser le ton face à l’un de ses principaux partenaires commerciaux.

Au plan intérieur, le sommet de samedi se tient à moins de deux mois d’élections législatives dans un pays qui traverse une grave crise sociale et économique sur fond de pandémie de coronavirus.

« Les Irakiens n’ont pas le sentiment que le gouvernement les représente (…). Beaucoup d’Irakiens sont victimes de la corruption », note Renad Mansour. Et cet été a été marqué par des incendies meurtriers dans des hôpitaux, des pénuries d’électricité et la sécheresse.

S’il n’est pas candidat à un siège au Parlement, Moustafa al-Kazimi pourrait vouloir garder son poste grâce à une « nouvelle coalition gouvernementale où les différents partis doivent se mettre d’accord sur un Premier ministre », explique Marsin Alshamary. A charge pour lui de ne pas délaisser la crise sociale.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ