[Avec nos propres mots] Catherine Yang: « L’art est peut-être le meilleur moyen d’expression de l’histoire »

Par La Redaction
20 octobre 2020
Mis à jour: 21 octobre 2020

Chers lecteurs d’Epoch Times,

Des années se sont écoulées depuis que j’ai commencé à faire les reportages sur la musique classique et l’art. « Oh », s’exclamaient les gens avec attendrissement, comme si je me trouvais coincée dans le pire métier du monde, « mais plus personne ne s’intéresse aux choses classiques. »

Parfois, je me demandais s’il y avait vraiment eu un changement majeur au cours du dernier demi-siècle, depuis l’époque où Leonard Bernstein a popularisé la musique classique et le ballet classique avec George Balanchine.

Un jour, j’ai interviewé un merveilleux chef d’orchestre à l’aube de son 70e anniversaire. C’était un artiste sincère qui s’intéressait aussi beaucoup à l’histoire, une science humaine complémentaire si on travaille dans la musique classique.

Lorsqu’il s’est plaint du fait que plusieurs écoles n’ont pas de programme de musique, j’ai acquiescé de bon cœur tout en partageant son avis. Mais quand il a soupiré et dit que c’était bien dommage qu’ils n’enseignaient plus l’histoire dans les écoles, j’ai tout d’abord pensé que j’avais mal entendu. Puis j’ai pensé qu’il exagérait peut-être beaucoup.

Malheureusement, je n’avais pas mal entendu et c’est bien ce qu’il avait dit. Apparemment, aujourd’hui, peu de lycéens connaissent vraiment leur histoire. Il n’est donc peut-être pas exagéré de supposer qu’ils en savent peu sur le débat passionné au sujet des droits de l’individu au siècle des Lumières ou au temps de Beethoven. Et j’ai vu de plus en plus les résultats de notre méconnaissance de l’histoire dans les années qui ont suivi.

Lors de leurs années de formation, ces étudiants ne se rendent peut-être pas compte des conséquences de ne pas comprendre les propos de Churchill quand il parlait de la « victoire à tous prix » ou de Lincoln quand il disait que « nous devons aux morts de trouver une meilleure voie pour aller de l’avant ». Mais des années plus tard, j’ai passé plusieurs mois à interviewer des individus inspirants, des personnes de tous les secteurs de la société dont les récits ont apporté de l’espoir à des millions d’auditeurs et j’ai réalisé que la vérité et la sagesse qu’ils partageaient avaient été durement acquises. Car ce n’est qu’après des années, parfois des décennies, de souffrance et de lutte que beaucoup d’entre eux en étaient venus à comprendre ce qui était vrai, universel et éternel.

Parce que c’était vraiment ce qu’ils avaient découvert, la réponse à la plus ancienne question connue de la civilisation : comment bien vivre. C’est essentiel, la Vérité avec un V majuscule, une de ces vérités transcendantales. C’est ce dont leur public avait envie et ce qui s’est transmis au cours de la plus grande partie de l’histoire que nous connaissons.

C’est peut-être la raison pour laquelle ce chef d’orchestre, malgré son succès professionnel, désirait passionnément faire découvrir la musique au public. Il avait vu de ses propres yeux comment l’éducation musicale pouvait transformer un enfant en difficulté ou une société en difficulté et comment elle pouvait inspirer les gens à rechercher ces vérités, à rechercher leur histoire.

Nous entendons souvent des lecteurs dont les enfants ou les petits-enfants vivent sans repère objectif, sans cette compréhension de leurs origines ou une vision de leur avenir à construire… ils ne savent pas vraiment par où commencer. Je pense que ce chef d’orchestre était sur une piste.

La vision traditionnelle des arts est la recherche de la vérité sur la condition humaine. Ici je suis d’accord avec ce chef d’orchestre pour dire que l’art est peut-être le meilleur moyen d’expression de l’histoire. La beauté de l’art nous permet d’avoir accès à toutes les expériences vécues pour le bien et pour le vrai.

Peut-être que tout comme l’expérience du chef d’orchestre et tout comme le bureau rempli de techniciens qui se trouvent inspirés après une représentation de la Cinquième symphonie de Beethoven, ou tout comme de jeunes étudiants qui développent un intérêt renouvelé pour la lecture ou l’apprentissage d’un instrument, peut-être trouverez-vous également dans la section Lifestyle/Inspirant quelque chose qui vous inspirera dans votre propre vie.

Avec Vérité et Tradition,

Catherine Yang
Journaliste Epoch Times
Life et Tradition

RECOMMANDÉ