[Avec nos propres mots] Tatiana Darzi: « Je me suis alors promise que je trouverais un moyen de contribuer à faire prendre conscience des pratiques inhumaines du PCC »

Par La Redaction
16 novembre 2020
Mis à jour: 16 novembre 2020

Chers lecteurs d’Epoch Times,

Au fil des ans, j’ai eu le plaisir d’occuper différents postes au sein d’Epoch Times et je peux honnêtement dire que c’est l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie. L’une des principales raisons pour laquelle je travaille à Epoch Times est que ce journal contribue à dénoncer les crimes contre l’humanité commis par le Parti communiste chinois (PCC).

J’admire aussi le fait que ce média atteint un tel objectif sans aucun parrainage du gouvernement ou des entreprises. C’est un média indépendant qui raconte les choses telles qu’elles sont. En fait, Epoch Times a été l’une des premières publications qui m’a ouvert les yeux sur l’ampleur des violations des droits de l’homme en Chine.

Lorsque mon petit ami (aujourd’hui mon mari) et moi étions étudiants à l’université, nous avons acheté des billets à prix réduit par l’intermédiaire de notre collège pour l’exposition « Bodies: The Exhibition » dans le centre de Manhattan. À l’époque, je ne connaissais pas cette exposition et j’avais l’impression que ces cadavres étaient des répliques en cire anatomiquement exactes du corps humain. En attendant que les portes de l’exposition s’ouvrent, le gardien qui se tenait à proximité m’a entendu et m’a expliqué : « La plupart de ces corps sont des corps non réclamés de personnes du monde entier, comme des sans-abri qui meurent dans la rue sans avoir de papiers d’identité et sans que personne ne réclame leur corps. Et d’autres proviennent de personnes qui ont fait don de leur corps à la science. » Bien sûr, je l’ai cru à l’époque. Cependant, à ma grande surprise, tous les cadavres que j’ai vus semblaient appartenir à un seul groupe racial, celui de l’Asie orientale. Je n’ai vu sur aucun des corps des traits représentant d’autres groupes raciaux, ce qui m’a surprise.

Des années plus tard, mon mari m’a envoyée par courrier électronique un article d’Epoch Times révélant les faits sur l’exposition Bodies, et d’autres expositions similaires, expliquant qu’ils exposaient des corps de pratiquants de Falun Gong assassinés. Cet article m’a beaucoup ébranlée lorsque je l’ai lu, car je me souvenais avoir vu au moins des centaines de corps différents, de tous âges et à toutes les étapes de la vie, de la gestation à la vieillesse. J’ai été horrifiée et dégoûtée de moi-même par la suite pour avoir contribué et assisté à une telle exposition. Je me sentais tellement coupable.

Après avoir lu l’article, je me suis posée plusieurs questions comme « Pourquoi quelqu’un aux États-Unis approuverait-il une exposition aussi atroce! »« Ils doivent sûrement être au courant puisque c’est une exposition importante ! Comment pourraient-ils ne pas le savoir ?! » « Pourquoi le régime chinois fait-il cela à son propre peuple ? » « Et alors, s’ils ont une croyance spirituelle, laissez faire et laissez les vivre ! » Je me suis alors promise que 1) je n’irai plus jamais à une telle exposition et 2) que je trouverais un moyen de contribuer à faire prendre conscience des pratiques inhumaines du PCC à l’encontre de gens innocents.

Quelques années plus tard, j’ai postulé pour un emploi à Epoch Times. J’ai été embauchée et j’ai commencé mon parcours en travaillant avec l’équipe Web à la production de contenu viral.

J’espère qu’en lisant nos reportages, vous (nos lecteurs) pourrez sentir la différence avec les autres journaux. Il en va de même pour nos articles en ligne. J’espère que notre publication vous aidera à prendre des décisions judicieuses basées sur les faits et j’espère qu’elle enrichira votre vie et celle des êtres qui vous sont chers.

En tant que passionnée des droits de l’homme et d’une information fiable, j’espère que notre travail reflète notre devise « Vérité et tradition ». Par-dessus tout, j’espère que lorsque vous lirez Epoch Times, vous aurez la sensation d’une bouffée d’air frais tout en vous sentant bien informé.

Avec Vérité et Tradition,

Tatiana Darzi
Epoch Times

RECOMMANDÉ