Avez-vous déjà vu des filets accrochés à des tuyaux d’eaux pluviales? Cette idée de génie est ce dont le monde a besoin!

Par Robert Jay Watson
1 février 2020 Mis à jour: 1 février 2020

À l’été 2018, des milliers de personnes dans le monde entier ont regardé avec horreur la vidéo d’une organisation de protection de l’océan illustrant une vague littérale de déchets s’amassant sur les côtes de la République dominicaine. Vous pensez peut-être que ces débris proviennent de l’île elle-même, mais en réalité, ils pourraient provenir de pays situés à des milliers de kilomètres.

Comme l’a montré le projet de recherche Plastic Adrift, de simples sacs en plastique entraînés au large des côtes de New York peuvent être emportés jusqu’à Londres par les forts courants océaniques en seulement trois ans.

Que peut-on faire pour empêcher le plastique de pénétrer dans les rivières et de se jeter dans la mer ? Kwinana, une ville côtière de l’Australie-Occidentale, a mis au point une solution ingénieuse qui existe depuis des milliers d’années : des filets.

Cette solution semble venir tout droit du vieux proverbe « Mieux vaut prévenir que guérir ». En attachant des filets autour des tuyaux d’eaux pluviales ou des ponceaux, des quantités massives de plastique et d’autres débris qui seraient normalement rejetés dans l’océan, puis sur les plages, sont facilement capturés.

Alors que les filets, que la maire Carol Adams a décrits dans une interview avec l’émission de radio Perth Tonight comme « ressemblant à de grosses chaussettes », capturent presque tous les déchets des zones résidentielles, ils permettent à l’eau de pluie d’être filtrée. Non seulement ils aident à recueillir les déchets et à les empêcher de s’écouler, mais ils aident aussi à prévenir les inondations en empêchant les ordures de boucher les tuyaux de drainage.

La première expérience a été couronnée de succès, en récupérant des tonnes de déchets provenant de zones résidentielles et commerciales. Selon The West Australian, la quantité qu’ils ont ramassée dans seulement deux filets en un court laps de temps était à la fois inquiétante et encourageante pour une population relativement petite de 39 000 habitants. « Au cours de l’essai, 370 kg de débris constitués d’emballages pour aliments, de bouteilles en plastique, de sable et de feuilles d’arbres ont été nettoyés. »

Après avoir constaté le succès des filets, la ville a décidé de les installer partout dans la région à un prix de 20 000 dollars australiens (environ 12 500 €). Le maire Adams a estimé que les dépenses étaient entièrement justifiées par les résultats. Les filets montrent « à quel point il est important que le gouvernement, à tous les niveaux, commence vraiment à se concentrer sur des initiatives environnementales telles que celles-ci et réalise que de petites actions peuvent avoir de grands impacts ».

Que se passe-t-il quand les filets sont remplis ? Une petite grue est utilisée pour lever les filets et déposer le contenu dans un camion qui se rend à un centre de traitement des déchets où les déchets sont triés. Tout ce qui peut être recyclé est conservé, et le reste est envoyé à la décharge.

L’idée a également fait son chemin ailleurs. Développé à l’origine en Australie, le piège à déchets Bandalong a été introduit aux États-Unis par Storm Water Systems à Cleveland, en Géorgie. Plutôt que d’utiliser des filets ou des clôtures, qui peuvent attraper par inadvertance des poissons et d’autres animaux sauvages, le piège flotte à la surface, ramassant les ordures dans un cadre métallique.

Tous ces pièges, qu’ils soient grands ou petits, simples ou complexes, permettent de gagner du temps, de l’argent et de protéger l’environnement. Plutôt que de dépenser beaucoup d’argent et de travail pour ramasser les déchets après qu’ils auraient été dispersés dans les océans ou retrouvés en petits morceaux sur les plages, ces solutions mettent fin au problème avant qu’il ne commence.

Voyez la technique en vidéo :

RECOMMANDÉ