Nous avons acheté une maison à 1€ en Italie. Voici ce qui s’est passé ensuite

Par CNN
18 novembre 2019
Mis à jour: 18 novembre 2019

Cela semble trop beau pour être vrai. Une nouvelle maison – et potentiellement une toute nouvelle vie – à vendre dans une Italie rurale gorgée de soleil pour la somme princière d’un euro seulement.

Au cours de l’année écoulée, de nombreuses petites villes, de la Sicile au sud jusqu’aux Alpes du Nord, ont proposé de telles aubaines dans l’espoir d’attirer de nouveaux habitants pour revitaliser les communautés mourantes.

Ces accords ont fait la une des journaux sur CNN et au-delà, captivant des millions de personnes accrochées à l’idée romantique d’abandonner la course aux rats métropolitaine pour une vie plus simple.

Beaucoup de villes ont été inondées de demandes de renseignements. Les téléphones ont sonné comme des fous. Les sites Web ont bogué sous la pression.

Mais est-ce que quelqu’un l’a vraiment achetée ? Et quand ils l’ont fait, que s’est-il passé ensuite ? Se sont-ils laissés piéger par la bureaucratie byzantine bien connue de l’Italie ?

Se sont-ils heurtés à la barrière de la langue ? Est-ce que les maisons se sont avérées être un gouffre financier ? La dolce vita a-t-elle rapidement tourné au vinaigre, laissant les acheteurs déçus et déprimés ?

L’émission CNN Travel a rencontré certains des acheteurs pionniers – ou « citoyens d’un euro », comme les appellent les habitants de la région – qui ont réalisé ce que la plupart d’entre nous n’ont fait que rêver de découvrir et de voir si cela en valait la peine.

Escapade de vacances

Morgane Guihot, originaire de la ville de Nantes, en France, a été l’une des premières acheteuses à saisir l’offre à 1 € à Mussomeli, une belle ville au cœur de la Sicile où les rues étroites et anciennes se regroupent autour d’une citadelle sur une colline en ruine.

La maison pour laquelle elle et son mari ont payé quelques sous est destinée à être une deuxième maison familiale.

La plupart des transactions exigent des acheteurs qu’ils s’engagent à investir dans des rénovations, ce que Morgane Guihot, 27 ans, et son mari, 31 ans, ont fait sans perdre de temps.

Ils ont presque terminé le réaménagement de leur maison de 50 mètres carrés à Mussomeli après avoir peint les murs et réparé les planchers.

« Nous avons juste besoin de finir la salle de bain », dit-elle. « Comme nous sommes à la fois artisans et rénovateurs, nous avons fait la majeure partie du travail nous-mêmes, ce qui était minime, et c’était formidable de voir notre maison de deux pièces reprendre vie.

« La terrasse panoramique de 15 mètres carrés est fabuleuse. »

Ils utiliseront la demeure sicilienne, avec leurs deux jeunes enfants, comme maison de vacances pendant les congés de Noël et d’été.

« Lorsque nous avons décidé d’investir dans une résidence secondaire, nous avons été attirés par les prix attractifs de Mussomeli par rapport au marché immobilier français », ajoute Mme Guihot.

« Mais ce qui nous a conquis la première fois que nous avons visité, c’est le charme de l’endroit. C’est super mignon et les gens du coin sont si accueillants. »

Alors que le couple est habitué à vivre à la campagne près de Nantes, le déménagement à Mussomeli les a amenés dans un endroit beaucoup plus calme.

« Même si ce n’est pas un si grand changement pour nous, ce qui est excitant, c’est l’endroit idéal », dit M. Guihot.

« La ville est proche de belles destinations siciliennes et n’est pas isolée par rapport à d’autres villages. Ici, vous avez tout ce dont vous avez besoin, des magasins, des supermarchés.

« On peut y mener une chouette vie. C’est tout simplement génial. »

Il n’y a apparemment pas eu de mauvaises surprises.

« Tout le monde a été très gentil et les filles de l’agence immobilière nous ont suivis à chaque étape, nous aidant avec la paperasse et la traduction de l’acte.

« Ça s’est mieux passé que prévu. Et même notre maison, nous pensions qu’elle serait dans un pire état.

« Oh, on le ferait encore et encore. »

Bien qu’elle et son mari soient relativement jeunes, ils pensent déjà à faire de Mussomeli leur maison de retraite.

« Nous sommes encore très jeunes, qui sait. Pour l’instant, ce sera notre maison de vacances qui nous donnera tout le temps d’apprendre l’italien. »

Retraite bucolique

Alors que de nombreux acheteurs ont décidé d’acheter des maisons délabrées à un prix si dérisoire, certains ont fini par se contenter de maisons plus chères et en meilleur état.

Après une longue visite des bâtiments à 1 € de Mussomeli, l’homme d’affaires belge Patrick Janssen a choisi un logement « de catégorie supérieure » à un prix plus élevé, qu’il a maintenant presque entièrement rénovée.

Comme beaucoup d’autres, il a été attiré par la couverture médiatique des maisons bon marché et la perspective de changer de vie.

« Je vais être honnête, nous n’avons pas acheté une maison à 1 € », dit-il. « On nous a montré quelque chose comme 25 vieux bâtiments, dont certains avaient grandement besoin d’être réparés, alors à la fin, nous avons opté pour un bâtiment décent de trois pièces pour 10 000 € et j’ai investi plus d’argent dans la rénovation. »

Mais ce n’est pas seulement le mauvais état des bâtiments qui l’a éloigné du projet à 1 €.

« J’ai pensé que si j’achetais une belle maison qui ne s’écroule pas, et que je la restaurais soigneusement à neuf, elle durerait encore bien plus longtemps », ajoute Patrick.

« Mes cinq enfants, dans 20 ans, auraient une maison encore en parfait état. S’il m’arrive quelque chose, ils auront un bon endroit où vivre et pendant qu’ils grandiront, ils pourront venir ici avec leurs amis. »

Pour l’instant, son projet est aussi de l’utiliser comme maison de vacances où la famille peut passer plusieurs semaines ou plusieurs mois par an.

« Mais maintenant, après y avoir réfléchi, et après avoir découvert la beauté de l’endroit, ça pourrait devenir mon futur lieu de retraite. »

Patrick a fait l’achat avec des projets à long terme en tête et en tenant compte de nombreux facteurs, principalement la courte distance entre sa résidence principale à Bruxelles et Mussomeli.

« La Sicile est au coin de la rue. En seulement deux heures de vol, nous nous échappons de Belgique pour rejoindre l’aéroport de Catane. C’est certainement un gros plus si vous êtes d’un pays européen pour passer le week-end. »

Mussomeli, comparé à Bruxelles frénétique, est un autre monde, dit-il.

« Les gens en Belgique ne se détendent pas. La vie ici est plus simple, la ville est confortable et la nature environnante, envoûtante. C’est parfait pour se ressourcer et se désintoxiquer. »

La maison de Patrick Janssen possède une terrasse panoramique surplombant les toits de tuiles du vieux quartier, les églises pittoresques et les ruelles étroites.

« Ce coin de Sicile est sauvage, intact, vert, pas bondé. C’est un point de départ parfait pour explorer le reste de l’île. »

L’achat s’est également bien déroulé pour Patrick Janssen. La paperasserie s’est avérée plus facile que prévu, malgré la mauvaise réputation de l’Italie en matière de bureaucratie et de réglementation excessive.

« En fait, j’ai été assez surpris de constater que l’achat et la rénovation d’une maison sont beaucoup plus faciles en Sicile qu’en Belgique. »

Les liens du sang

Pour certains, il y avait quelque chose de plus puissant que la perspective d’une maison bon marché pour les séduire, comme l’ADN et l’ascendance.

Meredith Tabbone, conseillère financière basée à Chicago, figurait parmi les 16 acheteurs qui ont obtenu une ancienne habitation à Sambuca, également en Sicile, qui est célèbre pour ses cours de style arabe.

Meredith a du sang sicilien dans les veines. Ses ancêtres venaient de Sambuca.

Après que CNN a annoncé pour la première fois en janvier que les autorités locales vendaient des bâtiments abandonnés pour inverser la tendance au dépeuplement, le village a fait face à une ruée immobilière.

Des acheteurs intéressés du monde entier ont envahi Sambuca, envoyant des milliers de demandes.

Le maire, incapable de répondre à une demande très élevée et sentant clairement une opportunité d’affaires, a vendu les propriétés au plus offrant. Les maisons ont été vendues jusqu’à 25 000 € – bien plus que 1 €, mais c’était quand même une bonne affaire.

Meredith a soumis une offre pour deux logements sans même avoir visité la ville.

« Quand des amis m’ont envoyé l’article, j’ai réalisé que Sambuca était la ville d’où vient ma famille, dit-elle.

« Mon arrière-grand-père a émigré aux États-Unis il y a longtemps. J’avais toujours voulu visiter la Sicile, mais je n’étais jamais allé dans ma ville natale. J’avais l’intention d’y aller depuis 10 ans, je n’en avais jamais eu l’occasion. »

Meredith a été étonnée de constater que sa lignée continue de vivre dans sa ville d’origine.

« J’ai encore de la famille près de ma nouvelle maison, à quelques rues d’ici, mais je ne les ai pas encore rencontrés. Je le ferai la prochaine fois que j’irai. »

Meredith a fait une offre de 5 555 € pour chacune des deux maisons et a obtenu celle située dans une rue au numéro 5.

« Cinq est mon chiffre préféré », ajoute-t-elle. « C’est pour ça que j’ai enchéris cette somme précise et choisi cette maison en particulier à cet endroit. »

Elle a fait la plupart des démarches administratives en ligne et Google a cartographié les propriétés. Mais après avoir remporté l’appel d’offres en mai, elle a dû reporter son premier voyage au mois de juin.

« Je me suis cassé la cheville. J’ai acheté la maison sans l’avoir vue. »

Sa nouvelle demeure, avec ses trois chambres à coucher, ses plafonds carrelés, ses escaliers tournants et ses deux entrées, s’est avérée être une agréable surprise.

« C’est différent de ce à quoi je m’attendais », dit-elle. « J’ai cherché sur Google, mais je n’avais aucune idée de ce que ça allait être. À la fin, ça s’est avéré bien mieux que je le pensais. Le balcon est des plus charmants. »

La maison n’a actuellement ni eau ni électricité, mais pour Meredith c’est « comme une toile blanche à laquelle je peux donner vie avec toutes ces belles et jolies choses italiennes qui rendent une maison confortable ».

L’histoire du bâtiment est un atout supplémentaire.

« Le rez-de-chaussée est l’endroit où se trouvaient les écuries », explique Meredith. « Dans les années 1700 à 1800, les chevaux étaient gardés en bas pendant que les familles vivaient à l’étage supérieur. Il y a encore les cordes. »

Meredith a rempli ses papiers et a obtenu les plans. Elle coordonne les prochaines étapes avec les architectes. Ce sera un relookage basique.

« Les gens ont tendance à penser que c’est compliqué de s’occuper de la paperasse. Mais vraiment, ça ne l’est pas. Tout s’est déroulé en douceur, un processus très facile. Tout le monde a dit : ‘Ça ne doit pas être facile.’ Mais ça l’était. »

« Vous pouvez télécharger et remplir tous les documents nécessaires en ligne, même demander votre nouveau code fiscal pour payer les impôts fonciers en Italie. J’ai trouvé les architectes sur Instagram avant même d’avoir mis les pieds à Sambuca« , dit-elle.

Mme Tabbone affirme que son objectif ultime est d’obtenir la citoyenneté italienne et de passer ses futures années de retraite à Sambuca.

« Pour l’instant, je vais y passer quelques mois par an. Je n’ai que 40 ans, mais j’ai commencé à penser à mon avenir, à lorsque je prendrai ma retraite. Les gens de Sambuca sont chaleureux, doux et gentils. »

Surmonter les stéréotypes

Bien que Meredith ait trouvé le processus relativement simple, les choses ont été moins faciles pour Kenny Sanchez, un New-Yorkais, qui a acheté une maison à Zungoli, en Campanie, plus tôt cette année.

Kenny Sanchez dit qu’il a fait une offre sur l’une des maisons à 1 € de la Ville sur un coup de tête et qu’il n’a jamais pensé qu’elle serait acceptée.

« Je savais que beaucoup de gens feraient de même, et je pensais que j’avais peu de chance », admet-il. « Je ne m’attendais pas à ce qu’on m’accorde une maison en Italie. C’était une sacrée surprise. »

Kenny a visité Zungoli pendant l’été, et dit que les locaux étaient très accueillants.

Cependant, la maison dont il est aujourd’hui l’heureux propriétaire ne sera peut-être pas habitable avant quelques années encore.

« La maison semblait avoir besoin de beaucoup de travail », dit-il. « Il y a des choses importantes qui doivent être réparées, y compris le toit.

« Nous avons pu prendre les dispositions nécessaires pour la rénover en trois ans. Ce délai devrait nous permettre de réparer les choses nécessaires et de la rendre vivable. »

Les formalités administratives ont également progressé lentement, ce qui signifie qu’il n’a pas été en mesure d’aller de l’avant avec les réparations.

« Nous attendons toujours le contrat de vente », dit-il. « Puisqu’on n’a pas encore ça, on n’a rien pu faire. »

Une fois les rénovations terminées, Kenny prévoit de se rendre à Zungoli avec sa famille chaque année.

« En ce moment, nous cherchons à en faire une maison d’été ou un endroit où nous pourrons obtenir un moment de répit ailleurs qu’aux États-Unis, en Italie »

« Zungoli est absolument magnifique, et nous sommes très heureux d’avoir cette opportunité.”

De nombreux nouveaux arrivants envisagent de s’installer définitivement en Italie.

Un autre acheteur, l’homme d’affaires pakistanais Muhammad Ramzan, basé au Royaume-Uni, déclare qu’il aimerait inscrire ses enfants à l’école locale de Mussomeli.

Comme Patrick Janssen, il a lui aussi opté pour une maison un peu plus chère, qu’il envisage pour l’instant d’utiliser comme résidence secondaire pour sa famille.

« Les reportages télévisés parlaient de cette initiative attrayante, j’ai voulu y jeter un coup d’œil de plus près », a-t-il dit. « Je n’étais jamais allé en Sicile ni en Italie, donc je ne savais pas à quoi m’attendre. Après avoir vu les mauvaises conditions d’une dizaine de maisons à 1 €, j’ai décidé de dépenser plus et j’en ai acheté une pour 4 200 €, nécessitant un minimum de réparations. »

« Il faut juste un peu de peinture et mon père, qui fait ça comme travail, s’en occupera. »

M. Ramzan dit que l’agence immobilière l’a aidé à naviguer à travers tout le processus, facilitant ainsi les démarches administratives qui ont duré des mois à compléter.

« Cela peut être un peu difficile si vous venez d’un autre pays ou d’une autre région », dit M. Ramzan. « Le personnel de l’agence a fait en sorte que tout soit fait en toute confiance, ils m’ont été d’une grande aide car j’avais besoin d’un traducteur et l’acte notarié devait être rédigé également en anglais. »

Sa demeure de trois étages dans le centre historique dispose d’un balcon avec une vue imprenable sur le paysage vallonné de Mussomeli et la spectaculaire forteresse suspendue à la falaise, connue localement sous le nom de Château dans le ciel.

« Ma femme adore l’art, et la beauté de cet endroit est une source d’inspiration », dit-il. « Quel beau temps. C’est silencieux et paisible. »

Il a fait plusieurs voyages à Mussomeli avant de prendre une décision finale.

« J’avais besoin de vérifier comment c’était là-bas par moi-même, j’ai donc rencontré des gens, les voisins, nous sommes sortis boire un verre ensemble et sommes devenus amis. J’ai visité l’école locale pour les enfants et j’ai fait de longues promenades tard le soir pour voir si l’endroit était vraiment sûr…

« Il n’y a pas de mafia, les gens racontent beaucoup de mauvaises histoires. Il y a ce préjugé selon lequel la Sicile, c’est le film Le Parrain. Mais pendant mes soirées, je n’ai vu aucun danger, tout était calme et sans danger. »

RECOMMANDÉ