Ayant reçu des directives pour gonfler le nombre de décès du coronavirus, des médecins expriment leur inquiétude

Par Meiling Lee
19 avril 2020
Mis à jour: 19 avril 2020

Un médecin du Minnesota s’inquiète du fait que la directive des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) sur la manière de remplir les certificats de décès covid-19 pourrait inciter les certificateurs médicaux à gonfler le nombre de décès dus à la maladie.

La directive de sept pages reçue par le Dr Scott Jensen, médecin de famille et sénateur républicain du Minnesota, explique comment il peut déclarer qu’un décès est un décès « présumé » dû au covid-19, même si aucun test n’a été effectué pour le confirmer. Le covid-19 est une maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois), communément appelé le nouveau coronavirus.

« Nous, les médecins, n’aimons pas que les responsables politiques tentent d’influencer nos actions en matière de soins aux patients », a déclaré le Dr Jensen dans le cadre du programme Don Giordano. « Et en réalité, la dernière chose que nous faisons pour notre patient dans de nombreuses situations est de remplir correctement et précisément le certificat de décès. »

Selon le Dr Jensen, un certificat de décès doit être basé sur des faits et non sur des présomptions ou des préjugés. La directive du CDC stipule que : « Dans les cas où un diagnostic définitif de covid-19 ne peut être établi, mais qu’il est suspecté ou probable (par exemple, si les circonstances sont convaincantes avec un degré de certitude raisonnable), il est acceptable de déclarer le covid-19 sur un certificat de décès comme une cause ‘probable’ ou ‘présumée’. »

Un cas d’exemple donné dans la directive est celui d’une femme de 86 ans qui est morte après avoir présenté des symptômes de forte fièvre, de toux grave et de difficultés respiratoires pendant cinq jours. La femme, qui a subi il y a trois ans une attaque d’apoplexie qui l’a rendue invalide, présentait ces symptômes « après avoir été exposée à un membre de sa famille malade, chez qui on a diagnostiqué par la suite une infection au covid-19 ».

Bien que des tests n’aient pas été effectués pour vérifier la maladie, le CDC indique que « probablement, le covid-19 » peut être répertorié comme la cause sous-jacente du décès, « étant donné les symptômes de la patiente et son exposition à un individu infecté ».

La coordinatrice de l’intervention face au coronavirus de la Maison-Blanche, le Dr Deborah Birx, a déclaré lors d’une réunion du groupe de travail le 7 avril que « si quelqu’un meurt avec le covid-19, nous comptons cela comme un décès dû au covid-19 ».

Alors que dans d’autres pays, le Dr Birx a dit : « Si vous avez une maladie préexistante, et disons que le virus vous a fait aller aux soins intensifs et que vous avez ensuite un problème cardiaque ou rénal[, alors] certains pays enregistrent cela comme un problème cardiaque ou rénal et non comme un décès dû au covid-19 ».

Ceux qui s’inquiètent du fait que les décès dus au covid-19 soient indûment gonflés soutiennent que la différenciation entre une personne qui meurt de la maladie ou qui est atteinte de la maladie devrait être un facteur déterminant du taux de mortalité réel par le virus du PCC.

Lorsqu’on lui a demandé, le 8 avril, si les décès dus au virus du PCC étaient gonflés dans les cas où une personne était porteuse du virus et aurait pu mourir d’autres facteurs, le Dr Birx a déclaré : « Ces personnes seront considérées comme ayant une maladie sous-jacente, mais cette maladie sous-jacente n’a pas causé leur mort rapide lorsqu’elle est liée à une infection par le covid. En fait, c’est le contraire. Nous savons qu’avec une maladie sous-jacente, attraper ce virus est particulièrement préjudiciable pour ces personnes. »

Le Dr Michael Baden, ancien médecin légiste en chef de la ville de New York et collaborateur de Fox News, a déclaré à Fox News qu’il était acceptable d’inclure une personne atteinte du virus du PCC et d’autres problèmes de santé dans le décompte des décès de covid-19.

« Dans le cours normal des choses, l’autopsie déterminerait alors si la personne est morte des effets du virus du covid, si la personne avait une tumeur ou une hémorragie cérébrale, par exemple, qui pourrait être sans rapport avec elle et quelle est la part relative de l’infection et de la maladie préexistante », a déclaré le Dr Baden.

Selon le Dr Baden, le nombre d’autopsies pratiquées pourrait être faible en raison du risque d’infection.

« Alors, vous inclurez dans ces chiffres certaines personnes qui avaient une maladie préexistante qui aurait de toute façon causé la mort, mais c’est probablement un petit nombre », a déclaré le Dr. Baden.

Craig Barton, copropriétaire du service funéraire de la famille Barton dans l’État de Washington, a déclaré dans un courriel adressé au journal Epoch Times : « Mon sentiment est que dans l’État de Washington, il y a une tendance à la sous-déclaration parce que les tests n’ont pas été largement utilisés, et pour les cas qui ne présentent pas de symptômes classiques mais qui sont porteurs du virus, la cause du décès peut simplement être une ‘pneumonie primaire’ d’après une seule radiographie pulmonaire. »

L’État de Washington a connu le premier décès confirmé par le covid-19 aux États-Unis en février dernier et une propagation précoce du virus au centre pour personnes âgées du comté de King. L’État compte 11 445 cas du virus du PCC et 603 décès attribués à la maladie en date du 18 avril.

Epoch Times a contacté le CDC pour obtenir des commentaires et a été invité à contacter le Centre national des statistiques sanitaires (NCHS), une agence du gouvernement fédéral qui fait partie du CDC. Le NCHS fournit des données qui guident les politiques et les actions visant à améliorer la santé des Américains. Le NCHS n’a pas répondu à un courriel au moment de la publication.

Les décès probables sont désormais inclus dans le nombre de décès

Le 14 avril, les responsables de la santé publique de la ville de New York ont révisé le bilan des décès dus au covid-19 (pdf) en incluant plus de 3 700 cas probables qui n’ont pas été testés, faisant passer le nombre de décès de 6 589 à 10 367. La ville a déclaré que les décès ont été antidatés au 11 mars, date à laquelle le premier décès covid-19 confirmé a été signalé.

« Nous voulions nous assurer que chaque New-Yorkais soit compté dans le nombre de personnes ayant été contaminées par ce virus agressif », a déclaré le Dr Oxiris Barbot, commissaire à la santé de la ville de New York.

La décision de la Ville de New York d’inclure les patients atteints non confirmés du virus dans le nombre de décès est très éloignée de la façon dont les autorités sanitaires américaines attribuaient généralement les décès dus au covid-19, c’est-à-dire uniquement lorsque les patients étaient testés positifs pour la maladie.

Avec la révision du bilan des décès dus au virus du PCC, la ville de New York a ouvert la voie à d’autres États, puisque le Wyoming et l’Ohio ont commencé à inclure les décès et les cas probables de covid-19 dans leur mise à jour du 16 avril. Le Wyoming a fait état de deux décès confirmés par le covid-19, de 287 cas confirmés en laboratoire et de 105 cas probables. L’Ohio a déclaré avoir 16 décès probables et 175 cas probables.

Selon le Manuel du médecin sur le certificat médical de décès 2003 du CDC, les certificats de décès sont « utilisés pour déterminer quelles affections médicales reçoivent un financement pour la recherche et le développement, pour fixer des objectifs de santé publique et pour mesurer l’état de santé aux niveaux local, étatique, national et international ».

Subventions pour les hôpitaux

Le Dr Jensen dit qu’en plus de repousser la directive du CDC, il s’est également exprimé sur les motivations financières des hôpitaux pour traiter les patients atteints du covid-19.

« Si j’admets un patient, un patient de l’assurance maladie, à l’hôpital et que je diagnostique simplement une pneumonie, le paiement de groupe lié au diagnostic, le paiement forfaitaire que l’hôpital recevra pour ce patient sera d’environ 4 500 dollars », a déclaré le Dr Jensen. « Mais si je mets la pneumonie covid-19, elle triple, elle passe à 13 000 dollars. »

En ce qui concerne les patients « mis sous respirateur, l’hôpital reçoit 39 000 dollars ».

Le Dr Jensen dit que lorsqu’il s’agit d’argent, « je ne pense pas qu’il soit question que la nature humaine essaie de maquiller les chiffres, les statistiques, pour dire ce que vous voulez qu’ils disent ».

Le Dr Jensen, qui est également professeur associé à l’école de médecine de l’université du Minnesota, a déclaré que quelqu’un avait demandé sur Twitter son retrait de l’école pour avoir pris la parole. Mais le soutien global qu’il a reçu des autres médecins a été « assez réconfortant. J’ai reçu des appels de médecins de l’extérieur de l’État, de tout le pays, pour me remercier d’avoir apporté la lumière à ce processus ».

« Je veux dire que je m’occupe de beaucoup de patients depuis des décennies, et parfois la dernière fois que je vois leur dossier, c’est quand je remplis leur certificat de décès », a déclaré le Dr Jensen. « Et dire que je suis potentiellement influencé par quelqu’un qui a un objectif sous-jacent, mais que je ne rencontre jamais cette personne, ils m’envoient juste un lien pour un document de sept pages, c’est inquiétant. Je ne dis pas que c’est intentionnel, mais c’est inquiétant. Les Américains ont besoin de savoir que ce genre de choses se passe. »

RECOMMANDÉ