Cinq raisons de ne pas utiliser de baguettes jetables fabriquées en Chine

11 février 2016 Mis à jour: 3 juillet 2016

Si vous avez déjà acheté un plat asiatique à emporter, on vous a probablement offert une paire de baguettes. Il est fort probable que ces baguettes aient été fabriquées en Chine selon des normes de fabrication chinoises, ce qui en fait un objet qu’il ne vaut mieux pas approcher de votre nourriture ou de votre bouche.

Huang Bo, une célébrité des médias sociaux chinois a fait un test en 2013. Il a pris une paire de baguettes jetables joliment emballées et les a mises dans l’eau chaude.

Après un moment, l’eau a pris une couleur jaune et dégagé une forte odeur, dues à une présence excessive de soufre dans le bois.

Post de Huang Bo (Sina Weibo)
Post de Huang Bo (Sina Weibo)

« Oseriez-vous boire cette eau ? », s’enquiert Huang Bo. « Éviter les baguettes jetables est non seulement écologique, c’est aussi une question de sécurité ! »

Son post, publié sur la populaire plate-forme sociale Sina Weibo, a été partagé plus de 100 000 fois en un jour. Ce post a depuis été censuré et supprimé de l’Internet chinois.

  1. Fabriquées dans des camps de travaux forcés

Intersection entre le système de contrôle du Parti communiste et les lois du marché, les camps de travaux forcés sont une solution idéale pour les entreprises cherchant des coûts de production toujours plus faibles. Ce système de goulag chinois comptant des millions de prisonniers fabrique toutes sortes de produits de consommation ; il est certain qu’une grande quantité de baguettes y sont aussi fabriquées.

Bu Dongwei, qui travaillait autrefois pour la succursale de Pékin de l’Asia Foundation basée à San Francisco, a été condamné en Chine pour sa croyance dans le Falun Gong, une pratique spirituelle bouddhiste persécutée par le Parti communiste chinois (PCC). Condamné à deux ans de camps de travail, il était forcé à travailler plus de dix heures par jour.

Après s’être enfui aux États-Unis en 2008, Bu Dongwei a parlé à Radio Free Asia (RFA) des conditions de travail dans un camp. Les prisonniers étaient entassés dans de petites salles où ils fabriquaient des baguettes pour l’exportation. Les mesures d’hygiène étaient inexistantes, l’eau manquait et on ne pouvait l’utiliser que pour boire.

Bu Dongwei affirme que dans les restaurants américains, on trouve souvent des baguettes fabriquées et emballées dans des camps de travaux forcés chinois.

« La semaine dernière j’étais à Washington et lorsque je prenais mes repas en bas de la colline du Capitole, ils avaient les mêmes baguettes », a-t-il précisé.

  1. Fabriquées dans des conditions sanitaires déplorables

En plus du fait que les baguettes sont fabriquées par des esclaves, la fabrication a lieu dans des conditions très insalubres. Les baguettes sont emballées ans des pochettes sur lesquelles on peut lire : « stérilisées à haute température », mais la réalité est tout autre.

Yu Ming, pratiquant de Falun Gong et ancien responsable d’une fabrique de vêtements dans la ville de Liaoyang, province du Liaoning, a confié dans un article publié sur le site Minghui.org1 qu’en raison du trop grand nombre de prisonniers incarcérés dans le camp où il était détenu, des baguettes traînaient partout sur le sol, couvert de matières fécales et de détritus.

« Parfois les baguettes tombaient dans les toilettes ouvertes, mais personne ne s’en souciait », a précisé Yu Ming. « Ils les ramassaient tout simplement et les mettaient dans les emballages en papier, car il ne fallait pas qu’une seule baguette manque. »

La fabrication de baguettes est une source de revenus supplémentaires pour les gardiens des camps. En 2004, une boîte de baguettes valait moins d’un euro, mais chaque détenu pouvait en préparer environ trois boîtes par jour. Avec près de 160 personnes par unité de travail, les gardiens qui les surveillaient pouvaient en tirer un bon bénéfice.

En-dehors des prisonniers de conscience, beaucoup de détenus qui travaillent dans les camps sont des toxicomanes, des prostituées et d’autres personnes porteuses de maladies de peau ou sexuellement transmissibles.

« Ils ne sont soumis à aucun examen médical », a remarqué Yu Ming. « Personne ne se soucie de savoir si vous avez une hépatite ou une infection sexuellement transmissible ; tant que vous êtes en vie, vous devez travailler pour les gardiens du camp. »

  1. Blanchies chimiquement

Il y a des années, des photos agrandies montrant des « singes » dans les fibres des baguettes jetables ont été largement diffusées sur les médias sociaux chinois. Cela provenait d’une substance chimique utilisée par certaines usines pour blanchir les baguettes.

 

Bag 1

475600572_36533be28c

(Photos par Sina Weibo)
(Photos par Sina Weibo)

Le composant de soufre utilisé dans le procédé de blanchiment liquide reste dans les fibres du bois et laisse des marques ressemblant à des têtes de singe (certains internautes ont trouvé qu’elles ressemblaient à des crânes).

Les agents de la réglementation sanitaire chinoise ont confié au Nanchang Evening News que, lorsque cette substance est exposée à la chaleur provenant en particulier des aliments, les particules coincées dans les baguettes peuvent provoquer des troubles respiratoires. Cette substance chimique contribue également à la formation de calculs de la vésicule biliaire.

 

  1. Même les médias officiels chinois reconnaissent qu’il y a un problème

Les normes inférieures de production de ces baguettes a même été reconnue par CCTV, la chaîne de télévision officielle du PCC.

Un reportage de la CCTV, en plus de confirmer l’utilisation de produits chimiques nocifs dans le procédé de blanchiment, a également dénoncé des usines où les ouvriers retournaient les baguettes avec leurs pieds. Certaines baguettes étaient très sales et portaient des taches noires de moisissure. Celles-ci, au lieu d’être mises au rebut, étaient renvoyées dans le circuit de blanchiment.

Les journalistes de CCTV ont également découvert plusieurs usines dans lesquelles aucun processus de désinfection n’existait.

 

  1. 200 millions d’arbres abattus par an !

La Chine et le Japon sont les plus grands producteurs et consommateurs de baguettes jetables dans le monde – 80 milliards de baguettes par an seulement en Chine. Selon Bo Guangxin, directeur du groupe d’industrie forestière du Jilin, cela nécessite 200 millions d’arbres par an. 4 000 paires de baguettes peuvent être fabriquées avec un arbre de 20 ans.

Greenpeace Asie orientale a publié un rapport condamnant la production de baguettes jetables qui épuise la réserve de bois d’abattage déjà limitée en Chine.

Le Quotidien du peuple a également critiqué la pratique courante de coupe à blanc qui ne laisse aucune chance à la régénération des forêts.

1Minghui.org est un site qui recueille des témoignages de pratiquants du Falun Gong persécutés par le Parti communiste chinois.

 

Cette photo prise en février 2008 montre l'exploitation forestière dans le canton de Yanbian, nord de la Chine, patrie d'ethnies coréennes. (China Photos / Getty Images)
Cette photo prise en février 2008 montre l’exploitation forestière dans le canton de Yanbian, nord de la Chine, patrie d’ethnies coréennes. (China Photos / Getty Images)

Version anglaise : 5 Reasons Not to Use Disposable Chinese-Made Chopsticks

RECOMMANDÉ