Une baleine enceinte meurt à cause d’un filet de pêche abandonné qui s’est coincé dans sa bouche

Par Isabel Valencia-La Gran Epoca
15 octobre 2019 Mis à jour: 15 octobre 2019

Une baleine avec son baleineau à naître a été retrouvée sur une plage écossaise, ce qui a rouvert le débat sur la question des déchets marins affectant le monde marin, en particulier les filets de pêche qui sont jetés de façon irresponsable dans la mer.

Le 8 octobre, le Scottish Marine Animal Strandings Scheme a publié sur sa page Facebook ce qui serait l’une des visions les plus insupportables pour les écologistes travaillant pour les cétacés (baleines, dauphins et marsouins), les pinnipèdes (phoques), les requins pèlerins et les tortues marines échoués sur la côte écossaise depuis 1992, comme indiqué sur leur page Facebook.

La publication rapporte qu’un petit rorqual (Balaenoptera acutorostrata) a été trouvé mort, avec un filet de pêche coincé dans sa bouche, sur l’île Sanday dans l’archipel des Orcades, en Écosse. Le filet de nylon était coincé dans ses fanons, ce qui l’empêchait sûrement de se nourrir et de se déplacer librement, causant sa mort.

« L’enchevêtrement dans les filets et les lignes de pêche est une préoccupation mondiale croissante et ce cas souligne que le risque d’enchevêtrement dans ces espèces n’est pas seulement dû aux cordes : les filets perdus, abandonnés ou jetés représentent également un danger important pour la vie marine », écrivent-ils dans la publication afin de sensibiliser les gens au risque de jeter des déchets dans la mer, particulièrement ces filets ou « filets fantômes », qui sont abandonnés avec négligence et qui constituent une attaque mortelle pour la faune.

Tortues attrapées dans des filets de pêche (Doug Helton/ Common Wikimedia/ Public Domain)

Selon les résultats de l’autopsie, la baleine était en parfaite santé et, de plus, elle était enceinte. « Elle était en excellente condition physique et enceinte. Elle s’est récemment empêtrée dans un filet de pêche jeté ou perdu, qui s’est pris dans la bouche de l’animal et a signifié la fin de sa vie, en raison de la difficulté qu’elle avait à se déplacer et à se nourrir », ont-ils décrit dans la publication.

« Dans ce cas, l’enchevêtrement a coûté la vie à deux animaux : la mère et son bébé à naître. Cela démontre encore une fois pourquoi de telles interactions peuvent être tragiques au niveau individuel et représenter un risque potentiel pour la population. Bien sûr, il y a des situations où l’équipement est perdu accidentellement, mais quand il ne l’est pas, il n’y a tout simplement aucune excuse pour jeter délibérément ces choses par-dessus bord. Ce n’est certainement pas trop demander de les ramener à terre et les éliminer de façon responsable », ont-ils ajouté.

Ces « filets fantômes », qui sont ceux laissés à la dérive dans la mer par des pratiques de pêche irresponsables, représentent un danger pour la faune marine. Selon une étude publiée en 2018 dans Scientific Reports, les filets fantômes représentent au moins 46 % du grand vortex de déchets du Pacifique.

D’autre part, l’organisation de conservation World Wildlife Fund (WWF) explique qu’en plus de capturer des poissons, les filets fantômes capturent également des tortues de mer, des dauphins, des marsouins, des oiseaux, des requins, des phoques et de nombreuses autres espèces. En outre, ces filets en nylon, qui peuvent mettre jusqu’à 600 ans à se désintégrer, endommagent également les récifs coralliens, les cassant, les exposant aux maladies et bloquant même la lumière du soleil dont ils ont besoin pour vivre, selon La Vanguardia.

Selon les estimations de la Commission européenne, 27 % de tous les déchets sur les plages européennes proviennent des activités de pêche (filets, lignes ou pièges), les « filets fantômes » représentant environ un tiers des déchets marins trouvés dans les mers européennes, soit plus de 11 000 tonnes par an.

RECOMMANDÉ