Beauvais : reprise mercredi des recherches d’un adolescent disparu dans un orage « diluvien »

Par Epoch Times avec AFP
23 juin 2021
Mis à jour: 23 juin 2021

Les recherches sont restées vaines mardi pour tenter de retrouver un lycéen de 17 ans, emporté dans la nuit à Beauvais, dans l’Oise, par la rivière Thérain, grossie par un orage « diluvien » qui a provoqué d’importants dégâts dans la ville. 

L’opération, à laquelle ont participé 18 plongeurs, a été interrompue peu après 19H et reprendra mercredi, ont indiqué les pompiers. Venu sur place à la mi-journée, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait affirmé « craindre le pire » pour l’issue des recherches.

L’adolescent aurait chuté « soudainement » dans la rivière, un affluent de l’Oise traversant la ville, sans avoir pu se rendre compte qu’il n’était plus sur la chaussée, en raison du niveau de l’eau, a indiqué à l’AFP la procureure de Beauvais, Caroline Tharot.

Habitant Hermes (Oise), à 5 km de Beauvais, il avait passé lundi matin son oral de baccalauréat et était sorti « manifestement à l’occasion de la fête de la musique », rejoignant, selon les images de vidéo-surveillance, un groupe de jeunes dans un préau en contrebas du Thérain où « ils avaient les pieds dans l’eau dès 23h ».

Les images d’une autre caméra proche « montrent, à 23h13, cinq personnes en train de courir, le jeune homme, en avant du groupe, chutant soudainement ». 

« Deux jeunes hommes se sont immédiatement mis à l’eau pour tenter de récupérer la victime, en vain », a ajouté la procureure, précisant que l’enquête a été confiée au commissariat de police de Beauvais.

Des dégâts impressionnants

Si la situation s’était « normalisée » en fin de matinée, selon la préfecture, l’Oise a été placée en alerte orange inondations dans l’après-midi et le Thérain en vigilance orange crue.

Un de ses affluents, l’Avalon, a débordé en fin d’après-midi à la périphérie de la ville, et une évacuation a été proposée aux riverains le souhaitant, ont indiqué les pompiers.

L’orage de la nuit de lundi à mardi a provoqué des dégâts « impressionnants », selon M. Darmanin, qui a promis la prochaine réunion de commissions « pour la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ».

Le président sortant de Région, candidat à sa réélection, l’ex-LR Xavier Bertrand s’est aussi rendu sur place.

Les pompiers ont reçu 2200 appels, pour 845 interventions. « En quelques heures, il est tombé 41 mm d’eau, dont 16 mm en 10 minutes », a relevé Luc Corack, responsable local des pompiers.

L’hôpital de la ville notamment a subi d’importantes inondations, une école maternelle a été fermée, quatre autres établissements scolaires touchés, et la succursale de la Banque de France inondée.

« On a déjà pris un coup sur la tête avec le Covid. Là, on en reprend un second. L’eau est montée jusqu’au moins 30 cm dans le restaurant. La cave est une vraie piscine », se lamentait Manuella Zanuso, devant son restaurant le SPQR, fermé « au moins » pour la journée.

Le sinistre l’a contraint en début de soirée à chasser ses clients, venus nombreux à l’occasion de la fête de la musique.

« La rue n’était plus qu’un torrent…l’eau est très vite entrée jusqu’au milieu de la pharmacie. Heureusement, j’étais de garde. On a passé la moitié de la nuit à éponger », a aussi raconté à l’AFP Patrick Lombard, dirigeant d’une pharmacie près du centre.

La Somme, autre département de Picardie, avait également été touchée lundi soir par d’importants orages qui ont provoqué des « inondations par ruissellement » et le débordement de certains cours d’eau, selon la préfecture.

A Loeuilly, un camping a été évacué et une dizaine de personnes mises à l’abri dans la salle des fêtes.

Des inondations ont aussi eu lieu lundi soir dans le sud de l’Aisne et dans le centre de Reims, où les parcs et jardins ont été fermés jusqu’à vendredi et où le syndicat général des vignerons est en train « d’évaluer le dégât » sur le vignoble.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ