Un bébé garçon dans le coma défie les médecins ; il se réveille de façon inattendue et offre un grand sourire à son père

Par Louise Bevan
13 janvier 2020 Mis à jour: 13 janvier 2020

Des photos émouvantes montrent le moment où un bébé garçon s’est réveillé d’un coma de 5 jours, alors que les médecins craignaient que ce jour n’arrive jamais.

Les parents du bébé, Stuart et Emma Labuschagne, de Bristol en Angleterre, s’étaient préparés à la possibilité que leur fils Michael, âgé de 10 mois, n’ouvre plus les yeux. Mais non seulement le bébé s’est réveillé après cinq jours d’inconscience, mais il l’a fait avec un sourire radieux.

Respiration haletante

Michael a été transporté d’urgence à l’hôpital le 16 mars 2019, parce qu’il avait un arrêt cardiaque. « À ce moment-là, je ne pensais pas que Michael s’en sortirait », se souvient plus tard sa maman Emma, 27 ans.

« À 14 semaines et trois jours, il est allé se coucher comme n’importe quel autre bébé », ajoute Emma. « Mais à 5 heures du matin, il souffrait d’insuffisance cardiaque. Les mots ne peuvent décrire la douleur que nous avons ressentie à ce moment-là. »

« Nous avons vu notre bébé essoufflé, haletant pour respirer, pendant que son cœur s’arrêtait et que les ambulanciers paramédicaux travaillaient afin de lui sauver la vie. Je suis si, si bénie d’être ici pour vous raconter qu’il a survécu. Il a survécu à un arrêt cardiaque arrivé en dehors de l’hôpital, ce qui n’est le cas que pour 7 % des patients. »

Michael a été privé d’oxygène pendant neuf minutes, puis placé dans un coma artificiel dans le but de lui sauver la vie. Il s’est réveillé cinq jours après sa première admission, lorsque les médecins ont réduit ses sédatifs ; il a ouvert les yeux et a immédiatement souri à son père, Stuart, 28 ans, à la stupéfaction de la foule rassemblée autour de son lit d’hôpital.

Les parents de Michael ont été avertis que leur bébé pourrait avoir subi des lésions cérébrales. Heureusement, un scan au cerveau a révélé que cela ne s’était pas produit.

En fait, l’arrêt cardiaque de Michael était dû à une tumeur rare. Selon le journal Daily Mail, un fibrome cardiaque de la taille d’une paume de la main était attaché au septum dans le ventricule gauche du cœur de Michael.

« Il se bat contre ça »

Les fibromes sont souvent associés à un rythme cardiaque irrégulier ou accéléré ; dans le cas de Michael, le fibrome cardiaque avait provoqué une accélération dangereusement rapide de son pouls, provoquant un arrêt cardiaque.

Le petit garçon a été équipé d’un stimulateur cardiaque, après s’être réveillé du coma artificiel. Mais, étant donné sa petite taille, le stimulateur cardiaque a causé lui-aussi des problèmes ; Michael s’est affaibli, incapable de s’asseoir ou de supporter le poids de sa propre tête.

« Cela lui fait mal », explique Emma. « C’est aussi gros que la paume de ma main et ça a des bords tranchants. Mettre ça à l’intérieur d’un bébé est assez inconfortable. Mais il est incroyable. En le regardant, on ne perçoit pas qu’il est en train de se battre. »

Même avec le pacemaker en place, le combat du petit garçon est loin d’être terminé.

La chirurgie dont Michael a besoin n’est pas disponible au Royaume-Uni, et n’est pas financée par le système de la santé publique British National Health Service (NHS). Emma, une employée du commerce de détail, et Stuart, un plombier, ont pris les choses en main en lançant un compte GoFundMe. Les fonds amassés permettront d’emmener leur bébé à Boston, aux États-Unis, pour une intervention qui pourrait sauver la vie de leur fils.

Le cœur de Michael aura la taille idéale pour l’opération dont il aura besoin, à l’âge de 16 mois. « Mon bébé a besoin de cette opération pour avoir une chance de mener une vie normale », explique Emma.

Un remède possible

« Le Boston Children’s Hospital, classé premier hôpital pédiatrique au monde, nous a estimé les frais de l’intervention à 133  000 €, poursuit Emma, et nous devrons payer les vols et l’hébergement. »

« Les chirurgiens cardiaques de Boston sont les meilleurs chirurgiens cardiaques du monde, et ils ont fait cette opération plusieurs fois. Ils sont confiants qu’ils peuvent améliorer considérablement, voire guérir son état, en enlevant la partie maligne de la tumeur. »

Emma a expliqué à quel point il était difficile de croire ce que son « adorable petit bébé » a dû endurer. « C’est un miracle », a-t-elle ajouté.

Selon le Boston Children’s Hospital, la majorité des tumeurs cardiaques chez les enfants sont bénignes et sont peu susceptibles de se propager à d’autres organes. Cependant, les dommages qu’ils peuvent causer au cœur sont potentiellement dévastateurs.

Le temps presse pour bébé Michael, mais le 30 octobre 2019, Emma a écrit une mise à jour sur la page GoFundMe de la famille, qui annonçait une nouvelle incroyable pour son petit combattant.

« Nous n’aurions jamais imaginé être dans cette situation en si peu de temps. Nous sommes toujours sous le choc et nous sommes en train d’accepter ce qui s’est passé », a-t-elle écrit. « Michael va à Boston ! »

Surpasser les objectifs

À ce jour, la collecte de fonds a largement dépassé son objectif de près de 133  000 €, en amassant 224 801 €, et ce n’est pas fini. « Nous en avons plus qu’assez pour couvrir les soins médicaux inattendus, les déplacements, l’hébergement, les soins continus et les visites de retour », dit Emma.

« Honnêtement, nous ne savons pas comment nous pouvons tous vous remercier », poursuit la mère de trois enfants.

Sur Facebook, Emma a expliqué la prochaine étape : « Le Boston Children’s Hospital USA a examiné les dossiers de Mikey et a confirmé qu’il serait un excellent candidat à la chirurgie », a-t-elle écrit. « Ils aimeraient l’opérer dans 4 à 6 mois, et si l’opération réussit, il sera presque guéri ! »

La famille a cessé toute activité de collecte de fonds, assurant à ses généreux donateurs que les fonds restants, une fois que tous les coûts de Michael auront été couverts, seront donnés à une autre famille dans une situation similaire.

Le « bébé miracle » des Labuschagne a un long chemin à parcourir devant lui, mais il est déjà allé si loin. Et le plus remarquable, c’est qu’il l’a fait en arborant un sourire radieux.

RECOMMANDÉ