Un bébé gorille nourri à la main rencontre sa mère adoptive après que sa mère biologique a eu des difficultés à s’occuper de lui

Par Louise Bevan
1 juin 2021
Mis à jour: 1 juin 2021

Un bébé gorille, nourri à la main par des gardiens après que sa mère a eu du mal à s’occuper de lui, a été adopté par une mère de substitution.

Hasani, un gorille des plaines de l’Ouest, est né au zoo de Bristol, dans l’ouest de l’Angleterre, en août 2020. Pourtant, les gardiens ont rapidement réalisé que sa mère biologique, Kala, ne pouvait pas s’occuper de lui.

Ils ont conçu un horaire afin de nourrir le bébé gorille à la main, avec six employés en rotation pour s’assurer qu’Hasani soit nourri jusqu’à huit fois par jour, pendant une période de sept mois.

« Nous voulions vraiment les réunir et donner à Kala une autre chance de pouvoir s’occuper de lui », explique Lynsey Bugg, conservatrice des mammifères, dans un communiqué du Zoo de Bristol.

Epoch Times Photo
Hasani, photographié le 19 novembre 2020 (Avec l’aimable autorisation de Jordan Jones/Bristol Zoo Gardens)

En mars 2021, les gardiens ont estimé qu’Hasani était prêt à être réintroduit, et Kala était intéressée, mais malheureusement, elle continuait à avoir du mal à s’en occuper. Après des semaines d’essais, les gardiens d’Hasani ont dû accepter que cela ne fonctionnait pas. Cependant, ils ont eu une autre idée.

Une femelle gorille résidente, Kera, 16 ans, avait eu sa propre fille, Afia, ensuite adoptée par une mère de substitution, nommée Romina, au moment où elle est tombée malade d’une pré-éclampsie potentiellement mortelle, après avoir accouché par césarienne il y a cinq ans.

Malgré le fait qu’elle n’avait finalement jamais vécu l’expérience d’élever un bébé, les gardiens pensaient que Kera serait prête à relever le défi.

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Jordan Jones/Bristol Zoo Gardens)

La décrivant comme « très intelligente », Lynsey explique : « Elle a vu plusieurs autres femelles élever leurs petits et avait donc une bonne base sur laquelle s’appuyer. »

En présence de Hasani, Kera a démontré un intérêt actif pour le bébé. Les présentations ont commencé par un contact entre eux à travers une cloison ouverte, sous la surveillance de gardiens. Les choses se sont bien passées ; ils ont pu évoluer vers un accès sans restriction, en quelques jours.

Les gardiens ont finalement laissé les deux gorilles seuls, les gardant sous surveillance grâce à des moniteurs de télévision installés ailleurs dans la maison des gorilles. « Il s’agit d’utiliser l’expérience et le jugement pour décider de la durée de leur moment seuls ensemble », a déclaré Lynsey, qui travaille également comme conseillère en matière de maternité de substitution pour les gorilles pour le programme européen pour les espèces menacées EAZA Ex-situ programmes (EEP), qui est un programme d’élevage de l’Association européenne des zoos et aquariums destiné à la conservation d’une espèce animale sauvage.

Epoch Times Photo
Hasani avec sa mère adoptive, Kera. (Avec l’aimable autorisation de Jordan Jones/Bristol Zoo Gardens)

Hasani étant en sécurité entre les mains de Kera, le duo a donc obtenu son propre enclos. Le 20 mai, le zoo a confirmé sur Facebook qu’Hasani passe désormais tous les jours et toutes les nuits avec sa mère adoptive, et qu’il fait de grands progrès.

Au cours des trois ou quatre prochaines années, Kera montrera à son petit protégé comment vivre, prospérer et être indépendant.

« C’est un succès fantastique », a déclaré Lynsey Bugg. Le bébé gorille, qui n’aurait peut-être pas survécu sans sa mère de substitution, est « de retour parmi ses congénères en moins d’un an ».

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Jordan Jones/Bristol Zoo Gardens)

La prochaine étape consiste pour Hasani à rencontrer les autres gorilles des plaines de l’Ouest résidant au zoo. Il a déjà été assez proche pour entendre leurs cris, il a rencontré son père, Jock, et a côtoyé sa mère biologique, Kala, avec succès.

Les jardins zoologiques de Bristol abritent huit gorilles des plaines occidentales dans le cadre d’un programme international de reproduction, visant à préserver cette espèce gravement menacée. Les spécialistes de la conservation de la société Bristol Zoological Society, l’organisation caritative qui supervise le zoo, participent également à un projet de conservation des gorilles dans le parc national de Monte Alén, en Guinée équatoriale.

Epoch Times Photo
(Avec l’aimable autorisation de Jordan Jones/Bristol Zoo Gardens)

Selon Lynsey, Hasani, 9 mois, est un exemple de réussite.

Il « commence à copier Kera dans les comportements naturels des gorilles, comme la construction de nids et le retrait de l’écorce et des feuilles des branches », explique-t-elle. « Il va grandir et devenir un gorille à part entière, grâce aux efforts de ses gardiens dévoués. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ