Un bébé maltraité qui « ressemblait à un extraterrestre » s’épanouit dans une famille adoptive aimante

Par Louise Bevan
2 novembre 2020
Mis à jour: 2 novembre 2020

Une émission radiophonique consacrée à l’éducation des enfants ayant des besoins spéciaux a encouragé un couple de l’Ohio à agrandir sa famille.

Le couple ignorait qu’un petit garçon « condamné à une vie d’handicapé » par ses parents biologiques allait bientôt entrer dans leur vie et la changer à jamais.

Eric et LeAnne Stadler se sont mariés en 1996 et ont accueilli un fils et une fille. Ils ont vécu « une vie de conte de fées » pendant quelques années jusqu’à ce qu’Eric écoute une émission radio poignante axée sur la famille.

LeAnne Stadler avec ses quatre enfants biologiques et le petit Easton. (Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

« Eric a senti dans son cœur que nous devrions accueillir un autre bébé », a écrit LeAnne, en racontant sa vie sur Love What Matters.

Le couple a ensuite donné naissance à un autre garçon et une autre fille biologiques. Mais après avoir emménagé dans une maison de campagne disposant d’un terrain, le couple a réalisé qu’il y avait encore de l’espace dans leur maison et dans leur cœur. Les parents de LeAnne avaient accueilli des enfants dans le besoin, et LeAnne avait conscience du sacrifice que cela pouvait exiger, mais elle et Eric ont ressenti un besoin pressant.

« Nous avons découvert qu’il y avait beaucoup plus d’enfants dans le système [sic] qu’il n’y avait de parents adoptifs disponibles pour s’occuper d’eux », écrit-elle.

Le couple a suivi une formation et a obtenu le statut de famille d’accueil pour l’adoption en 2014. Trois ans plus tard, Eric et LeAnne ont reçu un appel des services de l’enfance au sujet d’un petit garçon de deux mois, Easton, qui avait désespérément besoin d’aide. Ils n’ont pas hésité.

Easton était frêle, décharné et bleu.

Le petit Easton. (Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

« Pour la première fois de ma vie, j’ai eu peur de ramener un bébé à la maison ! » LeAnne se souvient. « Je n’avais jamais rien vu de pareil. Il était bleu ! »

« Il était si pitoyable […] qu’il ressemblait vraiment à un extraterrestre », a ajouté LeAnne.

En fait, le petit garçon était affamé. Les médecins avaient diagnostiqué « un retard de croissance non organique » (NOFTT), ce qui signifie qu’Easton était capable de prendre du poids mais n’avait tout simplement pas été nourri.

(Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

Une infirmière avait passé l’appel à la famille. Lors d’une visite ordonnée par l’État au domicile des parents biologiques d’Easton, elle avait trouvé le bébé dormant dans des vêtements souillés, non nourri et couvert de poils de chien et de chat, se souvient LeAnne. L’infirmière a appelé les autorités. Le même jour, un inspecteur a fait sortir Easton de la maison et a lancé une enquête sur les soupçons d’abus.

« Il n’a jamais pleuré une seule fois. Il ne s’est jamais réveillé pour manger tout seul. Il ne pouvait pas. C’est un retard de croissance », a écrit LeAnne.

« Quand les cris d’un enfant pour qu’on s’occupe de lui ne reçoivent pas de réponse, il arrête de pleurer », a ajouté LeAnne. « Quand leur ventre crie famine mais n’est pas nourri, les enfants perdent leur sens de la faim. Ce gentil petit garçon avait abandonné, mais nous ne l’avons pas abandonné. »

Sain et sauf avec les Stadler, Easton était un bébé calme.

(Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

Easton a reçu de l’amour et des soins 24 heures sur 24. Il a commencé à prendre du poids, mais quelque chose n’allait toujours pas. LeAnne l’a décrit « comme une poupée de chiffon » avec un regard vide.

L’IRM a confirmé un traumatisme crânien non accidentel, et un diagnostic déchirant s’en est suivi : le syndrome du bébé secoué. Interrogé, le père biologique d’Easton a avoué avoir secoué le bébé pour avoir pleuré et l’avoir jeté sur un canapé, ce qui a provoqué des convulsions au petit enfant.

Aucun des parents n’a appelé le numéro d’appel d’urgence. Le père a été condamné à quatre ans de prison.

Eric Stadler avec ses quatre enfants biologiques et son fils Easton. (Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

Au départ, l’objectif de l’affaire Easton était la réunification.

S’adressant à Epoch Times, LeAnne a fait part de l’espoir de sa famille de « sensibiliser les gens à la réforme qui doit être mise en place » au sein du système de protection de l’enfance.

« Easton a dû continuer à rendre visite à ses agresseurs [avant la confession de son père] et il a souffert de stress post-traumatique à cause de cela. C’est l’une des nombreuses choses qui doivent changer », a-t-elle déclaré à Epoch Times.

Mais les choses se sont améliorées pour ce petit garçon adorable. Easton a grandi ; il a commencé la physiothérapie et l’orthophonie. Malgré des diagnostics supplémentaires de paralysie cérébrale hypotonique, de dysphagie (trouble de la déglutition) et de dyspraxie (trouble de la parole), le petit guerrier a persévéré.

Il a commencé à apprendre à marcher avec un appareil orthopédique à l’âge de 2 ans.

« Il n’est pas encore capable de suivre les enfants de son âge, mais il est heureux ! » a partagé LeAnne sur Love What Matters. « Il ne voit pas ses différences et il ne les laisse pas l’arrêter. »

(Avec l’aimable autorisation de LeAnne Stadler)

Mieux encore, les tribunaux de l’Ohio ont décidé que le comté devait prendre la garde permanente d’Easton, le rendant ainsi adoptable. Tout comme cette première nuit fatidique, Eric et LeAnne n’ont pas hésité.

Juste avant son troisième anniversaire, ils ont adopté Easton, « un enfant dont Dieu savait que nous avions besoin », a déclaré LeAnne.

Easton a encore des difficultés à surmonter, mais sa famille et ses médecins croient en lui.

« Les médecins nous ont dit qu’ils n’auraient jamais imaginé qu’Easton en arriverait là où il en est aujourd’hui », a déclaré LeAnne. « Il a largement dépassé leurs attentes. L’amour et la nutrition peuvent changer une vie. »

Focus sur la Chine (31 octobre) – 80 % des Taïwanais prêts à se battre contre la Chine

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ