Un bébé né prématurément à 4 mois du terme rentre enfin à la maison après un an dans une unité néonatale de soins intensif

Par Epoch Times
17 octobre 2020
Mis à jour: 18 octobre 2020

Les médecins de l’hôpital Johns Hopkins ont été félicités pour les soins qu’ils ont prodigués à Cannon, un bébé, qui est né à seulement 22 semaines de grossesse. Onze mois et douze opérations plus tard, Cannon était enfin en assez bonne santé pour quitter l’unité néonatale de soins intensifs USIN.

« Quand il est né, ils m’ont dit qu’il ne sortirait probablement pas de la salle d’accouchement », a déclaré Ashley, la mère de Cannon. « En tant que jeune mère, il était très effrayant d’entendre ça. »

Ashley avait perdu les eaux lors de sa visite au ZooTampa de Lowry Park, avec quatre mois d’avance sur le planning. Cette mère primigeste, qui ne savait pas ce qui lui arrivait, a appelé son médecin le lendemain matin.

Les médecins ont essayé de repousser le travail aussi longtemps que possible, mais il est devenu évident que le bébé Cannon était prêt à faire son entrée dans le monde.

(Avec l’aimable autorisation de Ashley Price)
(Avec l’aimable autorisation de Ashley Price)

Ashley a été admise au Bayfront Baby Place, au troisième étage de l’hôpital pour enfants de Johns Hopkins, le 16 septembre 2019 — soit six jours après avoir perdu les eaux, ce qui est remarquable.

Pourtant, malgré les efforts de tous, Cannon est né une heure plus tard. Après seulement deux poussées, il est entré dans le monde avec environ 482 g, soit à peu près le même poids qu’un ballon de football.

Les médecins ont immédiatement averti Ashley que Cannon pourrait ne pas survivre.

(Avec l’aimable autorisation de Ashley Price)

« Il était si malade que je n’ai même pas pu le tenir dans mes bras avant qu’il n’ait 11 jours », raconte Ashley. « Je me souviens de ce jour. Ils ont pris des photos de moi le tenant parce que personne n’était sûr qu’il vivrait encore longtemps, et ils voulaient que j’aie un souvenir spécial. »

Cannon a eu de multiples complications graves qui ont mis sa vie en danger, notamment des hémorragies cérébrales, des voies respiratoires flasques ou laryngomalacie, des perforations intestinales, des poumons sous-développés et des infections nécessitant une résection intestinale et de multiples opérations chirurgicales.

Chaque respiration était un miracle et aurait pu facilement être sa dernière.

(Avec l’aimable autorisation de Ashley Price)
prématurément à 22 semaines, Cannon quitte le Johns Hopkins All Children’s Hospital après avoir passé 11 mois dans l’unité de soins intensifs néonatals. (Avec l’aimable autorisation de l’hôpital pour enfants Johns Hopkins All Children’s Hospital)

Mais Cannon a défié tous les obstacles. Il est l’un des plus petits nourrissons à survivre à l’hôpital Johns Hopkins All Children’s, qui possède la meilleure note de l’Académie américaine de pédiatrie dans les unités de soins intensifs néonatals, à un niveau IV.

Grâce aux soins dévoués de l’équipe de Johns Hopkins, Cannon a été renvoyé chez lui le 11 août 2020, ce qui a donné à Ashley la chance de créer encore plus de « souvenirs spéciaux » avec son fils.

Le docteur Jason Smithers, qui a effectué trois procédures de réparation des voies respiratoires sur Cannon, a déclaré : « Je pense que ce gamin a surpris beaucoup de gens. »

Aujourd’hui, Cannon a un an et, espérons-le, il en a encore beaucoup d’autres devant lui.

« C’est un cadeau », a déclaré Ashley. « Nous sommes très bénis. »

FOCUS SUR LA CHINE – Président Xi Jinping : toux à répétition pendant un discours

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ