Belgique : une énorme masse de plancton en décomposition s’approche du littoral

Par Léonard Plantain
20 août 2020
Mis à jour: 20 août 2020

Depuis lundi, une énorme masse de plancton en décomposition s’approche des côtes belges. Appelée floraison, sa taille inhabituelle menace le littoral et les poissons qui y vivent.

Dans un communiqué, Kelle Moreau, responsable de la communication à l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRSNB), a déclaré : « Le samedi 15 août, des taches ont été signalées aux gardes-côtes comme une source potentielle de pollution. »

Contenant des oiseaux morts, ce qui laisse entendre un produit chimique, une patrouille a rapidement été envoyée pour récupérer des échantillons de ce liquide marron-orange, des moyens aériens ont également été déployés pour surveiller d’éventuelles autres nappes au large, relate La Voix du Nord.

Cependant, « après inspection par divers services, il est apparu clairement qu’il s’agissait d’une prolifération inhabituelle d’une espèce de plancton unicellulaire, le Noctiluca scintillans », précise Kelle Moreau.

D’après les analyses, « Le Noctiluca échantillonné était déjà en partie pourri, un processus qui consomme de l’oxygène (…) Cette grande masse est en train de mourir. Libérant de l’ammoniaque », explique Kelle Moreau, « Bien qu’il s’agisse essentiellement d’un organisme inoffensif, l’extinction de masse et la pourriture peuvent entraîner localement un déficit en oxygène (…) ce qui peut entraîner la mort de poissons et d’autres organismes aquatiques ».

Le phénomène, appelé floraison, est naturel et relativement courant, mais seulement en petites quantités, notamment au printemps. Selon Kelle Moreau, l’apparition d’une telle masse serait due à la canicule du moment : « Le temps chaud et calme de ces derniers jours est probablement un facteur explicatif important. » À noter que dans des circonstances normales, « cela est très improbable en haute mer ».

Pour les semaines à venir, selon les modèles établis en fonction des courants et de la météo, la tache morte devrait rester le long de la côte encore plusieurs jours, mais pourrait toucher les plages belges au cours de la semaine prochaine. Son impact sur la qualité des eaux de baignade est donc surveillé. « Il est possible que des poissons s’échouent pendant plusieurs jours sur les plages », précise Kelle Moreau.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ