« Une autre belle âme »: un chanteur tué en prison, sa femme torturée

Par Joan Delaney
27 octobre 2019 Mis à jour: 27 octobre 2019

Le soir de son arrestation, Yu Zhou rentrait chez lui après un concert avec son groupe dans un hôtel à Pékin. Linguiste parlant couramment plusieurs langues, Yu était chanteur et batteur au sein du groupe, qui jouait de la musique folk de différents pays – chantée dans la langue maternelle de chaque nation – ainsi que leurs propres compositions.

Ils avaient sorti deux CD à succès, étaient passés à la télévision, et leurs chansons étaient souvent en tête des ventes. Yu était une star en pleine ascension.

Tout cela s’est arrêté une nuit de janvier 2008, lorsque lui et sa femme, Xu Na, artiste et poète primé bien connue, ont été arrêtés et placés en détention.

11 jours plus tard, Yu était mort.

Rafles avant les Jeux olympiques de Pékin

Parce qu’ils pratiquaient le Falun Gong, une discipline spirituelle ancienne brutalement réprimée en Chine, le couple avait déjà été détenu plusieurs fois, leur voiture saisie et leur domicile saccagé. Xu avait même purgé une peine de cinq ans de prison.

Mais la renommée de Yu lui avait accordé une certaine protection malgré la campagne de persécution lancée par le régime chinois en 1999. Cependant, à l’approche des Jeux olympiques d’été de Pékin en 2008, les autorités ont renforcé les détentions des pratiquants du Falun Gong et Yu a été pris dans ce filet.

Selon le Centre d’information Falun Dafa, dans les mois précédant les Jeux olympiques, les agences de sécurité chinoises ont procédé à des arrestations massives de pratiquants du Falun Gong dans tout le pays, dont beaucoup ont été tués en détention quelques jours, voire quelques heures avant leur arrestation.

Yu Zhou et Xu Na circa, 2007. (Minghui.org)

Les autorités ont déclaré que Yu était mort des suites d’une grève de la faim et de complications liées au diabète, mais sa famille a déclaré qu’il n’était pas diabétique. Ils pensent qu’il a été battu à mort et ont demandé une autopsie afin de recueillir des preuves, mais leur demande a été refusée, selon Minghui.org.

La mort de Yu a fait la une des journaux à l’étranger. Elle a également été citée par la presse internationale et les organisations de défense des droits comme un exemple de la campagne du régime chinois contre le Falun Gong ainsi que de ses efforts pour réprimer les groupes dissidents avant les Jeux olympiques.

La perte de Yu a été pleurée dans la blogosphère chinoise par ses fans, dont l’un a écrit : « Une autre belle âme a quitté le monde ».

Torture vicieuse

Xu Na a été détenue dans un centre de détention à Pékin et n’a même pas été autorisée à sortir pour assister aux funérailles de son mari. Le domicile de ses parents a été saccagé et ils ont été régulièrement harcelés et menacés par la police locale, qui leur a notamment interdit de parler aux journalistes étrangers.

En novembre 2008, Xu a été condamnée à trois ans de prison. A la prison des femmes de Beijing, elle a été soumise à des tortures pour avoir refusé d’abandonner le Falun Gong, parmi lesquelles le gavage, ce qui lui a fait perdre ses dents de devant.

Xu Na dans les jours heureux. (Minghui.org)

Xu avait auparavant déjà souffert de tortures brutales pendant une peine de cinq ans à la prison des femmes de Beijing, de 2001 à 2006, selon Minghui.

En plus d’être forcée d’effectuer des travaux forcés intensifs, elle a été battue à plusieurs reprises, souvent par sept ou huit prisonniers à la fois. Les prisonniers l’ont également forcée à s’asseoir les jambes pliées en position de lotus (la position de méditation utilisée par les pratiquants du Falun Gong), puis lui ont attaché le corps avec une corde serrée.

 

Reconstitution de la torture de « l’amarrage en lotus ». (Minghui.org)

Elle a été privée de sommeil, obligée de rester dehors dans la neige pendant de longues périodes et n’a pas été autorisée à se laver pendant plus d’un mois. Elle a également été mise à l’isolement dans une petite cellule sombre et humide.

Minghui rapporte que dans ce type de torture, les gardes menottent les pratiquants du Falun Gong avec les mains derrière le dos et enchaînent leurs chevilles de telle manière qu’ils ne peuvent ni bouger ni se coucher. On leur donne très peu à manger, les rats courent partout autour d’eux la nuit et ils doivent utiliser un seau comme toilettes. La puanteur dans la cellule peut devenir si forte qu’il est difficile de respirer.

Des séances de lavage de cerveau faisaient également partie du programme, mais malgré tout, Xu a tenu bon et a refusé d’être « transformée » – renoncer au Falun Gong et cesser de le pratiquer.

Transformer les pratiquants du Falun Gong est l’un des principaux objectifs des autorités pénitentiaires en Chine, dans le cadre de leur tentative d’éradiquer la pratique traditionnelle, dit Minghui. Un nombre incalculable de personnes sont mortes sous la torture, et beaucoup d’autres sont devenues handicapées.

RECOMMANDÉ