Une bibliothèque chinoise brûle en public des livres et documents religieux

L'incident ne tient pas compte des recommandations du PCC de gérer les publications « illégales » de manière moins sensationnelle
12 décembre 2019
Mis à jour: 12 décembre 2019

L’incendie public de livres religieux par une bibliothèque de l’ouest de la Chine a fait la une des journaux et ranimé les souvenirs infects des campagnes politiques brutales du pays au XXe siècle.

Le 23 octobre, le gouvernement du comté de Zhenyuan, situé dans la ville de Qingyang, dans la province de Gansu, au nord-ouest de la Chine, a publié sur son site officiel un rapport indiquant qu’une bibliothèque du comté avait brûlé 65 « publications illégales » le matin précédent, dont des « publications sur la religion » et des publications au contenu « tendancieux. »

Selon Radio Free Asia (RFA) et Radio France Internationale, l’incendie a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des internautes et de la population locale, plusieurs médias locaux ayant rapporté l’événement.

Selon de nombreux commentaires, l’action rappelle la Révolution culturelle, une campagne massive lancée par le dirigeant communiste Mao Zedong et ses partisans en 1966 pour purger le Parti communiste et la bureaucratie civile. La Révolution culturelle a été marquée par de violentes inquisitions littéraires, ainsi que par des critiques fulgurantes et de nombreuses violences pour éradiquer les idées et les personnes supposées contre-révolutionnaires.

Le 8 décembre, le journal public Beijing News a publié un article dénonçant l’incendie des livres de Zhenyuan, à la suite duquel la censure chinoise d’Internet a supprimé toute information relative à cet événement.

Une capture d’écran du message du gouvernement du comté de Zhenyuan avant sa suppression contient la phrase « La bibliothèque est le principal lieu de prédilection pour influencer l’idéologie dominante ».

Le commentaire du Beijing News reconnaissait que l’incident était plutôt « grossier » et avait choqué de nombreuses personnes. Toutefois, il n’a pas condamné la destruction du matériel lui-même.

Toutefois, d’autres montrent que le 15 octobre, Beijing News a rapporté que le ministère chinois de l’Éducation avait publié un nouveau règlement demandant aux bibliothèques de toutes les écoles primaires et secondaires de « se purger » des livres inappropriés. Le règlement comprenait une liste des genres approuvés et ceux qui étaient indésirables.

Lorsqu’ils ont été contactés par Beijing News, les autorités du comté de Zhenyuan se sont éloignées du raisonnement donné sur leur site officiel, affirmant que les livres brûlés étaient « ceux qui n’ont pas beaucoup de valeur et qui sont rarement empruntés ».

Contenu « tendancieux »

Tang Jingyuan, un commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, a noté dans une interview accordée le 9 décembre à Epoch Times que la bibliothèque de Zhenyuan est gérée par le ministère chinois de la Culture et du Tourisme (MCT), plutôt que par le ministère de l’Éducation.

« On ne sait pas si la bibliothèque a brûlé les livres de sa propre initiative ou à la demande du MCT », dit Tang. « Si l’action a été demandée par le MCT, c’est que le Parti communiste chinois [PCC] a peut-être ordonné à ses différents départements de lancer une nouvelle campagne d’inquisition littéraire. »

Pour Tang, le plus alarmant était l’utilisation du terme « tendancieux. »

« Chaque fonctionnaire peut donner une définition différente [du mot] », a-t-il dit. « Tout livre pourrait être interdit et leurs auteurs et éditeurs envoyés en prison

Tang a donné la Révolution culturelle et la précédente campagne contre la droite de 1957 comme exemples historiques pendant lesquels le PCC a réprimé la liberté de la presse avec une très forte intensité.

Il croit que cette nouvelle action pourrait s’inscrire dans le cadre des tentatives du Parti d’éradiquer complètement la foi religieuse. Ces dernières années, le régime chinois a intensifié sa répression contre toutes les religions, même les cinq religions officiellement approuvées par le PCC.

Tan Song, historien, écrivain et ancien professeur de culture chinois basé dans la ville de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, a déclaré à la RFA le 9 décembre : « Le PCC a brûlé des livres et tué des intellectuels pendant la Révolution culturelle. S’ils brûlent de nouveau des livres maintenant, alors nos intellectuels peuvent craindre d’être supprimés. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ